"Le plateau de sandwiches renversé": la dernière technique de mendicité à Bogotà

 
Dans les rues de Bogotà, une des villes d’Amérique latine où le taux de pauvreté est le plus élevé, les mendiants sont contraints de faire preuve de beaucoup d’imagination pour parvenir à arracher quelques pesos aux passants.
 
Selon une étude de la Commission économique pour l’Amérique latine et la zone caraïbe réalisée en 2011, plus d’un tiers de la population colombienne vit sous le seuil de pauvreté en 2011.
 
La Colombie est aussi le deuxième pays au monde en termes de déplacements internes. Il compte près de 4 millions de réfugiés fuyant les conflits armés. Des personnes qui viennent s’installer dans les grandes villes et notamment, la capitale Bogotà, grossissent ainsi les rangs des précaires.
Contributeurs

"Pourquoi pas leur donner une pièce pour récompenser leur audace et leur ingéniosité"

Mike Ceaser est organisateur de tours touristiques à Bogotà. Il tient le blog Mike's Bogota Blog
 
 
Vous êtes en train de marcher dans la rue, devant vous un livreur porte un plateau rempli de sandwiches. Il fait mine de se dépêcher comme s’il allait livrer un bureau.
 
"Quelle terrible tragédie !"

 
Tout à coup, l’homme renverse, comme par maladresse, la nourriture sur le trottoir sous votre nez. Il se met à genoux en sanglotant d’un air tragique. Il vient de perdre de quoi travailler tout l’après-midi, la nourriture mais aussi son contrat de livraison. Compatissant, vous mettez la main à la poche pour aider à régler la facture, tout en lui disant : "Pas de chance, mon gars. J'espère que vous ferez mieux la prochaine fois".
  
Mais si vous vous attardez un moment et jetez un œil à la marchandise, vous remarquerez que les sandwiches ne sont que des morceaux de pain blanc bon marché rempli uniquement de beurre ou de mayonnaise. Et si vous goûtez aux boissons, je parie qu’il ne s’agit que d’eau colorée.
 
"Une petite foule commence à se rassembler (y compris mon chien). Comment pouvons-nous vous aider?"  
 
J'ai repéré des gars qui pratiquent cette technique dans le centre de Bogotà et plusieurs autres villes. Je pense que ce sont les meilleurs comédiens de la mendicité. Ils dépassent même les gars qui entraînent leur chien spécialement pour faire la manche. […]
 
La technique des sandwichs est probablement efficace parce qu’ils se donnent beaucoup de mal pour préparer le plateau. Puis, il vous fait imaginer le pire, en décrivant toutes les difficultés qu’il a eues à préparer ses sandwiches et le coût du matériel perdu. Alors qu’il a probablement dû utiliser le même pain plusieurs fois. De plus, la mayonnaise ne coûte quasiment rien et l’eau est gratuite.
 
"Un coup de main."
 
J’ai remarqué récemment une autre technique à Bogotà. Des gars s’équipent de pelles et de pioches pour donner l’impression qu’ils savent travailler dur. Bon, ils n’ont pas l’air très crédible quand ils se tiennent au milieu du ciment et de l’asphalte en tenant des pioches, alors que des marteau-piqueurs seraient plus appropriés. Mais j’imagine qu’il y a un effet psychologique là-dedans. J’ai aussi vu une version plus énergique de la même astuce : un mendiant s’active pour remplir un nid de poule sur la route – il est d’ailleurs très probable qu’il le vide après votre passage.
  
Alors, même si vous n’éprouvez pas de sympathie par ces gens, pourquoi pas leur donner une pièce pour récompenser leur audace et leur ingéniosité.
 
 


Fermer