Vidéo amateur : l'armée soudanaise accusée de brûler des villages

 
Sur cette vidéo, récupérée dans la poche du cadavre d'un soldat soudanais, un groupe de combattants en uniforme est filmé en train d’incendier un village dans la région du Kordofan du sud, au Soudan. Notre Observateur est allé mener l’enquête dans le village pour savoir qui se cachait derrière cette attaque.

Sur la vidéo, les hommes se présentent comme le "bataillon allumette". On les voit faire le tour d’un petit village, incendiant une à une les habitations. Un homme donne l’ordre de brûler davantage de maisons : "C’est pas une cour de récréation. Brûlez ! Brûlez !". En fond, on distingue des bruits de tirs.
 
 
Notre Observateur Ryan Boyette, un Américain vivant dans une zone reculée des Monts Nouba au Kordofan du Sud, est le fondateur du projet de journalisme citoyen Nuba Reports. Avec ses collègues, des locaux de la région, ils ont récupéré la vidéo auprès d’une femme soldat membre de la rébellion de la branche nord du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM-N), puis l'a postée sur son site au début du mois de juin. S’appuyant sur les premiers éléments de son enquête, il affirme alors que les hommes présents sur ces images sont des membres des Forces armées soudanaises, l’armée régulière du Soudan. De nombreux récits de villages détruits et incendiés par des soldats soudanais avaient déjà été rapportés par des habitants de la région, mais jamais ces scènes n’avaient été filmées.

Au moment de la première diffusion de ces images, l’ambassadeur soudanais au Kenya expliquait à la chaîne Al-Jazeera que cette vidéo avait très probablement été fabriquée par la rébellion implantée au Kordofan du Sud : "Ils [les rebelles] brûlent parfois leurs villages pour essayer de montrer au monde que l’armée soudanaise commet des atrocités." [FRANCE 24 a par ailleurs sollicité la réaction du ministère de l’Intérieur soudanais, mais n’a, pour l’heure, pas obtenu de réponse].
 
De son côté, Ryan Boyette a choisi d’approfondir son enquête. Des témoignages de locaux lui ont permis de retrouver le village incendié, il s'agit du village d'Um Bartumbu. Sur place, il a pris des photos de bâtiments, les mêmes que ceux aperçus sur la vidéo. Puis il a interviewé la combattante rebelle qui avait recupéré la vidéo, ainsi que plusieurs résidents de la localité, une zone où la majorité des habitants dit soutenir la rébellion. Il a par aillleurs sollicité l’aide du Satellite Sentinel Project qui leur a fourni des images satellite du village prises avant et après l’attaque. Elles ont permis de dater le passage du "bataillon allumette" à l’automne 2011.
 
 
 
La tension dans la région est montée d’un cran en juin 2011 après que des affrontements ont éclaté entre le SPLM-N et les Forces armées soudanaises. Le SPLM-N, anciennement lié à l’Armée populaire de libération du Soudan (APLS), le mouvement indépendantiste sud-soudanais opposé au pouvoir du président Omar el-Bechir, est aujourd’hui un mouvement autonome. Il demande, entre autres, un changement de régime et une plus grande autonomie de la région du Kordofan du Sud.
 
Avec l’indépendance du Soudan du Sud en juillet 2011, Khartoum a perdu la grande majorité de ses ressources en pétrole. Le Kordofan du Sud est désormais l’unique région pétrolière rattachée au nord et par conséquent, un enjeu stratégique pour Khartoum.

D’après un rapport des Nations unies
publié au début du mois de juillet, environ 520 000 habitants de la région ont été sévèrement affectés par le conflit.
Contributeurs

"C’est la première fois que nous avons des images de l’armée soudanaise en flagrant délit"

Ryan Boyette est le fondateur du site Nuba Reports.
 
On savait que ce genre de choses avait lieu régulièrement au Kordofan du Sud, mais c’est la première fois que nous avons des images de l’armée soudanaise en flagrant délit.

Nous sommes allés à Um Bartumbu, accompagnés par un ancien du village. Il a marché avec nous dans les décombres et nous a expliqué tout ce qu’il s’était passé. Nous avons aussi parlé au soldat de la rébellion qui a trouvé la vidéo. Elle l’a récupérée dans un téléphone trouvé sur le cadavre d'un soldat après une bataille avec ce même "bataillon allumette".

