Déluge sur Pékin : "La catastrophe était inévitable dans une ville immense, plate et qui manque d’égouts"

Photo prise par notre Observatrice Natalie Litofsky.
 
Pékin, la capitale chinoise, n’avait pas vu ça depuis depuis 60 ans. La tempête, qui a débuté samedi après-midi, a duré près de seize heures et inondé des quartiers entiers de la ville qui se sont retrouvés sous un mètre d’eau.
 
Vue aérienne des inondations. Video publiée sur YouTube par bardame.
 
Les autorités municipales font état d’au moins 37 personnes tuées. Parmi elles, 25 sont mortes noyées, six ont été victimes d’effondrements, cinq d’électrocution et une personne a été frappée par la foudre. Des dizaines de milliers de personnes se sont par ailleurs retrouvées bloquées à l’aéroport de la capitale, où 500 vols ont été annulés samedi. En tout, les dégâts matériels s’élèveraient à 10 milliards de yuans (1,3 milliard d’euros). L’ampleur de la catastrophe a suscité de nombreuses critiques de la part des habitants de la capitale, beaucoup mettant en cause la vétusté des égouts de la ville.
 
Un automobiliste conduit dans les rues de Pékin. Video publiée sur YouTube par Chubby Chubbz.
 
Bien que la tempête soit maintenant passée, les zones les plus sinistrées sont aujourd’hui encore sous l’eau parmi lesquelles plusieurs tronçons de l’autoroute Beijing-Guangdong, qui passe au sud de la capitale ou encore le village de Qinglonghu, à environ 40 kilomètres du centre de Pékin, où de nombreuses maisons restent inondées.
 
Certains ont profité de l'occasion pour piquer une tête. Video publiée sur YouTube par BeijingCream.
Contributeurs

"C’était absolument terrifiant"

Natalie Litofsky est Américaine et travaille pour le site du magazine City Weekend. Elle vit dans le centre de Pékin et se trouvait chez elle quand la tempête a frappé.
 
Nous avons déjà vécu des grosses tempêtes ici, mais elles durent généralement une heure ou deux. Celle-ci a duré presque dix heures [dans le centre de Pékin]. Quand ça a commencé samedi après-midi, on ne pouvait pas mettre le pied dehors et cela ne s’est pas arrêté jusqu’à 23 heures. C’était absolument terrifiant.
 
Des passants aident une automobiliste à pousser sa voiture dans une rue inondée. 
 
Les inondations ont été d’autant plus terribles que la ville de Pékin manque cruellement de bouches d’égouts. Dans ma rue, il y avait au moins un mètre d’eau. Cette ville est totalement plate. Elle n’est pas construite pour faire face à un tel déluge. De nombreuses stations de métro et des tunnels souterrains ont été inondés car l’eau n’avait nulle part d’autre où aller. D'ailleurs, même lors de petites tempêtes, ma rue se retrouve très vite avec un demi-mètre d’eau.
 
Pour autant, je ne pense pas que la ville a aussi mal géré la situation que certains le disent. Vingt-quatre heures avant que la tempête ne commence, les autorités ont alerté les habitants ; j’ai donc eu le temps de me préparer. Comme ma rue est propice aux inondations, des employés de la ville se sont positionner avec des machines à pomper avant même que la tempête commence ; sans eux, ça aurait certainement été bien pire.
 
Pékin est une ville tellement grande qu’on ne peut pas envoyer des employés drainer toutes les rues inondées. Ce serait le chaos, mais surtout ils n’ont pas assez d’employés pour cela ! La catastrophe était donc inévitable dans une ville immense, plate et qui manque d’égouts
 
Le ciel s’est éclairé dimanche, et quasiment toute l’eau a disparu. Dans le centre de la ville, c’est presque comme s’il ne s’était jamais rien passé. Cependant, dans les banlieues, qui ont vécu les pires heures de la tempête, les habitants et les autorités continuent à débarrasser les rues des décombres.
 


Fermer