Les islamistes conquièrent en douceur une ville du centre du Mali

Un véhicule militaire du Mujao dans une rue de Gao, dans le nord du Mali. Cette photo a été prise par un habitant en juin dernier. 
 
La prise de Douentza, dans le centre du Mali, par le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) fait craindre une progression des groupes islamistes vers le sud du pays. Notre Observateur explique que le Mujao est arrivé en ville sans combattre car les islamistes avaient préparé le terrain depuis des semaines.
  
Depuis samedi 1er septembre, les islamistes contrôlent, seuls, la ville de Douentza, située sur la ligne de démarcation entre le nord et le sud du Mali. Cette ville hébergeait depuis plusieurs semaines un camp d’entraînement de Ganda Iso ("Fils du terroir", en songhaï), une milice d’autodéfense formée de jeunes volontaires qui disaient vouloir "libérer le Nord" du joug islamiste. Ces combattants ont toutefois remis leurs armes aux hommes du Mujao sans opposer de résistance. Les islamistes se seraient ensuite installés aux entrées est et ouest de la ville.
  
Douentza avait d’abord été occupée par les rebelles touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), avant que ces derniers ne soient mis en déroute par les islamistes, à la fin de juin, dans tout le nord du pays. Depuis, les hommes du Mujao affichaient leur présence dans la ville, sans toutefois la contrôler.
Contributeurs

"Ils nous ont expliqué qu’ils n’étaient pas là pour commettre des exactions, mais pour faire appliquer la charia"

Madi est enseignant à Douentza.
 
Les islamistes sont présents à Douentza depuis qu’ils occupent le nord du Mali. Ils venaient régulièrement pour vendre des aliments de base au marché, comme de la farine ou de l’huile, mais aussi du gasoil. À chaque fois, ils restaient deux ou trois jours en ville. Ils s’étaient même installés dans l’enceinte du lycée. Souvent, on en voyait prêcher auprès des jeunes dans la rue. Nous sentions tous que cela allait arriver.
 
Un incident récent a facilité la victoire des islamistes. Il y a une semaine, le chef de Ganda Iso a demandé à ses hommes de rallier les islamistes. La milice n’a pas apprécié et lui a confisqué son arme. En représailles, le chef a livré aux islamistes toutes les informations sur l’attirail dont disposait sa milice. Quand les islamistes sont arrivés dans plusieurs véhicules et très bien armés, les hommes de Ganda Iso n’ont eu d’autre option que de leur donner leurs armes. Les islamistes étaient bien renseignés, ce qui explique qu’il n’y a eu ni résistance, ni violence.
 
Puis les islamistes ont convoqué la population à une assemblée générale. Là, ils ont expliqué qu’ils n’étaient pas à Douentza pour commettre des exactions mais pour propager l’islam. Ils ont également affirmé qu’ils comptaient faire appliquer la charia comme à Gao et à Tombouctou.
 
Pour le moment, rien n’a changé en ville. Hier, c’était jour de grand marché et tout était normal. Et aujourd’hui, les habitants vaquent à leurs occupations.


Fermer