Des "missionnaires orthodoxes" traquent les t-shirts pro-Pussy Riot

 
Ils se font appeler les “missionnaires orthodoxes”. Et comptent bien en découdre avec tous ceux qui soutiennent les Pussy Riot, les punkettes anti-Poutine dont le procès a récemment défrayé la chronique. Ces chrétiens intégristes vont même jusqu’à filmer leurs agressions.
 
Il y a quatre jours à Moscou, deux de ces “missionnaires orthodoxes” se sont filmés en train d’arracher le t-shirt d’un homme sur lequel les Pussy Riot étaient représentées en saintes. Après l’agression, sur un quai de gare de Moscou, l’un des assaillants a fait un signe de croix et exhibé le vêtement déchiré en déclarant "Sainte Russie", puis un peu plus tard "C’est ce qui arrivera à tous les blasphémateurs".
 
La vidéo de l'agression du passant par les "missionnaires orthodoxes"
 
Les agresseurs expliquent ensuite leur geste en longeur :
 
"Un homme marchait avec ce t-shirt comme si de rien n’était… Alors nous l’avons attrapé près du train qui mène à l’aéroport… Je lui ai demandé : ‘Allez-vous rester sur la terre sainte de Russie ? … Ce t-shirt est une offense à mes croyances religieuses…’. Il est une offense pour tous les chrétiens orthodoxes. Je lui ai dit que j’allais appeler la police, conformément à l’article 282 du code criminel de Russie sur l'"incitation à la haine religieuse".
 
L’homme qui s’exprime devant la caméra continue : "J’en ai marre de les voir, s’ils ne sont pas punis, ça va s’amplifier… Nous avons empêché un crime"
.
Il est difficile de connaître les effectifs réels de ce groupe d’orthodoxes extrémistes. Les débats que ses actions provoquent sur la Toile russe sont toutefois révélateurs des tensions suscitées par l’affaire des Pussy Riot au sein de la société russe.  Le sort de ces trois jeunes chanteuses, condamnées le 17 août à 2 ans de prison pour "hooliganisme" et "incitation à la haine religieuse" pour avoir chanté une "prière punk" dans une église, a suscité une très forte indignation au sein d'une partie de l'opinion russe, tandis que des groupes de chrétiens orthodoxes et d’ultra-nationalistes s’acharnent sur les punkettes.
 
Ces derniers s’étaient rassemblés devant le tribunal le jour du verdict. Et le lendemain, les "missionnaires orthodoxes" ont attaqué des sympathisants des Pussy Riot dans un café. Enfin, le 27 août, ce même groupe a fait irruption dans un théâtre de Moscou lors d’une représentation en hommage aux punkettes, lançant au public et aux journalistes "Pourquoi haïssez-vous la Russie ?".
 
Cette vidéo montre la fabrication des logos sur les t-shirts portés par les sympathisants des Pussy Riot. 
 
Avec le procès, les t-shirts en soutien aux Pussy Riot ont fleuri dans les rues de Moscou et d’autres villes de Russie. Certains sont imprimés d’une punkette transformée en Vierge Marie. L’artiste à l’origine de ce dessin a été condamné à une amende de 1000 roubles (environ 25 euros) pour offense à la religion orthodoxe. En mars, il avait confectionné des posters à partir de ce même dessin, qu’il avait affichés dans les rues de Novosibirsk. Après l’attaque de dimanche à la gare de Moscou, cet artiste a déclaré qu’il offrirait de nouveaux t-shirts à toutes les victimes des "missionnaires orthodoxes". 
Contributeurs


Fermer