Des milliers d’ailerons de requins séchant sur un toit de Hong Kong : les images qui dérangent

 
Échaudés par le tollé provoqué en 2010 par une vidéo d’ailerons de requins tapissant les trottoirs de Hong Kong, les commerçants de ce met très recherché ont, depuis, transféré leur activité sur les toits de la ville. Mais une caméra a réussi à s’y faufiler…
 
Photo aérienne d'ailerons de requins séchant sur un toit à Hong Kong (Gary Stokes, Sea Shepherd).
 
Hong Kong est une plaque tournante du commerce d’ailerons de requins, un produit onéreux utilisé pour la préparation d’une soupe très prisée en Chine. Environ 50 % des ailerons destinés au marché chinois passent par cette île du sud du pays. Un commerce parfaitement légal en Chine, mais proscrit dans l’Union européenne comme aux États-Unis.
 
La pêche consiste à capturer le requin, couper son aileron puis rejeter l’animal à la mer. Les ailerons sont ensuite stockés dans un congélateur jusqu’à ce que le bateau touche terre. Une fois déchargés, ils sont séchés au soleil puis nettoyés avant d’être enfin cuisinés.
 
Le nombre de requins dans le monde est en fort déclin, d’où la multiplication des campagnes contre la consommation de leurs ailerons ces dernières années. La reproduction lente de l’espèce ne permet pas de compenser la cadence effrénée de la pêche.
 
Il n’existe pas de données récentes sur le nombre de requins tués chaque année. En 2006, ils étaient néanmoins estimés entre 26 millions et 73 millions.
 
Des milliers d'ailerons de requins entassés sur un toit.  Photo prise par Alex Hofford, le 2 janvier.
Contributeurs

"Demander l’interdiction totale de cette pratique constitue un défi énorme"

Alex Hofford est expert en conservation du milieu marin et photojournaliste. Cofondateur de la Hong Kong Shark Foundation et de My Ocean, il est installé à Hong Kong depuis 18 ans.
 
Quelqu’un qui a voulu les dénoncer a pris des photos et des vidéos et les a publiées sur Facebook. Puis un autre internaute les a repostées sur le site de la Hong Kong Shark Fondation. J'ai réussi à entrer en contact avec la personne qui a initialement posté les images sur Facebook. Je me suis rendu sur place dès que j'ai eu l'adresse. C'était le jour de l'An. J’y suis retourné le lendemain avec un groupe de collègues pour m’approcher davantage. Il a fallu être très rapide, sinon nous aurions eu des problèmes.
 
Le bâtiment est juste à côté du port. La compagnie qui l’utilise a le droit d’utiliser le toit à condition qu’il reste accessible comme voie de secours aux habitants. C’est pour cette raison que j’ai pu y accéder si facilement.
 
Vidéo tournée par Alex Hofford le 2 janvier. 
 
Le séchage des ailerons n'est certes pas illégal à Hong Kong mais, pour ce faire, la compagnie a dû construire illégalement des structures sur le toit. [les règlements de construction sont strictes à Hong Kong, qui est confrontée à une pénurie de logements, NDLR]. Sur le toit, j'ai vu un panneau daté du 28 août 2012 cloué à la porte sur lequel les services du ministère du bâtiment demandent à l'entreprise de démanteler les structures sous six semaines.
 
Le gouvernement est préoccupé par la construction illégale de structures sur le toit mais a choisi d’ignorer le massacre de requins qui s’y déroule.
 
    Diaporama montrant les structures illégalement installées sur le toit d'un immeuble pour faire sécher les ailerons de requins. Photos prises par Alex Hofford, le 2 janvier.
     
    Les requins sont tués à grande échelle, tous les jours. Ces photos montrent ce qui se passe à Hong Kong, mais la même chose se déroule partout en Chine continentale et à Taïwan. Mais trouver dans quel endroit du pays les commerçant sèchent les ailerons, c'est comme chercher une aiguille dans une botte de foin.
     
    À Hong Kong, la révélation au grand jour de cette pratique sordide a certainement embarrassé le département du Tourisme qui fait tout pour attirer les touristes étrangers. Hong Kong donne l’image d’un État paria en matière d’environnement. En 18 ans de vie ici, c’est la première fois que je vois des ailerons de requins en train de sécher sur les toits de l’île. Mais il est possible qu’il s’agisse d’une pratique plus répandue, que ce ne soit que la partie visible de l’iceberg.
     
    "L'industrie de la pêche est l'une des plus opaques de la planète"
     
    Sur le toit, j’ai trouvé un sac estampillé "Origine : Brésil" rempli d’ailerons. Mais, le plus souvent, il est impossible de savoir d’où ils proviennent. Les requins peuvent avoir été capturés n’importe où dans le monde. L'industrie de la pêche est l'une des plus opaques de la planète, elle est très difficile à surveiller.

    Un sac estampillé "Origine : Brésil" rempli d'ailerons de requins. Photo prise par Alex Hofford le 2 janvier.
      
    Ceux qui militent contre le "finning" [c’est ainsi qu’est appelée la pratique consistant à capturer les requins pour couper leurs ailerons, NDLR] savent que demander l’interdiction totale de cette pratique constitue un défi énorme. 
    Nous avons donc lancé une pétition demandant aux autorités de Hong Kong d’empêcher que les ailerons soient servis lors des banquets et des événements officiels, ce serait déjà un début. 
     
