À Kidal, les Touareg craignent les exactions de l’armée malienne contre les "peaux claires"

Des manifestants touaregs brandissent le drapeau de l'Azawad, dimanche à Kidal.
 
Les habitants touaregs de Kidal ont peur, et ils l’ont fait savoir dimanche, en manifestant contre les frappes aériennes alors que l’armée française effectuait ses premiers bombardements dans la région. Celles-ci laissent entrevoir l’arrivée imminente de l’armée malienne dans la ville. Selon notre Observateur, cette perspective fait craindre aux Touareg de devenir la cible d’exactions.
 
Drapeau de l’Azawad à la main, brandissant des pancartes appelant à la fin du "génocide programmé par les autorités maliennes contre les populations de l’Azawad depuis 1960", des habitants touaregs de Kidal ont demandé une "solution négociée" du conflit au Nord-Mali, et l’ouverture de discussions entre la France, le Mali et le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA).
 
Manifestation de Touareg à Kidal dimanche 27 janvier. Photo via Assan Midal
 
Ce groupe touareg était allié aux islamistes d’Ansar Dine lors de leur conquête du Nord-Mali, dont il aspire à faire un État touareg indépendant. Mais l’alliance avait volé en éclat après quelques semaines, et le MNLA avait subi une déroute militaire contre les islamistes. Il a, par la suite, témoigné son soutien à l’intervention française, débutée le 11 janvier.
 
L’alliance éphémère du MNLA avec les islamistes semble néanmoins avoir laissé des traces. Selon notre Observateur, beaucoup de soldats de l’armée malienne assimilent les Touareg et les Arabes aux groupes radicaux islamistes. Ce qui expliquerait, selon lui, les exactions, rapportées par plusieurs ONG, perpétrées la semaine dernière à Sévaré et Mopti.
 
Le MNLA a annoncé ce lundi matin avoir repris le contrôle de Kidal, qui semble avoir été désertée par les islamistes. Lundi, il était pratiquement impossible de joindre les habitants de cette ville, le réseau de communication étant coupé. Ces images nous ont été transmises par notre Observateur depuis Niamey, au Niger. Il assure les avoir reçues de la part de Maliens qui les ont envoyées en se rapprochant de la frontière, pour profiter du réseau nigérien.
 
Manifestation de Touareg à Kidal dimanche 27 janvier. Photos via Assan Midal.
 
 
Contributeurs

"L’armée malienne assimile aux islamistes toute personne qui a la peau 'claire'"

Assan Midal est touareg, il est guide touristique et fait des allers-retours réguliers entre le Mali et le Niger. Il est en contact régulier avec des Touareg, notamment à Kidal.
  
La manifestation a été organisée suite aux premières frappes françaises dans la région de Kidal. Les habitants de la ville demandent la paix car deux choses les inquiètent : d’abord, le fait d’être exposés aux frappes aériennes, qui peuvent tuer des civils, même si c’est involontaire. À Kidal, les maisons sont collées les unes aux autres. Quand on en vise une il y a forcément des dégâts collatéraux.
 
Ensuite, les manifestants voulaient alerter les autorités maliennes et françaises sur les risques d’exactions qui pèsent sur eux. À Kidal, on a très bien conscience des exactions qui se sont produites dans des villes plus au sud. L’armée malienne assimile aux islamistes toute personne touareg ou arabe, toute personne qui a la peau "claire". [ le chef d’état-major de l’armée malienne a déclaré le 23 janvier que "tout soldat qui commettra des exactions contre des populations civiles sera immédiatement ramené du terrain et jugé par un tribunal militaire", NDLR]
 
Il y a quatre ou cinq jours, des familles que je connais personnellement, qui vivaient dans un campement à quelques kilomètres de Gao, ont migré pour se réfugier à Tamanrasset, juste après la frontière algérienne, de peur d’être prises pour cible.
 
"Les Touareg savent que personne ne les protègera"
 
Ces Touareg migrent car ils savent que personne ne les protègera. L’armée française ne peut pas tout contrôler : à Diabaly, elle était devant l’armée malienne, et elle n’a pas réagi alors qu’il y a eu des exactions après son passage. J’ignore ce qui se passera à Kidal : le MNLA, qui a témoigné son soutien à la France sur le principe de l’opération, a des combattants présents dans la ville. Mais ce sont des Touareg, et l’armée malienne ne leur fera pas de cadeau. Je ne sais pas ce que fera la France dans cette situation.
 
Si le MNLA a pris le contrôle de la ville ce lundi, c’est que les islamistes qui s’y trouvaient ont fui vers le désert, comme ceux de Tombouctou et de Gao. Ils ne veulent pas s’exposer au danger des frappes aériennes, ils attendent le moment opportun pour se battre.
 
