Le "repassage des seins", supplice des jeunes Camerounaises

Capture d'écran issue d'une reconstitution par l’association camerounaise OGCEYOD, basée à Limbe, dans l’ouest du Cameroun.
 
À la puberté, des milliers de jeunes Camerounaises sont victimes d’une pratique barbare : des femmes de leurs familles, parfois leurs propres mères, tentent de faire disparaître, en l’écrasant, leur poitrine naissante. Ces dernières pensent ainsi "protéger" la jeune fille d’une sexualité précoce. 
 
D’après une enquête menée en 2005 par deux médecins, près d’un quart des femmes camerounaises ont été victimes de cette pratique. Le "repassage" ou "massage" des seins existerait aussi au Togo et en Guinée.
 
ACTUALISATION 4/12/2012 : Le ministre camerounais de la Communication, Issa Tchiroma, a précisé dans une tribune publiée sur Internet que le repassage des seins était  "un fait contesté et combattu par tous les moyens légaux par les pouvoirs publics." Il ajoute qu'une  "réforme législative engagée, notamment l'avant-projet de code pénal en cours de refonte, intègre une incrimination spécifique permettant de lutter contre le phénomène du repassage des seins des jeunes filles en prévoyant des dispositions particulières pour la répression des atteintes à la croissance d'organes."
 
Reconstitution par l’association camerounaise
OGCEYOD, basée à Limbe, dans l’ouest du Cameroun. La femme qui joue la maman a elle-même "massé" avant de réaliser son acte et de s'engager dans la lutte contre cette pratique.
 
Contributeurs

"Beaucoup de femmes s’inquiètent quand la puberté de leur fille arrive vers 8 ou 9 ans. Elles considèrent que c’est trop tôt"

Georgette Arrey Taku est la secrétaire exécutive de Renata, le Réseau national des associations de tantines, qui s’occupe de l’éducation sexuelle des Camerounaises. Une organisation qui travaille en collaboration avec les pouvoirs publics camerounais.
 
Il est difficile de dire quand cette tradition a commencé. Tout ce que l’on sait, c’est que des femmes aujourd’hui âgées ont déjà subi ce traitement à leur adolescence. La dernière étude sur le sujet concluait que le massage des seins était pratiqué dans tout le Cameroun, et particulièrement dans le centre et l’ouest. Cette pratique existe chez les riches comme chez les pauvres.
 
Si le repassage des seins est autant ancré dans les mœurs, c’est parce que les mères qui l’ont subi se sont vues expliquer par leur propre mère que c’était pour les protéger. Elles répètent donc le geste pour protéger leur fille à leur tour. C’est un cercle vicieux qui fonctionne sur l’ignorance plus que sur la tradition.
 
Beaucoup de femmes s’inquiètent quand la puberté de leur fille arrive, vers 8 ou 9 ans. Elles considèrent que c’est trop tôt et donc se mettent en tête que la fille va attirer les garçons et risque une grossesse précoce. Des jeunes filles se font masser jusqu’à 14 ou 16 ans. En faisant disparaître leurs seins, les mères imaginent ainsi contrôler leur effet sur les hommes et donc leur sexualité. Ceci est évidemment une illusion, nous accueillons régulièrement dans notre association des filles-mères qui ont pourtant eu les seins massés. C’est pourquoi nous tentons de convaincre les parents que seul le dialogue peut permettre une éducation sexuelle efficace. 
 
La poitrine d’une victime. © Réseau national des associations des tantines.
 
"Les femmes, le plus souvent la mère ou une des tantes, utilisent des spatules, des pierres à écraser ou encore des pilons"
 
Sur le moment, la douleur est inimaginable. Les femmes, le plus souvent la mère ou une des tantes, utilisent des spatules, des pierres à écraser ou encore des pilons. Ces objets sont chauffés et servent à frapper la poitrine naissante. Sur le coup, cela entraîne des brûlures, mais aussi des infections et des abcès. Les conséquences à long terme ne sont pas moins catastrophiques. Des femmes sont suivies par des gynécologues pendant des années après le 'massage'. Et, d’après certains spécialistes, les victimes seraient davantage sujettes aux cancers du sein. Par ailleurs, dans l’intimité, ces poitrines abîmées deviennent un véritable complexe. J’ai rencontré une fille qui n’osait même plus se déshabiller devant ses amies.
 
Notre travail, c’est de faire comprendre aux mères que le massage des seins cause bien plus de tort à la jeune fille qu’une puberté normale. Nous sommes beaucoup sur le terrain, à la sortie des églises, dans les réunions traditionnelles de mères de famille. Nous faisons témoigner celles qui ont pris conscience du mal qu’elles avaient fait. Mais faire changer les mentalités prend du temps, d’autant qu’il n’existe pas de loi interdisant cette pratique.
 

