Coupure d’électricité et pénurie d’essence, les New-Yorkais contraints au système D

La "Skyline" de Manhattan. Publiée sur Twitter par @JoshDorner.
 
Quatre jours après le passage dévastateur de l’ouragan Sandy sur la côte est des États-Unis, des millions de personnes vivent encore sans électricité et s’inquiètent maintenant de la pénurie d’essence. Et quand ils réussissent à charger leur téléphone, c’est sur les réseaux sociaux que les sinistrés partagent les clichés de leur étrange quotidien.
 
New York et le New Jersey sont les deux zones les plus affectées par l’ouragan. Vendredi, plus de 1.3 million de domiciles et bureaux étaient encore sans électricité dans la Grosse Pomme et autant dans le New Jersey. Les images les plus impressionnantes de ce black-out viennent de New York, où la moitié de la célèbre "Skyline" (ligne d’horizon) est éteinte.
 
 
Le sud de Manhattan dans l'obscurité. Publiée sur Twitter par Humans of New York.
 
IMercredi soir, inquiétante balade en voiture dans un Manhattan plongé dans le noir.
 
 
Le sud de Manhattan étant dans l’obscurité, beaucoup d’habitants doivent allez chercher de l’électricité dans le nord de la ville. Certains crèchent au chaud chez des amis et utilisent leur douche, d’autres vont se laver dans leurs clubs de sport et rechargent leurs téléphones dans les cafés.
 
 
Alexis Steil vit dans le sud de Manhattan.
 
Quand on s’est levé mardi matin sans courant, nous sommes immédiatement allés à pied vers le nord pour trouver de l’électricité et recharger nos téléphones. Nous sommes rentrés le soir même, mais quand on a entendu que l’électricité n’était pas près de revenir, nous avons décidé de nous installer chez mes parents, dans l’Upper West Side. La plupart des gens que je connais dans le sud ont, eux aussi, trouvé des amis ou de la famille à Brooklyn et dans le nord de Manhattan. Les hôtels sont tous complets.
 
Adam Keleman vit à Brooklyn.
 
 
Ici, à Brooklyn, on a été globalement épargné par les coupures de courant. Alors, les gens traversent le pont de Williamsburg [qui relie Manhattan à Brooklyn, NDLR] pour migrer ici. La plupart des gens qui sont ici travaillent de chez eux en attendant que les lignes de métro soient rétablies. L’atmosphère est très étrange, les gens sortent tous les soirs et font la fête. Les bars et les restaurants sont bondés.
 
De bons samaritains partagent leur électricité avec des étrangers.
 
Photo publiée sur Facebook par Sean Elrige.
 
Les plus sportifs se sont mis en selle sur les vélos utilisés jusque là pour générer de l’électricité sur le campement d’Occupy Wall Street.
 
Photo courtesy of NY Natives
 
Mais la bonne humeur n’est pas partout au rendez-vous. Certains New-Yorkais n’ont pu contenir leur colère en apprenant que des générateurs électriques avaient été installés à Central Park mais ne seront utilisés qu’à l’occasion du grand marathon prévu dimanche.
 
 
"Les bulletins d’informations me font enrager... Il y d'énormes générateurs en veille à NYC qui serviront pendant le marathon alors que ceux qui n’ont pas d’électricité se gèlent. C’est une plaisanterie ????"
Les coupures de courant ont provoqué une vaste pénurie d’essence, la plupart des systèmes d’alimentation des stations fonctionnant à l’électricité. À New York et dans le New Jersey, des files de voitures de plusieurs kilomètres apparaissent devant les pompes à essence.
 
Vidéo publiée sur YouTube par Andrew Drumm.
 
Et les rares stations qui fonctionnaient ont été prises d’assaut.
 
Uns station essence à Long Island. Photo publiée surTwitter par AnnMarie.
 
Une de nos Observatrices à New York, Priya Shamsundar, a tourné en voiture à la recherche de quelques litres d’essence. 
 
Pas une goutte d’essence ni dans le Queens, ni à Brooklyn. Je suis allée dans une dizaine de stations près de chez moi mais je n’ai rien pu trouver. C’est alarmant."
 
Et comme les esprits s’échauffent, des policiers ont été déployés autour de certaines stations essence.
 
Station essence à Roxbury, dans le New Jersey. Photo publiée sur Twitter par @JohnCholish.
 
Les habitants de New York et du New Jersey vont devoir prendre leur mal en patience. Les compagnies électriques ont déclaré qu’elles ne pourraient probablement pas régler le problème avant la semaine prochaine.  Certains ont donc décidé de prendre ça comme un challenge :
 
 
"C’est un test pour voir si notre génération peut vivre sans électricité et sans technologie. Et je pense qu’on va échouer."
Contributeurs


Fermer