L’évacuation des squatteurs de Fréha se transforme en bataille rangée

 
Après onze ans d’occupation illégale, les squatteurs de la cité des 100 logements, à Fréha, une localité située à 30 km de Tizi Ouzou, en Kabylie, ont été évacués lundi. Tôt dans la matinée, les forces de l’ordre ont investi les lieux pour les déloger. Mais une centaine d’habitants ont essayé de leur résister. Des barricades de fortune ont été dressées sur les routes pour bloquer l’accès à la cité. Le face-à-face a tourné à l’affrontement. Aux jets de pierre, les forces de l’ordre, déployées en nombre, ont répondu par des grenades lacrymogènes. En une heure, l’affaire était pliée et des dizaines de squatteurs ont été arrêtés, selon les médias locaux.
 
Des barricades de fortune ont été installées dans les rues. Photo prise par notre Observateur, Kader Fréha.
 
Une centaine de membres des forces de l'ordre ont été déployés pour faire évacuer la cité. Photo prise par notre Observateur Kader Fréha.
 
Les occupants avaient profité des violentes émeutes du "printemps noir", en 2001, pour s’approprier ces logements sociaux encore vides. Après que l’ordre a été rétabli dans la région, ils y sont restés, malgré les mises en demeure des autorités les enjoignant à quitter les lieux. Un habitant de Fréha, que nous avons contacté, nous rapporte que la cité des 100 logements s’est alors transformée en une zone de non-droit, haut-lieu de la prostitution et du trafic de drogue.
 
Les choses se sont finalement précipitées il y a trois mois, quand la municipalité a établi la liste des propriétaires des logements. Un nouvel ultimatum a alors été lancé aux squatteurs, les menaçant d’un recours à la force.
 
Aujourd’hui, les familles de la cité dénoncent une expulsion arbitraire. Elles reprochent aux autorités de ne pas leur avoir proposé de solution de remplacement et d’avoir attribué les appartements à des personnes moins nécessiteuses. Des travaux de réhabilitation devraient maintenant être mis en œuvre pour permettre aux futurs propriétaires d’occuper rapidement leurs nouveaux logements.
Contributeurs


Fermer