 
 

Commentaires

Attention au mnla

ses pas le premier foi que le mnla utilise cette arguiment pour induire en erreur les européen souvenu vous ils sont commence cette guerre en égorgent plus de 70 soldat malien don certain etait touarége ils sont parle dexation contre les touarége du mali que ses la cause de leur lutte hort tout le monde sais que le Mali es un pays qui a toujours euent une diversite cultural et etchnique apés ils sont dit no ses a cause du devellope apres ils se son alieu avec des terroriste tout sa pour vous dire que ses gens là ne sont que les mercenaires de kadhafi venu maitre a feux et a sang un pays qui na pas pour habitude la guerre ils dise contrôle kidal nes pas là encore une de leurs ruse pour dupe les français et vous voye comme moi que ses manifestation ne valent meme pas 200 personne kidal compte des millieu d habitent si on vont donne les sommes invistie dans le nord du mali de 2006 a 2011 vous sereux surpri et je nes pas besion de vous rappel que le mali fait parti des pays les plus pauvre du monde donc vouloir las vegas au nord du MALI nes que utopi

Si cette histoire est vrai

Si cette histoire est vrai sur le départ des djihadistes vers le désert, je pense qu'ils cherchent à se caché au nord Niger puis peut être allé vers la Libye ou ils seront protégés par leur amis islamistes radicaux.

Le MNLA n'a que peu d'option,comme par exemple de prendre contact avec l'Union Africaine ou la Cédéao pour commencer les négociations.

Déposé les armes et se lancer dans les élections, gagner sur le terrain politique par les voix légales.

Rien qu'une centaine de

Rien qu'une centaine de personnes? La majorité des touaregs sont contre le MNLA qui a égorgé 60 militaires en janvier 2012 à Aguel-hok.

Les touaregs ne peuvent rien réclamer comme territoire car sont minoritaires au nord du Mali et sont nomades.

Les bons touaregs vivent un peu partout au Mali sans problème avec le reste de la population.

quelle honte pour deposer les armes!vive la liberté.

les touaregs,arabes ,songhois sont tous des Azawadiens leurs seul objectif c'est l'autonomie du territoire fort longtemps réclamer par ses autochtones vus comme une minorité qui ne vaut rien aux yeux des maliens.j'y pense très bien qu'il y aura une reconquête de l'Azawad pour chasser l'armée malienne du territoire revendiquer par sa population.

Sécurité des touaregs AZAWAD

28.01.2013 Bonjour M Assan MIDAL
Les craintes d'exactions, y compris exécutions sommaires, de la part des noirs maliens du Sud, sont
hélas fondées, par vengeance et volonté de domination sur le Nord, détermination mémoriale et inchangée depuis l'indépendance du Mali, de la part de tous les gouvernants successifs à Bamako et ce, malgré des discours voulant être parfois rassurants.
Le sort de l'AZAWAD et de son peuple, y compris ses composantes vivant en territoires encore contrôlés par les autorités algériennes, lybiennes, mauritaniennes, nigériennes, tchadiennes, ne dépend pas seulement de Bamako, mais surtout de la France, de l'Europe, des Nations Unies.
Il est essentiel de trouver des appuis majeurs, convaincus, nombreux, y compris associatifs, actifs, influents, déterminés, pour que soient reconnues toutes les composantes du peuple touareg et que soient corrigées les frontières sahariennes héritées de la colonisation.
Le chemin sera long encore, mais l'objectif doit galvaniser les touaregs eux-mêmes vers le succès.

