La gifle qui met en émoi le Web au Bahreïn

Image prise de la vidéo, au moment où le policier gifle le père.
 
Les vidéos montrant des violences policières au Bahreïn sont pléthore sur Internet et ne provoquent guère de réactions. Ces images ont pourtant déclenché un tollé dans le petit royaume, car il ne s’agit pas ici de protestataires qui se font agresser, mais d’un homme qui se fait humilier lors d’un simple contrôle d’identité, et ce sous les yeux de son fils.
 
La scène se passe le 23 décembre dans le village d’Aali, dans le centre du Bahreïn. Derrière une vitre, une caméra filme une scène a priori banale : un policier demande à un père de famille son nom et son village d’origine. L’homme, qui tient son enfant dans les bras, répond qu’il s’appelle Haider et qu’il est d’Aali. Mais lorsque le policier lui demande sa carte d’identité ou son permis de conduire, il répond qu’il n’a rien sur lui. Furieux, l’agent lui demande de baisser le ton, puis l’insulte. Il le gifle ensuite à deux reprises, manquant de peu de frapper l'enfant, qui se met à pleurer. Le père tente même de couvrir les yeux de son fils pour qu’il ne voie pas cette scène humiliante.
 
La vidéo a fait beaucoup de bruit au Bahreïn où les internautes l’ont baptisée "la vidéo de la gifle".
 
En réaction au scandale provoqué par la vidéo, le ministère de l’Intérieur à déclaré avoir arrêté le policier afin de le traduire devant un tribunal militaire.
 
Selon des militants locaux, ce n’est pas la première fois que ce policier agit de la sorte.
Contributeurs

"Je ne crois pas qu’ils aient vraiment jugé le policier"

@newsaali est l’administrateur de la chaîne YouTube qui a diffusé la vidéo sur le site. Il est aussi le cousin de la victime.
 
Haider est parti ce jour-là rendre visite à sa tante qui n’habitait pas loin, c’est pour cela qu’il n’avait pas ses papiers sur lui.
 
Le quartier où réside sa tante était quadrillé par des policiers, comme de nombreux autres endroits, car le Bahreïn accueillait le sommet du Golfe [les 24 et 25 décembre dans la capitale Manama] et le gouvernement craignait des manifestations.
 
Ce qu’on ne voit pas sur la vidéo, c’est qu’un policier arrête d’abord la voiture de Haider et lui demande de venir voir son collègue. Haider s’exécute mais refuse de laisser son enfant seul dans la voiture. La tension est palpable et c’est ce qui incite le témoin à filmer la scène depuis sa fenêtre [la viédo débute avant l’entrée du père dans le champ, comme si le caméraman s'attendait effectivement à un débordement].
 
Le ministère de l'Intérieur a déclaré avoir arrêté et jugé le policier. Personnellement, je n’y crois pas. Je pense que ces déclarations servent juste à calmer l’opinion publique. Autrement, pourquoi les autorités ne donnent aucune preuve en images de cette arrestation ? Et pourquoi un procès à huis clos au lieu d’un procès public ?


Fermer