Petit tour en images des violations du processus électoral en Ukraine

 
Au lendemain des élections législatives en Ukraine, dont plusieurs organisations craignaient qu’elles ne soient entachées de fraudes, notre Observatrice confirme et décrypte, images à l’appui, différents cas de violations du processus électoral.
 
Selon des résultats partiels, le Parti des régions, la formation actuellement au pouvoir du président Viktor Ianoukovitch, arriverait en tête des législatives qui se sont déroulées en Ukraine et devrait obtenir les 226 sièges nécessaires pour avoir la majorité parlementaire. Le principal bloc d'opposition, constitué autour de Batkivchtchina (Mère-patrie), le parti de l'opposante emprisonnée Ioulia Timochenko, arrive en deuxième position.
 
Ces élections ont été suivies de près par la communauté internationale, préoccupée par l’opacité du système politique dans le pays, notamment depuis l’emprisonnement, en août 2011, de Ioulia Timochenko. Des inquiétudes fondées, d’après les observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) qui ont vivement critiqué le scrutin, pointant notamment "les abus de pouvoir et le rôle excessif de l'argent dans cette élection".
 
Dans un rapport publié avant le scrutin, l’ONG Maidan Alliance, spécialisée dans la surveillance des infractions électorales, recensait déjà plus de 1000 violations dans le cadre de la campagne. Des distributions de cadeaux et des pressions sur les fonctionnaires avaient notamment été signalées. Ces soupçons de fraudes visent principalement le parti au pouvoir, mais aussi des blocs d’opposition.
Contributeurs

"Une caméra au dessus de l’isoloir ou un isoloir sans rideau, tout ça peut influencer le vote"

Natalka Zubar est en charge du site de Maidan Alliance qui a répertorié plusieurs cas de violations pendant le scrutin de dimanche.
 
Nous avons mis en ligne sur notre chaîne YouTube plusieurs vidéos qui prouvent que la procédure électorale n’a pas été respectée en plusieurs endroits. Nous avons surveillé les caméras installées par les autorités dans les bureaux de vote. Ces vidéos pouvaient être visionnées en direct sur Internet. Par ailleurs les candidats peuvent demander a posteriori des enregistrements s’ils ont des doutes. Dès que quelque chose d’anormal se passait, soit nous nous en rendions compte nous-mêmes et filmions l’écran, soit cela nous était signalé par des citoyens. D’autres vidéos ont été filmées par des amateurs directement dans les bureaux et postées sur Facebook ou sur YouTube.
 
Sur cette vidéo, par exemple, qui a été filmée dans un bureau de vote installé dans un bâtiment de logements étudiants, le jeune homme en gris se trouve dans une salle où sont posées les urnes pleines, une zone interdite d’accès à quiconque n’est pas de la commission électorale. Or, il n’en fait pas partie puisqu’il explique qu’il est bénévole. On ne sait pas à quel parti il est affilié.
 
 
Cette vidéo ci-dessous est un enregistrement de webcam. On voit le personnel électoral compter les votes et remplir les papiers de décompte. Or, la vidéo a été filmée 40 minutes avant la fermeture officielle des bureaux. [Sur une photo postée sur Twitter par l’association, le comité d’un bureau de vote de la ville de Kharkiv annonce aux électeurs sur la porte d’entrée qu’ils doivent voter avant midi].
 
 
La vidéo suivante est, pour moi, la plus significative. On y voit un homme qui se tient juste derrière les urnes et qui semble indiquer aux électeurs ce qu’ils doivent faire. Nous n’avons pas, pour l’heure, de détails sur ce qu’il cherche à faire mais il s’agit clairement d’une façon d’interférer dans le vote. Personne n’a le droit de se poster ainsi près des urnes et encore moins de donner des indications aux électeurs ou de regarder leurs bulletins, comme il semble le faire. Nous savons uniquement que c’était le représentant d’un parti, sans plus de précisions.
 
 
 
 "Les principales violations ont eu lieu en amont du vote"
 
Les caméras qui devaient servir à surveiller le scrutin ont posé beaucoup de problèmes. Sur ces images, on aperçoit qu’une des caméras filme le sol au lieu de montrer les activités du bureau. Il y a énormément de cas comme celui-ci.
 
 
Par ailleurs, nous avions demandé à ce qu’il soit indiqué clairement sous la caméra qu’elle ne servirait pas à autre chose qu’à assurer le bon déroulement du vote. Nous avions peur que les webcams n’intimident certains et influencent leur vote. Or, non seulement ce message n’a été que très rarement affiché mais, en plus, on a eu des cas de webcams installées juste au dessus de l’isoloir ! 
 
Postée ici.
Sur cette photo, c’est encore pire puisqu’il n’y avait tout simplement pas de rideaux sur les isoloirs. Une plainte a été déposée auprès du comité en charge de ce bureau.
 
Postée ici.
 
Beaucoup d’autres cas nous ont été signalés, notamment des falsifications au moment des décomptes. Nous n’avons pas encore eu le temps de voir toutes les vidéos. Mais ce que nous constatons pour l’heure, ce sont des violations évidentes du code électoral qui peuvent influencer le vote des électeurs.
 
Pour autant, nous savons que les principales irrégularités ont eu lieu en amont du scrutin, que ce soit les pressions multiples sur des membres de l’administration, la façon dont ont été composées les commissions électorales, les tentatives d’achat de vote, les violences, etc. ( Lire ici le rapport de l’organisation en anglais)
 
Billet écrit avec la collaboration de Ségolène Malterre, journaliste à FRANCE 24.


Fermer