Une orpheline interviewée près du cadavre de sa mère, le journalisme selon la chaîne syrienne Al-Dounia

Micheline Azar, en reportage à Daraya. Capture d'écran issue du reportage posté sur YouTube le 25 août.
 
Ce reportage de la télévision syrienne Al-Dounia une chaîne privée pro-régime, est particulièrement abjecte.
 
Sur ces images tournées à Daraya après un massacre dont le gouvernement et l'Armée syrienne libre se renvoient la responsabilité, la journaliste Micheline Azar se met en scène sur fond de musique classique. Son cameraman filme en gros plan plusieurs cadavres gisant au sol ou dans des voitures. La journaliste commente : "Comme à chaque fois que nous allons dans une région, les terroristes y ont déjà pratiqué ce dans quoi ils excellent : le crime, le meurtre, et tout ça au nom de la liberté".  
 
Quelques instants plus tard, la journaliste s’approche, avec désinvolture, d’une femme âgée agonisante qui attend visiblement des secours. Elle lui tend son micro de sa main manucurée et lui demande avec insistance qui l’a blessée.
 
 
Ensuite, la reporter est filmée alors qu’elle interroge des enfants allongés à côté d’un corps sans vie à l’arrière d’un véhicule : "Qui est-ce ?" demande-t-elle. "Ma maman", répond la petite fille qui ne doit pas avoir plus de quatre ou cinq ans.
 
 
Ce reportage de 14 minutes a déclenché une vague de commentaires indignés sur les réseaux sociaux. Les méthodes de la journaliste, qui "fait ses duplex avec des personnes mourantes en arrière plan", sont qualifiées d’ignobles".  "Aucun professionnel digne de ce nom ne viendrait interroger des blessés avant même qu’ils aient pu être pris en charge par des urgentistes", commente un internaute sur Facebook.
 
Le reportage a été traduit ici en français. Attention, ces images sont choquantes.
 
Contributeurs

Commentaires

Beaucoup de commentaire critique

Je suis vraiment impressionné par le nombre de commentaire qui critique France 24 et de la défense de la "normalité" des actions de cette journaliste abjecte.
Il ne faut pas confondre le faites que la profession est dangereuse, qu'il y a différent idée politique et le voyeurisme en filmant des enfants à cotes de leur mère qui vient de mourir et en plus tu vas poser des questions au gamin et en filmant!

Vous ne voyez pas quelques chose qui ne tourne pas rond?
Tout vos posts sont Pro-Assad, c'est votre choix et ne parlerai pas de vos courant politique, mais ne devenez pas des animaux pour autant!
Il y a des lignes rouges à ne pas franchir, je suis pour la liberté d'expression, je suis pour la "non-censure" mais entre la non-censure et charcuter un enfant qui vient de perdre sa mère, il y a une grosse différence!

Si vous n'êtes pas capable de comprendre ça, tous autant que vous êtes, je me pose de sérieuse question sur votre santé mentale et extrémisme de votre idéologie aveugle.

l'hopital qui se fout de la charite

Votre audace est sans limite. Revisionnez votre reportage de mars dernier pour apprendre l'humilité.

Source

Il va falloir donner plus de source sur ce que tu dis...
Car sinon ton commentaire, il vaut rien du tout.

"journalisme"

On a connu et on connaît le "journalisme" français, et plus globalement nord-occidental, va-t-en-guerre ingérentiste sous hypocrisie "humanitaire" en Roumanie, en Yougoslavie, en Afghanistan en Irak, en Libye, et à présent en Syrie...Cette "corporation" des médias écrits et audiovisuels, qui a notamment "brillé" par son silence complice lors des bombardements des confrères de la télévision nationale libyenne et des attentats contre les confrères de télévisions Syriennes, ou encore lors de l'interdiction de diffusion satellitaire de ces télévisions par les dynastie Al Thani et Al Saoud via une ligue pseudo "arabe", n'ont vraiment aucune leçon de "déontologie" à donner aux journalistes des pays souverains agressés par ingérence armée, directement ou via des bandes terroristes, subversives et criminelles...

Qui s'indigne? puisque on

Qui s'indigne? puisque on présente partout le pouvoir syrien comme comme un pouvoir génocidaire et les rebelles comme des bons samaritains, alors n'ayant pas les mêmes moyens pour se défendre ils sont obligés d'utilisé ce qui se trouve à leur portée

Vos confrères

Vos confrères d'al dunya sont plus honnêtes que vous

Bien dit, on reconnais bien

Bien dit, on reconnais bien dans cette article une volonté à dénigré cette journaliste qui peut mourir à tout instant et finir parmi ces malheureuses personnes, un peu de respect ne ferais pas de mal.

que Dieu vous guide par ce

que Dieu vous guide par ce que vous étes perdu!!!reveillez vous tant qu'il en ai encore tant car cette vie est temporaire et vous devrait rendre des compte sur le soutien que vous avez donné a bashar,cette homme qui ce prend pour Dieu LUI méme et qui massacre son peuple sans aucune pitié.regarder ceux qui le soutiennent comme leurs shirk est grand quand ils se prosternent sur son portrait ou quand ils se moquent de la priére et surtout quand ils obligent leurs prisonniers a dire que "bashar est DIEU lui méme"pour des raisons d'au delà il est impossible qu'un musulman pratiquant qu'il soit sunnite,chiite,soufite ou méme alaouite soit l'allié d'un pareil homme



Fermer