"Pourquoi je soutiens Bachar"

Capture d'écran d'une vidéo amateur montrant une manifestation de soutien à Bachar al-Assad. Postée sur YouTube le 19 septembre 2011. 
 
Malgré l'intensification du conflit en Syrie et alors que le nombre de victimes civiles ne cesse d'augmenter, Bachar al-Assad semble toujours disposer de partisans au sein de la population. Nous avons donc donné la parole à des citoyens qui soutiennent toujours le président, envers et contre tout.
 
Aucune solution au conflit syrien ne semble se dégager en raison des profondes divisions au sein de la communauté internationale, les pays occidentaux réclamant le départ de Bachar al-Assad, mais la Russie, la Chine et l'Iran, alliés de Damas, se contentant de prôner un dialogue entre pouvoir et opposition. Depuis le début de la révolte en mars 2011, plus de 25 000 Syriens, pour la majorité des civils, ont été tués selon l’Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Selon cette même organisation, 2 millions de personnes ont dû fuir leur maison et des centaines de milliers se sont réfugiées dans les pays voisins.
 
Dans un rapport publié le 15 août, une commission d'enquête de l'ONU accuse de crimes contre l'humanité le régime syrien à qui il attribue notamment la responsabilité du massacre de Houla, un village près de Homs où le 25 mai 108 personnes dont 49 enfants ont trouvé la mort. L'opposition armée est elle aussi accusée de crimes de guerre, mais à une échelle moindre.
 
Sur les Observateurs, nous avons donné la parole à de multiples reprises à des activistes qui dénoncent les atrocités commises par le régime syrien. Il nous paraissait essentiel de donner également la possibilité de s’exprimer à des citoyens qui continuent de défendre Bachar al-Assad.
 
Contributeurs

"Je préfère Assad aux djihadistes"

Louaï, 40 ans, monteur.
  
Je soutiens Bachar al-Assad parce que je suis contre l’opposition armée. Le seul espoir de sortir le pays de cette crise est que l’opposition abandonne la violence et accepte de venir à la table des négociations sans poser de conditions préalables [le Conseil national syrien pose le départ du président comme préalable à toute négociation, ndlr]. Je ne suis pas contre l’idée d’un transfert du pouvoir mais cela ne peut pas se faire sans Bachar al-Assad. C’est lui qui détient la clé de la solution.
 
Les gens qui sont en train de combattre le régime n’ont pas pris les armes pour des idéaux démocratiques mais dans le simple but de prendre le pouvoir. L’Armée syrienne libre est constituée de djihadistes salafistes dont beaucoup sont venus de l’étranger pour semer la zizanie dans notre pays.
  
 "Quand je vois ce qui se passe aujourd’hui dans des pays qui ont connu des révolutions, je m’inquiète"
  
Personnellement, quand je vois ce qui se passe aujourd’hui dans des pays qui ont connu des changements de gouvernement suite à des révolutions, comme en Tunisie où les salafistes sont en train d’imposer leur loi par la violence, l’éventualité d’une victoire de l’opposition en Syrie m’inquiète.
  
Jaramana, où je vis [localité située à 10 kilomètres de Damas, ndlr], était la ville la plus paisible de Syrie jusqu’à il y a trois jours, quand une voiture piégée a explosé près d’un convoi funéraire. Ici, plusieurs communautés - chrétiens, sunnites, alaouites, druzes - vivent depuis toujours en totale harmonie. Je suis personnellement de confession chiite et mon épouse est chrétienne. C’est cette coexistence pacifique qui est aujourd’hui remise en cause. Je doute fort que les djihadistes, s’ils arrivent à renverser le régime, acceptent de jouer le jeu de la démocratie et ne s’en prennent pas aux Syriens d’autres religions.
  
  

"Assad a mené des réformes démocratiques"

Nourane, 30 ans, vit à Damas.
  
Il ne faut pas oublier que Bachar al-Assad a lancé des réformes démocratiques : il a notamment aboli l’état d’urgence [dans le but d’apaiser la contestation, le gouvernement a adopté le 21 avril 2011 des projets de lois pour lever l’état d’urgence, abolir la Haute Cour de sûreté de l’Etat, une juridiction d’exception, et réglementer le droit de manifester, ndlr] et fait adopter une nouvelle Constitution basée sur le pluralisme politique [26 février 2012, ndlr].
 
J’ai voté démocratiquement pour sa réélection [Bachar al-Assad a été reconduit à la présidence de la République avec 97,62 % des suffrages exprimés lors d'un référendum présidentiel organisé le 27 mai 2007, un scrutin considéré comme frauduleux, ndlr] et pour la nouvelle Constitution. De quel droit veut-on m'empêcher d'avoir un président que j'ai choisi ?
 
