Voyage au bout de l'enfer : lynchage et scène de cannibalisme à Goma

Des habitants regardent la scène, le 3 décembre au petit matin. Vidéo envoyée par Saidi Abasi Madjid, rédacteur en chef de Hope Channel.
 
Dans la nuit du 2 au 3 décembre, une scène d’une rare barbarie a eu lieu à Goma, capitale de la province du Nord-Kivu, que la guerre a plongé dans une insécurité alarmante.
 
Cinq personnes ont été lynchées en pleine nuit dans le quartier de Majengo, au nord de Goma, après un règlement de compte. Notre Observateur, qui travaille pour une radio locale, s’est rendu au petit matin sur place, où il a pu constater la présence de corps calcinés. FRANCE 24 a par ailleurs pu visionner des images, atroces, de la scène. On y voit d’abord des personnes s’attrouper autour de cadavres brûlés et déchiquetés. Puis une jeune fille prendre un morceau du corps calciné et le mâcher.
 
Le Nord-Kivu, et plus généralement l’est de la RDC frontalier avec le Rwanda et l'Ouganda, est une zone riche en
ressources minières en proie à d’incessantes guerres entre groupes armés. Du 20 novembre au 1er décembre, les rebelles du M23 ont occupé Goma, chef lieu de la province, après avoir mis en déroute l’armée congolaise. Au terme d’une médiation internationale, les rebelles se sont retirés à quelques kilomètres de la ville alors que commençaient à Kampala des négociations entre leurs chefs et le gouvernement congolais. La scène de lynchage décrite ici s’est déroulée le lendemain.

"Il suffit d’un simple soupçon pour que les choses dérapent"

Charly Kasereka est journaliste pour une radio locale. Il vit à Goma.
 
Les hommes ont été lynchés parce qu’ils étaient accusés par un groupe de motards d’avoir tué l’un des leurs. J’ai récupéré d’un ami qui habite là des images tournées dans la soirée [du 2 décembre] où l’on voit le cortège de motards qui défile avec un corbillard. C’est de là que tout est parti.
 
Vidéo du cortège de motards récupérée par Charly Kasereka.
 
Mon ami m’a expliqué que les motards avaient passé plusieurs heures à chercher les coupables après le meurtre. Des suspects ont été localisés au milieu de la nuit. Là, les choses ont commencé à dégénérer. Des voitures ont été incendiées par les habitants, puis les cinq hommes accusés de meurtre ont été lynchés. Je suis arrivé sur les lieux à 6h10. D’après les témoignages que j’ai recueillis, les corps ont été brûlés vers 5h du matin.
 
Des habitants regardent la scène, le 3 décembre au petit matin. Vidéo : Hope Channel.
 
Autour des corps, il y avait encore des gens qui se baladaient avec des bouteilles d’alcool à la main. [Un autre témoin rapporte que certaines personnes se trouvant sur les lieux étaient droguées.] En arrivant, une jeune fille nous a dit : "Vous voulez que je vous montre ce qu’on va faire aux bandits qui viennent ici ?". Un autre fille a insisté "Oui vas-y, montre-leur !" et sous l’influence de tout le groupe, la première a mordu dans un morceau de chair humaine calcinée [On voit cette scène dans la vidéo récupérée par FRANCE 24.]
 
On avait déjà entendu, sur la route, que des gens avaient fait ce genre de chose. Sur place, les gens ne parlaient que de ça, du fait que des habitants en furie avaient mangé des morceaux de cadavres pendant la nuit [il n’existe pas d’images pour étayer ces témoignages, mais celles récupérées par FRANCE 24 montrent que les cadavres ont été dépecés]. Et ce n’est pas la première fois que ça arrive après un lynchage.
 
"Les habitants nous ont expliqué qu’ils ne croyaient pas en la justice"
 
Les gens sont dans un véritable état de panique à Goma, notamment depuis que plus d’un millier de prisonniers s’est évadé de la prison centrale de Munzenze pendant la prise de la ville par les rebelles du M23.
 
La prison de Munzenze. Photo : Charly Kasereka.
 
Les habitants nous ont expliqué qu’ils ne croyaient pas en la justice. Ils considèrent que s’ils ne s’occupent pas eux-mêmes des présumés bandits, rien ne les arrêtera. Le nombre d’actes de banditisme, notamment les attaques de domiciles, a beaucoup augmenté. Les habitants ne voient plus d’autre solution que cette justice populaire. En moins de deux semaines, j’ai répertorié neuf cas de voleurs lynchés à mort. Et il suffit d’un simple soupçon pour que les choses dérapent. [D’après la journaliste Maria Malagardis du journal "Libération", qui s’est rendue à Goma, le chef traditionnel du quartier Majengo a affirmé que parmi les victimes du lynchage du 2 décembre se trouvait un "innocent qui se trouvait au mauvais endroit, au mauvais moment ".] 
 
Les images de la scène ont été diffusées sans floutage sur les deux chaînes locales de Goma, NishapiTV et Hope Channel. Les gens ont été très choqués qu’on puisse laisser passer de telles choses sans prendre de précautions et prévenir le public.
 
Ces derniers jours, le gouverneur s’est exprimé plusieurs fois à la radio pour calmer les esprits. Il a voulu rappeler aux habitants qu’ils ne pouvaient pas se faire justice eux-mêmes. Mais les gens ne l’écouteront pas.

Commentaires

Horrifiant!!!!

Je ne vois pas ce qu'on en tire comme fierté de ce type de justice sommaire. Je suis désolé pour le continent, pour ne pas dire cette partie du continent qui s'illustre tristement par la guerre de prédation (au vu et au su de tous) imposée par ses voisins adoubés par les puissances occidentales; avec son corollaire de refugiés, de femmes et filles violées, de famine, de paupérisation des masses dans une zone incroyablement riche. Fasse Dieu qu'un jour, les Africains comprennent que ce qui les sépare n'est rien comparé à ce qui les unit.

réaction

eh oui!!bien que les autorités parlent et reparlent que les populations ne peuvent pas se faire justice elles-mêmes, ce qui est sûr et certain, cela va continuer tant qu'il y aura des bandits, des malfrats saisis!!!En tout cas, çà se passe comme çà dans tout le monde entier!!!

Oui !!!!! C'est comme ça.

Les journalistes ont l'air étonnés, offusqués mais en fait chers Messieurs c'est comme ça en Afrique, des cas de cannibalismes sont peu connus PAR LES OCCIDENTAUX, mais ce qui connaissent bien l'Afrique ne seront certes pas étonnés. En tout cas, je ne le suis pas. Lors de certaines guerres tribales, les vainqueurs bouffés ( par exemple) le Maire, enfin celui qui occupé cette fonction, découpé en tranche et vendu sur le marché. Sympa non !!!!!

je tiens à préciser que toute

je tiens à préciser que toute l'Afrique n'est pas ainsi. Je viens du Sénégal et nous sommes civilisés enclin a l'evolution à la justice par la loi et les droit de l'homme. N'attribuez pas les insanité de quelques un a tout un groupe.

merci bien, le mec parle de

merci bien, le mec parle de ceux qui connaissent bien l'Afrique alors qu'il en connait les pires clichés... Bref c'est horrible ce qui s'est passé pour ces pauvres gens, personne ne mérite ça.



Fermer