La Suède invente le Noël pour pyromanes

La chèvre de Gävle s'enflamme une fois de plus en 2012.
 
Étrange tradition de Noël que cette bataille pour une chèvre de paille géante qui a lieu tous les ans dans la ville de Gävle, en Suède. En fonction du camp que vous choisissez, l’enjeu est de protéger le pauvre animal ou… de l’incendier.
 
La tradition remonte à 1966, quand une première chèvre avait été fabriquée dans le centre-ville de Gävle pour attirer les habitants vers les commerces. Le soir de la Saint-Silvestre, un pyromane avait mis le feu à la chèvre avant de se faire attraper. Depuis, une autre chèvre réapparaît tous les ans. Vingt-six d’entre elles ont été brûlées. Et, le plus souvent, les responsables ne sont pas attrapés. Cette année, les pompiers ont eu beau asperger la chèvre d’eau par précaution, elle n’a pu échapper à sa triste destinée et a été brûlée le 13 décembre.
 
 
La scène a été filmée par une caméra de surveillance. Sur les images, on voit des assaillants injecter un produit dans la paille qui s’enflamme soudainement. Par le passé, les assaillants ont mis en place les stratégies les plus machiavéliques, allant jusqu’à foncer dans la chèvre en voiture ou jusqu’à imaginer de la kidnapper par hélicoptère
 
Contributeurs

"Si la chèvre ne brûle pas, c’est en Finlande que le Père Noël enverra tous les cadeaux !"

Alex Lindström vit à Sandviken. Il va à l’école à Gävle.
  
Ce qui nous amuse, c’est de voir qui aura le courage de détruire la chèvre. Ici, les gens parient sur le jour où elle sera incendiée. Il y en a même qui misent de l’argent sur Internet. Des rumeurs disent que ce sont les plus gros parieurs qui finissent par la détruire.
 
La plupart des gens sont déçus les rares années où personne ne trouve le moyen de l’incendier. Ici on dit : "Vous savez que Noël est arrivé quand la chèvre a brûlé", ou encore : "Si la chèvre ne brûle pas, c’est en Finlande que le Père Noël enverra les cadeaux."
 
Personnellement, je pense que même ceux qui la fabriquent rêvent secrètement qu’on vienne la détruire. Il n’y a qu’une toute petite barrière autour que n’importe qui peut escalader. Parfois, des habitants se portent volontaires pour la surveiller. Mais ça n’empêche rien : une année, quelqu’un l’a atteinte avec une flèche enflammée. 
 
 
 “Si les gens arrêtaient de brûler cette chèvre, qui s’intéresserait encore à elle ?"
 
Cette année, deux jeunes qui affirment avoir brûlé la chèvre se sont fait tatouer la date de leur forfait et la chèvre sur la cheville, puis ils ont posté les photos sur un forum dédié à cette traditionLa police a expliqué aux médias que si c’était effectivement un indice, ça ne suffisait pas à prouver leur culpabilité. 
 
Les pyromanes sont très rarement attrapés. Une année, un touriste américain qui avait participé à sa destruction avait effectivement été arrêté. Il a reçu une lourde amende mais il est rentré aux États-Unis et ne l’a jamais payée. 
 
C’est une tradition plutôt amusante et ça fait une bonne publicité pour la ville. Si les gens arrêtaient de brûler cette chèvre, qui s’intéresserait encore à elle ?
 


Fermer