    Billet rédigé avec la collaboration de Claire Williams, journaliste à FRANCE 24.
     

    Commentaires

    abatoire

    prenez aussi des images dans une abatoir de volaille ou de boeuf , comme le dit Brigitte Bardot , allez voir comment souffrent ces betes

    Juste mais ça change

    Bonjour,

    Je me permets quelques remarques.

    D'abord les ailerons de requins ne sont pas passés des trottoirs aux toits sous la pression des évènements de 2010. Ils ont toujours été mis à sécher sur les toits dans les zones urbaines de l'île pour bénéficier du maximum de soleil possible. Les faire sécher au sol n'a pas beaucoup de sens et a toujours été très rare.

    Enfin vous occultez le fait que la machine est en marche à Hong Kong pour bannir les ailerons de requin. Des dizaines de restaurants spécialisés ont tout bonnement fermés comme la chaîne Shark's Fin City et son restaurant emblématique de Times Square (depuis 2 ans déjà). Les plus grands palaces de la ville ont annoncés avoir supprimé les ailerons de leurs menus, et j'en passe.

    De manière générale, il ne faut pas avoir une attitude occidentale condescendente vis à vis de cette tradition. On efface pas une culture à coup de moral et de législations internationales. Si on prend un peu de hauteur, le Shark Finning est tout aussi cruel que du gavage d'Oies et la problématique d'extinction de l'espèce est tout aussi grave que celle qui frappe d'autres poissons (Thons rouges etc).

    Il faudra du temps et si il y a bien une chose dont je suis certain c'est que le meilleur moyen de ralentir les choses est de faire la moral au chinois et à son gouvernement.

    gavage des oies

    Oui c'est cruel pour les oies, mais a la seule difference que les requins sont rejetés vivants a la mer, et meurent, dans une grande souffrance.
    Etes vous un plongeur?

    Si ça change, c'est grâce à ce genre d'article

    Bonjour,

    l'extinction du thon rouge de Méditerranée est en passe d'être résolue, et ce grâce à ce genre "d'attitude occidentale condescendante".

    Ce n'est pas une question de morale, mas de respect d'une espèce menacée et de sa survie, comme tant d'autres espèces, et ce quel qu'en soit les responsables, occidentaux ou pas.

    Bonjour, Mon propos était de

    Bonjour,

    Mon propos était de dire que pour analyser et solutionner cette situation qui je vous l'accorde est problématique, il faut tenir compte des très larges différences culturelles et de points de vue qui existent entre l'Occident et la Chine. Faire abstraction de cela et tenter de passer en force en se positionnement comme garant du bien et de la vérité est tout simplement contre-productif.

    La suite de mon commentaire était de dire que ce sujet n'était pas au point mort non plus en Asie. Nous ne sommes absolument plus au stade de la sensibilisation au problème. Il est pleinement à mon sens dans les mains des autorités et est traité avec certes un niveau de priorité qui sera jamais de toute façon suffisant pour vous, mais il est traité. Même si le gouvernent est convaincu du problème il ne peut pas le régler en claquant des doigts. La sensibilisation se fait à la base dans la population et c'est d'ailleurs ce qu'a bien compris la Hong Kong Shark Fondation si je m'en tiens à ce que j'ai lu sur le net.

    Pour bien comprendre, un exemple, il est aujourd'hui impossible au gouvernement de décréter fermement l'interdiction car c'est envoyer le message au peuple qu'on lui refuse l'accès à ce plat synonyme de richesse. Comment voulez vous expliquer à un père modeste qui aura travaillé toute sa vie pour offrir le plus beau des mariages à son fils, qu'il ne pourra pas consommer du requin au mariage alors que de ce point de vue ce plat est indispensable et il représente tous les efforts qu'il a consenti en montrant à ses hôtes qu'il s'en est sorti, qu'il est un bon père et qu'il a voulu le mieux pour son fils. Pour lui, la question de la cruauté vis à vis du requin est secondaire. Cette mentalité vous échappe peut être mais elle est réelle donc il faut bien faire avec. Il y aurait bcp à dire sur le sujet mais j'espère que ce début d'explication ouvre pour vous un champ de réflexion.

    je me permets de répondre car

    je me permets de répondre car ce n 'est même plus un sujet de culture la c'est de la barbarie il serait peut être temps à l'époque ou nous sommes dans prendre conscience , la preuve si quelques associations existent c'est que certains arrivent tout de même à prendre conscience des faits. C'est la mentalité qu'il faut changer tout simplement........

    Mon propos etait de

    Bonjour

    Je suis d'accord avec votre point de vue, et suis conscient que rien ne se fera d'un claquement de doigts, d'autant que cette coutume ancestrale, n'explique pas a certains de ces gens qui ont économisés toute leur vie le repas de mariage de leur fille, dans quelles conditions ces ailerons de requins sont arrivés sur leur table.

    Bien évidement il faudra du temps pour informer et faire comprendre la démarche des différentes associations pour le défense des requins.

    Chaque action amène on espère une prise de conscience,sur la nécessité de la protection de ces espèces pour notre écosystème.

    Richard Allan
    President de requins en péril



    Fermer