On ne peut pas rendre Bachar al-Assad responsable de tous les maux de la Syrie. Les erreurs sont souvent commises par des responsables locaux, le président ne peut pas être partout. Souvenez-vous, le point de départ de la crise en Syrie, c'était les manifestations qui avaient éclaté en mars 2011 à Deraa. Les forces de l'ordre avaient tiré sur des manifestants qui étaient descendus dans la rue pour réclamer la libération de jeunes adolescents arrêtés et maltraités par le forces de l'ordre quelques jours auparavant pour avoir tagué sur les murs des slogans de la révolution égyptienne. C'est ce qui a mis le feu aux poudres. Ce qu'on feint d'ignorer, c'est que suite à cette tragédie le président avait limogé et sanctionné le gouverneur de Deraa, Kaltoum Fayçal, qui avait pris seul la décision d'emprisonner ces adolescents et de tirer sur les manifestants. Le président avait même reçu les chefs de clan de Deraa pour apaiser les esprits.
 
Nous sommes tous contre la corruption et la bureaucratie, et pour la liberté en Syrie. Mais nous ne voulons pas de ces gens qui assassinent le peuple syrien au nom de la liberté. Et c'est exactement le sens des réformes que le président a lancé [dans une tentative d’apaisement, Bachar al-Assad a annoncé, en février 2011, une baisse de la TVA, le recrutement de 67 000 fonctionnaires et le renvoi de centaines d’autres, accusés de corruption, ndlr].
  
 
 

Commentaires

Entre les dictateurs et les dictatures islamistes

Entre les dictateurs et les dictatures islamistes, un seul choix devrait s'imposer dans les pays musulmans, celui de la démocratie, donc du rejet des deux.
Tout pouvoir religieux, surtout s'il se veut hégémonique, ne saurait convenir aux citoyens épris d'équité, de liberté, de refus de toute forme d'oppression et d'irrespect si l'on ne suit pas aveuglément les dires de ce pouvoir.
Les opposants à Assad ne sont crédibles que s'ils luttent pour la démocratie, sinon ils responsables du sang versé des innocents.
Par ailleurs, les extrémistes islamiques prétendent que leur Dieu les invite à chasser, assassiner, éliminer, les infidèles. Ne servent-ils pas, à l'évidence, le diable ?
www.transrealisme.org

Mais le diable...

n'existe pas !

Mais le Diable .....

Le Diable existe bien, car DIEU existe ! ( Le Mal et le Bien )

Bachar-El-Assad et l'avenir de la Syrie...

C'est vrai que la minorité alaouite qui occupe le pouvoir en Syrie avec le parti Baath depuis bien longtemp
s déjà,n'entend pas en lâcher une parcelle à leurs "opposants traditionnels":les Sunnites...Les Alaouites
ont tout entre leurs mains pour éliminer leurs adversaires et ils s'en serventautant que possible...Serait-
il préfèrable que la Syrie "tombe" entre les mains des djihadistes et des salafistes de tous poils,Syriens
ou pas,qui entendent bien prendre le pouvoir puisqu'ils représentent une grosse majorité dans le pays...
Et,de fait,l'Iran se trouverait directement menacé par des extrêmistes sunnites à ses frontières...Ce ser
ait un retour au conflits avec l'Irak et ça ne manquerait pas de déborder sur le Liban...Et puisque "papa"
Assad a été formé à l'Académie militaire russe,on voit mal ce pays rendre les armes à des salafistes,enn
emis de toujours de la Russie d'hier et d'aujourd'hui...

Voilà,la boucle est bouclée...Il y a peu d'illusions à se faire quant à l'accès au pouvoir des pro-saoudiens et leurs alliés en Syrie...A défaut de quoi,ce serait mettre le feu aux poudres dans toute la région,comme ce qui se passe en Irak...

Syrie et propagande

Le jeu cynique de nous autres européens et américains alliés à certains pays arabes contre la Syrie n'est évidemment pas un hasard... Il est amusant de voir comment la plupart des grands médias occidentaux et arabes mettent en avant "l' opposition" comme des personnes crédibles qui détiennent les chiffres des morts et qui désignent les coupabes ...alors qu'il ne faut pas être un expert pour comprendre que cette "opposition" est totalement liée reliée et redevable... aux cercles politiques et économiques de nos si jolis pays occidentaux qui nous rejouent toujours les mêmes scénario de diabolisation de celui dont on veut se débarrasser .... Saddam Hussein et Qadhafi n'en étant que deux exemples. A chaque fois on nous submerge de récits d'horreur, et on tente de créér la peur (armes des destructions massives ici, armes chimiques là). Apparemment nos dirigeants ont la nostalgie des accords Sykes Picot ( au début du 20ème siècle premier accord de partage du Proche Orient entre GB et FR.)