D’après les témoignages, les habitants ont entendu les tirs du "bataillon allumette" qui s'approchait et se sont enfuis. Quand les soldats sont arrivés, le village était entièrement vide. Les combattants ont mis le feu à toutes les maisons. Ils sont ensuite retournés au village deux ou trois fois pour piller tout ce qu’il restait.

Ils ont pris les céréales et la nourriture, récupéré les matériaux des toits mais aussi des portes et des fenêtres et notamment du grenier à grain et de la petite clinique. Et ils ont emporté la totalité du toit de l’église du village.
 
“Tous les habitants, sans exception, ont été obligés de partir”
 
Quand nous y sommes retournés, il n’y avait plus personne. On aurait dit un village fantôme. Tous les habitants, sans exception, ont été obligés de quitter l’endroit où ils sont nés et où ils ont construit leur vie. Ils sont partis tellement vite qu’ils n’ont quasiment rien emporté avec eux et ont été contraints de demander de la nourriture aux villages voisins.
 
Les habitants de la région de Nouba sont des fermiers. Ils travaillent dur pour subvenir aux besoins de leur famille. C’était humiliant pour eux de quémander. Ils ont eu l’impression qu’on les méprisait, qu’ils étaient un fardeau pour la communauté.
 
"Le soldat qui a retrouvé ces images a identifié sur la vidéo un combattant qui vient de son village"
 
En plus des témoignages, nous avons analysé les images. Sur la vidéo, on a remarqué plusieurs uniformes des Forces armées soudanaises. Par ailleurs, les hommes se donnent des directives comme le font les militaires. On entend notamment le chef aboyer sur ses subalternes, leur disant qu’il n’est plus l’heure de s’amuser- ce qui implique qu’ils ont une mission spécifique.

Par ailleurs, d’après les derniers résultats électoraux du village d’Um Bartumbu, quasiment 100% des villageois ont voté pour le SPLM en 2011 [avant le début des affrontements, la branche politique du mouvement avait présenté un candidat aux élections locales ]. Ce qui semble indiquer qu’ils ont  été attaqués par des forces gouvernementales et non par le SPLM-N. Pourquoi les rebelles attaqueraient un village qui les soutient ? De plus, les habitants ont affirmé qu’ils avaient fui vers des zones contrôlées par la rébellion au moment de l’attaque parce qu’ils s’y sentaient plus en sécurité.

Enfin, le soldat qui a retrouvé ces images a dit avoir identifié sur la vidéo un combattant qui vient de son village. D’après elle, il est connu pour faire partie de la Force populaire de défense [branche de l’armée soudanaise].
 
"Ils considèrent que c’est  un nettoyage ethnique dont l’objectif serait de les dégager des terres"
 
D’après moi, le “bataillon allumette” obéissait à un ordre, venu de plus haut, de brûler le village. Pourquoi donner un tel ordre ? Parce que la majorité des gens des régions des Monts Nouba soutiennent le SPLM-N. Les combattants de la rébellion ont grandi dans cette région et leurs familles continuent à y vivre. L’armée soudanaise veut affaiblir les rebelles en démoralisant leurs proches.

Je demande souvent aux habitants de cette région comment ils expliquent ces exactions. Pour eux, c’est un nettoyage ethnique du peuple Nouba dont l’objectif est de les dégager de leurs terres afin qu’ils ne puissent plus soutenir la rébellion. Récemment des bombes à sous-munitions ont aussi été utilisées contre la population locale. Nous en avons trouvé quatre dans les Monts Nouba."
 
 

Commentaires

Soudan

C'est tout simplement l'application de la razzia : après une minute on entend "Allah Akbar !", la stratégie de la terre brûlée. Un grand classique de l'Islam.

soudan

Arrêtons avec les considérations réligieuses des choses celà ne fera qu'empirer les choses, car on ne peut imputer la faute de quelques individus à toute une communauté.

Conflit soudanais

C'est vraiment de la pure barbarie.Ils faut vite intervenir pour ne pas laisser place au chaos.

Quoi tu veux la guerre au

Quoi tu veux la guerre au Soudan aussi ?



Fermer