En Libye, le pétrole coule à nouveau à flots mais profite à peu d'habitants

Capture d'écran de la vidéo tournée par notre Observateur montrant une usine de raffinerie de pétrole. 
 
La région de Brega abrite la deuxième plus grande raffinerie de pétrole de Libye. Pourtant, au pied de cette fontaine d’or noir, les habitants vivent dans la misère.
 
La région de Brega se trouve à l’est du pays, dans le golfe de Syrte, à 200 kilomètres à l’ouest de Benghazi. Elle regroupe cinq villes dont Marsa el Brega, où se trouve le plus important port pétrochimique du pays. C’est de Brega également que partent les bateaux transportant les barils de pétrole destinés à l’exportation, une richesse qui représente 95 % des exportations libyennes.
 
L’industrie pétrolière est la première à avoir repris en Libye après la guerre. Le pays produit aujourd’hui 1, 789 million de barils de pétrole par jour et son commerce représente 75 % du budget de l’État libyen.
Contributeurs

"Brega est la région la plus riche de Libye grâce à son industrie pétrolière. Et pourtant, ses habitants sont parmi les plus pauvres"

Moussa el Magherbi est formateur en anglais dans la société de Syrte qui s’occupe du traitement du pétrole à Brega. Il a réalisé un petit reportage pour dénoncer les inégalités de richesse dans sa région.
 
Dans ce reportage réalisé en arabe, notre Observateur filme les raffineries de pétrole et le port pétrochimique de Brega avant d'aller à la rencontre des habitants qui parlent de leurs conditions de vie très précaires.
 
Brega est la région la plus riche de Libye grâce à son industrie pétrolière. Et pourtant, ses habitants sont parmi les plus pauvres.
 
Beaucoup ici sont au chômage. Sous Kadhafi, ceux qui travaillaient dans les raffineries venaient exclusivement de Tripoli, parce que c’est la capitale, et de Syrte, le fief de Kadhafi. Aujourd’hui, certains des habitants de Brega ont été embauchés, mais ce n’est qu’une minorité.
 
Les employés qui viennent de l’ouest du pays bénéficient de logements de fonction : des maisons préfabriquées, équipées et meublées qu’on met à leur disposition. Par contre, les travailleurs de Brega eux n’ont droit à aucun avantage, sous prétexte qu’ils vivent déjà sur place et qu’ils ont déjà un toit.
 
Et ici la population vit dans des taudis. Plusieurs familles vivent parfois dans deux ou trois pièces sans eau courante ni électricité.
 
Beaucoup de maisons et de commerces ont été détruits pendant la guerre. Les troupes de Kadhafi étaient basées ici durant la guerre pour protéger les raffineries de pétrole et la ville a par conséquent été bombardée et a connu des combats très violents. Toutes ces habitations n’ont jamais été reconstruites. Certains ont essayé de remettre en état leur maison avec les moyens de bord, mais sans moyens.
 
Le comble, c’est que le siège social de la compagnie pétrolière nationale de Libye (National Oil Corporation) qui se trouvait à Benghazi du temps de la monarchie a été déplacé à Tripoli sous Kadhafi. Nous avons manifesté ici pour demander le retour du siège de la société dans la région Est. Ce n’est pas en accentuant la centralisation à Tripoli que le gouvernement va aider les régions marginalisées à se développer.
 

Commentaires

Vous vous attendiez à quoi,

Vous vous attendiez à quoi, que le pétrole soit rationnellement distribué au peuple libyens, ça c'était au temps de Kadhafi. Pour l'heure c'est l'occident qui tient les rênes du pouvoir. Et l'occident c'est moi 85%; 10% aux individus infâmes qui gouvernent le pays et 5% au peuple.

Qu'elles sont jolies ces

Qu'elles sont jolies ces belles récoltes de la traitrise... plutôt, de la révolution!! Qui vivra verra... le plus douloureux est avenir... Patientez seulement! Le sang de martyrs innocent n'a jamais été versé impunement.

Libye

Il faudrait que les 2,5 de Libyens réfugié rentre en Libye leur pays , et que toute cette masse populaire et pro Kadhafi remette en place un des fils du Guide, seul solution pour retrouvé la bonne santé Economique du temps du père



Fermer