Union sacree et non la division

Ceux et celles qui clament haut et fort aujourd’hui que leur population, notamment les Touaregs sont marginalisées, et prétendent que le Mali, par l’entremise de son armée ne cherche qu’à commettre des exactions sur cette population touarègue, ne sont guère que des attiseurs de haines et de troubles. Il est inconcevable de penser que le nord du Mali puisse être indépendant du reste du pays. Les touarègues, les tamasheqs, les arabes, les sonrai les peuls, sont tous et resteront tous des maliens unis par le lien du sang et de l’histoire. Le faite d’attiser la haine, le communautarisme, et le braquage d’une communauté contre l’autre ne mènera en aucune une solution pacifique, et ne fera qu’attiser les racines de l’autodestruction programmée d’un état et de sa population. La pauvreté, l’absence d’un vrai développement économique et social, le manque d’éducation, d’infrastructure, sont des réalités uniformes à tout le pays, qui ne se restreint pas seulement à la zone nord. Ces réalités touchent toutes les couches de la société et non pas seulement les parents du Nord. Donc une ethnie n’est pas différente d’une autre. Autant une frange dite représentative de la communauté touarègue s’est rebellée aujourd’hui, autant toute autre ethnie au Mali, qu’elle soit Bambara, bozo, Dongo, Malinké aurait pu en faire autant. Nous souffrons tous du même mal, et ce mal n’est pas tributaire a une seule ethnie, mon ami. Au lieu de toujours considérer les touarègues comme des éternelles victimes, tu devrais proposer plutôt des solutions allant vers la réunification et l’entente entre les fils et filles de ce pays. Et ce n’est certainement pas par la voie des armes que vous allez arriver à vos fins. Quand je dis vous, je parle de toi et toutes les personnes qui ont l’intention de dénigrer l’ethnie touareg, et les rabaisser aux rangs des éternels opprimes. Le Mali a été fier de sa pluralité ethnique et ce pays ne sera rien sans les Touaregs, les arabes, les tamasheqs etc. Une chose que ce conflit a fait valoir aux yeux du monde, est certainement la réalité désastreuse que subissent quotidiennement les populations du Nord, qui souffrent beaucoup plus du sous-développement. Nous en sommes tous conscient. Et tous, nous savons que la seule solution est de créer un environnement social et économique qui mènera au vrai développement de ces régions et endiguera cette partie du pays de toutes formes de trafics malfrats, de terrorisme et de narco trafic. Tous les yeux sont maintenant braques vers le nord et son avenir. Le Nord du Mali resurgira des ténèbres qu’il vit maintenant et ses populations jouiront de tous les droit, la sante, l’éducation et le développement. Nous, en tant que Maliens, nous œuvreront tous dans ce sens in sha Alla. Mais en entendant, nous ne voulons plus laisser place à la haine, à la division, et à l’ethnocentrisme. Ça se passe ailleurs, mais ça ne sera jamais le cas au Mali. Prendre un ou deux cas d’exactions, qui sont d’ailleurs absolument condamnables, car une exaction commise quels que soient les motifs, en est une de trop et le peuple malien ne toléra jamais de tel acte ; mais généraliser ces exemples à l’ensemble du pays est une preuve d’ignorance et de mauvaise foi. Une exaction contre un touareg est une exaction contre le peuple malien, car celui-ci n’est pas diffèrent du peul, du Bambara, du sonrai etc.. Donc si vous ne voulez pas être Touareg sur le territoire malien, changez de nationalité, car nos parents touarègues sont et resteront de fiers et braves maliens jusqu'à la fin des temps.

un seul mali

Les touaregs ont commis la plus grosse sinon la plus bête erreur de tenter de séparer le mali. Et ils ont tué des militaires en accedant à cet objectif. Je crois qu'il est tout à fait impossible d'empêcher qu'une exaction aie lieu. C'est une réaction naturelle après tout ce que les touaregs ont fait subir aux militaires maliens et indirectement aux peuples du Nord du mali. C'est à cause d'eux que des personnes innocentes se sont retrouvée amputées pour toujours. Des sites touristiques à jamais effacés et d'autres conséquences. Ils ont embourbé une partie de l'Afrique dans une bataille et dire encore qu'il y aura des familles des militaires endeuillées.
Où étaient les touarges lorsque les isalmistes fouettaient la population en publique? Où étaient les touaregs lorsque les islamistes faisiaent subir l'injustice à la population? Dîtes moi où sont passés ces touarges lorsque les islamistes ont imposé leur loi ? Ils étaient là. Les touaregs et les islamistes sont des complices et s'entendent parfaitement. Et comme les islamistes les ont aidé à obtenir le nord, qu'ils les aident à présent en retour à combattre les forces unies s'ils en sont capable. Dans ce monde, il y a toujours quelque chose en retour de ce qu'on fait. Bien ou mal peu importe! Mais soyez en sûr, les exactions il y'en aura. Ne rêvez pas.

les touarregs refusent d'être gouverné par les noirs

voilà pourquoi on dit que le problème se resume toujours à kidal et aux quelques populations de kidal qui ne veulent pas voir debarquer à kidal les bambaras, les quelques touaregs de kidal ont refusé l'integration, la manifestation ne s'est organisée qu'à kidal seulement, ce n'est pas un problème de developpement c'est un problème social il y a des touaregs qui refusent l'integration et qui ont réfusé l'integration.
à Gao il y a pas de manifestation contre l'intervention Franco-Malienne idem aussi à Tmbouctou mais à kidal il y en a et vous avez vu ils ne sont pas nombreux les manifestants c'est sûr qu'ils ont été forcé



Fermer