À l’intérieur d’une prison de brigade à Tripoli : le règne de l’arbitraire

 
FRANCE 24 a pu accéder à un centre de détention administré par une brigade de la banlieue de Tripoli. Nous avons constaté que cette milice dispose de tous les pouvoirs d’une force de police régulière, mais les exerce de manière arbitraire.
 
Le Conseil national de transition (CNT) tente de remettre en place une police et une armée sous son contrôle. Mais pour l’instant, ce sont les milices, ces groupes d’anciens insurgés armés qui ont pour la plupart combattu lors de la révolution, qui exercent l’essentiel du pouvoir sur le terrain. Des exemples frappants de cette toute puissance ont fait foi ces dernières semaines, comme la prise temporaire de l’aéroport de Tripoli, mi-juin, par une brigade, ou encore plus récemment la détention de membres de la Cour pénale internationale par les miliciens de Zintan. La reprise en main de ces forces armées est donc un enjeu majeur pour la Libye, qui organise samedi ses premières élections libres depuis plus de 40 ans.
 
FRANCE 24 s’est rendu au centre de commandement de la milice qui contrôle Forsan, une ville en banlieue de Tripoli où les anciens rebelles sont censés assister les forces de police. Les responsables de cette brigade nous ont d’abord expliqué qu’ils assuraient l’ordre dans leur zone et procédaient à des arrestations, mais qu’ils livraient immédiatement leurs prisonniers à la police. En se rendant au premier étage du QG de la brigade, installé dans les locaux d’une ancienne usine de savon, nous avons constaté qu’une petite prison a été aménagée, avec plusieurs cellules et des portes blindées.
 
Un Marocain détenu parce que son frère n’a pas payé son loyer
 
Un milicien a accepté de nous faire faire entrer dans ce centre de détention et de nous ouvrir deux cellules. Chacune des pièces comptait sept ou huit matelas, posés à même le sol. Les lieux étaient propres et les détenus ne portaient pas de marque de mauvais traitement.
 
 
 
 
Nous avons parlé à trois occupants de ces cellules. Le premier, un Marocain d’une trentaine d’années, a expliqué être là à cause de son frère, qui se serait enfui sans payer le loyer d’un local où il avait installé un magasin. Le propriétaire du local aurait appelé la brigade de Forsan pour l’arrêter et l’emprisonner tant que son frère ne reviendrait pas régulariser son loyer. Cela faisait déjà quatre jours que cet homme était incarcéré, sans avoir eu accès à aucun moyen de défense légal.
 
 
Nous avons interrogé le responsable du centre de détention sur la situation de ce prisonnier. Ce responsable, qui affirme être un policier placé dans la brigade pour assurer le travail d’enquête préliminaire, a confirmé que le Marocain, en situation illégale, serait bien détenu tant que son frère resterait introuvable. Il a toutefois ajouté que ces deux ressortissants étrangers étaient également accusés d’avoir commis des vols.
 
Un jeune libyen occupait la même cellule que le Marocain. Lui était accusé par son père de lui avoir volé de l’argent. Ce dernier a lui-même demandé à la brigade d’incarcérer son fils.
 
 
La cellule voisine hébergeait des personnes accusées de crimes bien plus sérieux. Nous avons pu poser quelques questions à un jeune libyen accusé du meurtre d’une femme à l’arme automatique. Le détenu aurait été arrêté par une autre milice et remis provisoirement entre les mains de la brigade de Zintan, d’où il est originaire, dans l’attente de son transfèrement vers un centre de détention de la police.
 
 
"Personne ne craint la police"
 
Les responsables de la brigade ont mis en place tout un dispositif pour suppléer aux forces de police régulières, qui ne sont pas encore en capacité d’assurer la sécurité des citoyens (notre article complet sur le travail de police de la brigade, en arabe). Les miliciens, qui ne disposent pour la plupart d’aucune formation pour exercer un travail de ce genre, remplissent effectivement des documents aux allures officielles, par exemple des PV d’interpellation dûment tamponnés. Ces procédures semblent toutefois cosmétiques tant les droits de la défense sont ignorés.
 
 
Les miliciens affirment que sans eux, et avec une police "que personne ne craint", la ville de Forsan plongerait dans l’anarchie. Une affirmation qui a certainement sa part de vérité. Il n’en reste pas moins que les pouvoirs dont disposent ces miliciens sont exorbitants et les cas décrits plus haut en sont des exemples frappants. Aucun garde-fou ne semble protéger le simple citoyen d’une arrestation arbitraire, car ce sont les brigades elles-mêmes qui procèdent aux arrestations, mènent l’enquête, et décident du maintien en détention. Un pouvoir qui peut facilement être perverti au profit des citoyens les plus puissants ou les mieux connectés.
 
Le CNT tente progressivement de reprendre la main sur les brigades libyennes. À l’entrée des locaux de la brigade de Forsan étaient postés deux gardes appointés par le Comité de haute sécurité, un organe du ministère de l’Intérieur chargé de superviser l’activité des milices. Ces agents ont toutefois été recrutés récemment au sein même de la brigade Forsan. Il semble donc peu probable que ces hommes, des miliciens dont seul l’uniforme a changé, constituent un contre pouvoir approprié à la toute puissance de la brigade.
 
 
 
 
Contributeurs

Commentaires

ymmjPHQtaguDVihQsi

Bonjour les deux voyageurs,Parfois les crate8res sont imtoissernnanps et d'autres fois ils sont riquiqui Dommage que vous n'ayez pas poursuivi votre exploration volcanologique en Indone9sie, car le plus redoutable volcan indone9sien, le Anak Krakatau vient de se re9veiller (plus de 5000 se9ismes hier ) !!! Pour nous qui revenons de trois semaines au Bhoutan, pas de possibilite9s d'aller encore traeener nos basque sur El Hierro, mais on se console en se disant que l'e9ruption est sous-marine et pas terrestre. Cela dit, on vous conseille vivement le Bhoutan : c'est un paradis pour les amateurs de nature (faune, flore et oiseaux), de grands espaces, de se9renite9 et surtout pour la photographie. Je n'avais encore jamais vu des enfants et des vieillards qui viennent spontane9ment se mettre devant l'objectif et me remercie de les avoir pris en photo !!! Les festivals de danses masque9es e9taient splendides et notre se9jour de trois jours dans une ferme e0 3000 me8tres d'altitude sans eau courante et e9lectricite9 (pour ne pas perturber les grues qui y viennent) un vrai re9gal. Bon assez parler de moi; je me re9gale toujours en lisant votre blog (cela m'a manque9 au Bhoutan) et vous souhaite plein de bonheur dans la suite de votre voyage. Pleins de bisous colore9s, Natalie



Fermer