Commentaires

repassage des seins

On est devenu fou en Afrique ou quoi, là ??? On retourne à l'ère des caves et pire encore. Entre les guerres, les viols comme arme de guerre, les dictatures, la pauvreté, l'excision et maintenant le repassage des seins, c'est l'horreur ??? Après on dit, nous en Afrique on fait pas ça... mais pire que ce que l'on vient de mentionner c'est quoi, la folie. Vraiment, moi africaine j'en suis plus que dégoutée, heureusement que j'en suis loin car je ferai du dégât !!!

De l'ensauvagement du monde

Où est passé l'instinct maternel ? En général, les femmes qui ont été supliciées dans leur enfance se jurent de protéger leurs propres enfants jusqu'à la mort. Comment la société arrive-t-elle à anéantir chez une femme son instinct maternel ? L'auteur de l'article parle "d'ignorance" , je pense que cela va beaucoup plus loin, il faudrait rechercher plus en profondeur, selon moi, et décortiquer depuis la racine, les mécanismes de cette déstructuration psychologique et psychique, qui fait de ces femmes des tortionnaires effrayantes, des cyclopes infernales, des gorgones terrifiantes.

Dans les contes d'autrefois, la femelle dominante se contentait d'endormir (la sexualité de) la jeune pucelle, jusqu'à ce que un Prince venu de très très LOIN, vinsse la réveiller, par un gros békot, ( et l'emmener dans son "royaume")

Quels désordres sociologues, psychologiques et psychiques font que de femelle dominante une "écraseuse de mamelles". Jamais je crois la société n'a été aussi violente contre la femme, particulièrement contre la pucelle :et là ce n'est ni une sorcière jalouse, ni une belle-mère méchante qui actionne cette violence : c'est la Mère !!!!!!!

Je ne suis pas sûre qu'il

Je ne suis pas sûre qu'il faille ci invoquer l'''instinct maternel'', ce dernier étant lui-même un argument fréquent pour affirmer la domination masculine et sa légitimité... naturelle...

Ensauvagement du monde

L'attitude des mères vient du fait qu'elle veulent "protéger" leur filles contre la convoitise des hommes. N'y a-t-il pas là une conséquence dramatique de la domination masculine qui serait plus grave que le supplice imposé aux filles ?

ARRETER CETTE PRATIQUE

Cette histoire est évidemment bizarre car cette pratique traditionnelle n'évitera pas de grossesses précoces chez les jeunes filles. Pourtant, je fais appel aux associations concernées pour sensibiliser les femmes âgées afin de mettre fin à cette pratique barbare.

ça fait froid dans le dos.

ça fait froid dans le dos. j'ose mém pa cliker sur la video

Assez de ces outrages à la nature !

Et à quand la remise en cause de la circoncision, autre pratique barbaresque ?

circoncision

je pense que vous faites allusion a l'excision et non pas a la circoncision,car c'est elle qui est une pratique barbare et que beaucoup de jeune fille en Afrique et certain pays Arabe le font a nos jours.
La circoncision par contre est une pratique des plus saine que même les médecins occidentaux le conseille a leurs jeunes patients.

CIRCONCISION

La circoncision est une mutilation rituelle sans autre justification, quand elle ne vient pas traiter un phimosis sévère, impossible à diagnostiquer avant la puberté.
Elle détruit une partie du sexe masculin, FONCTIONNELLE, UTILE ET SENSIBLE.
Elle est aussi barbare que l'excision, et plus difficile à dénoncer car pratiquée systématiquement par les juifs (avant 8 jours) et les musulmans en Europe et en Orient.
Cette mutilation sans indication thérapeutique sur mineur par personne ayant autorité devrait être punie en France comme le prévoit la LOI, de la réclusion criminelle à perpétuité.

Excision et Circonscision

L'excision est pratiquée dans le christiannisme également (ainsi que dans l'animisme)
Et la circoncision est une pratique expliquée par des facteurs médicaux (parfois réels) depuis des siècles (vision hygiénique dominante et justificative de l'acte) mais est aussi une tradition ancienne visant à détacher les jeunes garçons de l'univers féminin grâce à ce rite de passage vers l'univers masculin. C'est une preuve de virilité.

Dans les sociétés kabyles on ajoutait à ce rituel de virilisation la coupe courte des cheveux jusqu'alors long des petits garçons pour une fois de plus les faire rompre avec le maternel et le féminin. (pour ensuite se rendre au marché qui était réservé aux hommes pour acheter une tête de boeuf et le père présentait son fils aux autres hommes).
C'est pour certains alors un acte initiatique mêlé à des représentations et actions bien plus larges au sein d'une vision androcentrique du monde.

Je vous conseil alors de lire l'ouvrage de Pierre Bourdieu: La domination masculine, dont on a pour chacun, beaucoup à comprendre. Et cette recherche anthropologique nous livre des clés de compréhension passionantes, beau manifeste du féminisme à mon sens.

Bien à vous



Fermer