une soumission outrageante

Permettez-moi,chère damascène,de relever quelques contre-vérités énumérées par vos soins dans votre commentaire et présentées comme une amorce par le régime de Damas d'une phase de changement et de rupture avec son passé répressif:d'abord la levée de l'état d'urgence et l'abrogation de la Haute Cour de sûreté de l'Etat ont constitué deux faits,à première vue,marquants dans la vie politique des Syriens.Tout le monde s'en est réjoui!Seulement,les arrestations arbitraires ont continué et même avec plus d'intensité!Les procès aussi!Ensuite,vous nous dites qu'il y a eu des élections libres et démocratiques et que votre Bachar les a remportées haut-la main avec,excusez du peu messieurs, 97,62%!Et vous voulez que les gens vous accordent le moindre crédit après ce délire!Là,vous insultez le bon sens des gens!
Bien sûr que personne n'a l'intention de vous empêcher de choisir,vous et votre caste et les privilégiés du régime, ce Bachar pour président!Mais,de grâce,permettez aux autres,les petits gradés,les broyés,les piétinés,la majorité sunnite, de rejeter le symbole de leur oppression,et de lui dire:assez !Mais,apparemment,ces dictateurs,élevés dans le mépris des gens du peuple,ne savent pas réprimer leurs instincts animaliers et vivent plus dans une virtualité morbide!Alors,forcément,ils finissent mal:l'exemple de Khadafi n"est pas loin!

les Syriens comme moi et les

les Syriens comme moi et les autres syriens connaissent la réalité du régime ,il traite tous les sujets et les problèmes du pays d<'une façon sécuritaire,ce régime est officieusement gouverné par une dizaines de services de sécurités,lesdites services sont contrôlés par des hommes proches des ASSAD,ils sont pratiquement tous allaouites (confession du président) ,les membres de ses services sont dans une large proportion allaouites aussi ,le régime est totale ,il ne tolère aucune remise en question de quoi que soit dans son fonctionnement,il a réussi à tenir la Syrie par la terreur durant plus de 45ans,tous les moyens ont été utilisés(massacres de masses, détentions et exécutions de masses dans les prisons durant plus de 17ans,punitions collectives ,destruction des villes comme Hama ou Jisr shughur,punitions des proches des opposants je peux pas donné plus de détails car il me faut dix pages,rien que pour parler des méthodes et des résultats pour cela je vous conseille de lire les rapports d'Amnesty d'autres ONG ou de lONU),Assad et sa famille sont responsables directement de ce qui s'est passé en Syrie et de ce qui se passe aujourd'hui,aucun homme ou responsable de la répression n' a été sanctionné, mais au début de la révolte il est vrai,le premier responsable Atif Najib ,un cousin du président a été changé de région,cette caste au pouvoir ne veut pas le perdre et en m^eme temps elle n'a pas d'autres solutions que les massacres et la répression car c'est la seule chose qu'elle sait faire et qu'elle désire de faire ,le régime des Assad a ceci de particulier ,il a fait de la cause palestinienne (thème porteur chez les Arabes)sa cause,mais dans les faits ,seule sa propre existence l’intéresse ,peut importe le moyen d'y parvenir,ironie du sort il a tué plus de palestiniens au Liban avec ses alliés chiites et chrétiens en qqe années que Israël en 45ans (massacre de Tall Zaatar, massacres des Camps à Beyrouth,massacres de Tripoli et une dernieère fois encore à Tripoli d'où il chassa l'homme de Palestiniens m YASSER ARAFAT),en mois de 30ans la Syrie des Assad est devenue une prison à ciel ouvert,ici,la laicité ou la défense des minorité est un commerce pour calmer les occidentaux,c'est une feuille de vigne pour cacher un état prédateur,un membre de l'opposition (chrétienne) m' a dit ceci le régime se protège par les minorités et il ne les protège pas car de toute notre histoire il n'y a jamais eu de problème de majorité ou de minorité nous existions déjà avant les Assad nous allons continuer à exister longtemps après.l'assassinat le meurtre les attentats les méthodes les plus criminelles sont la marque de fabrique de ce régime du p.orient les Libanais en savent ça ,il y a 2samaines m MICHEL SAMAH ancien ministre libanais amis de B Assad a été arrêté avec 20 bombes dans sa voitures ,il voulait sur ordre de ALI MAMLOUK et BASHAR ASSAD perpétrer des attentats ,contre des civils lbanais musulmans et chrétiens pour détourner l'attention sur ce qui se passe en Syrie ,ce ministre a avoué même les alliés de Assad au Liban sont encore muets à ce jour ,voilà comment ce régime agit set comment il se comporte pour se dépêtrer d'une crise ,plus 35 assassinats d'hommes politiques au Liban des milliers de morts ,ce sont les legs du régime au pays "frère",alors pour les Syriens qui osent se révolter c'est quoi le sort qui les attend :il est écrit sur les blindés du régime "ASSAD ,ou nous brûlons le pays" à tous les naïfs,les mal informés réveillez vous et renseigner par tous les moyens sur la réalité du régime de la terreur des ASSAD et on clan.

le choix libre

Oui tout à fait !!

POURQUOI JE SOUTIENS bachar !

Parce qu'il n'a pas encore tué quelqu'un de ta famille, voilà pourquoi tu soutiens ce criminel fanatique !!!

Exactement! ou bien

Exactement! ou bien parcequ'il a eu un poste grace au parti baas! Honte à ces complices de la dictature !



Fermer