Vague de contestation à la suite des accusations de fraude électorale

 
L'opposition dénonce une élection frauduleuse
 
Des milliers de manifestants ont défilé samedi dans la capitale, Mexico, à l’appel du mouvement étudiant Yo Soy 132 pour dénoncer le résultat de l’élection. La semaine dernière, ils avaient crié leur mécontentement dans les avenues de Tijuana, dans le nord du pays.
 
Des dizaines de milliers de personnes manifestent, samedi, dans les rues de Mexico.
 
D’après un premier décompte officiel effectué le soir de l'élection, le candidat du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) l’emportait avec près de sept points d’avance sur son rival de gauche, Andres Manuel Lopez Obrador (38,1% contre 31,7%). Mais très vite, ce dernier a dénoncé des résultats "frauduleux" et une élection émaillée d’irrégularités "avant, pendant et après" le scrutin. L’Institut électoral fédéral, qui a effectué un nouveau décompte des voix, a pourtant certifié dimanche 8 juillet la victoire du candidat du PRI.
 
Les accusations de fraudes évoquées par Andres Manuel Lopez Obrador ont, quant à elles, été confirmées par des ONG ainsi que par de nombreuses vidéos diffusées sur les réseaux sociaux et par les médias. On y voit des électeurs mexicains raconter les fraudes dont ils ont été les témoins ou auxquelles ils ont participé.
 
 
Vidéo publiée sur YouTube par lazonafantasma.
 
- À 7’47, une jeune femme qui a été assesseur à Tijuana explique qu’un groupe de 10 à 15 personnes du PRI de Peña Nieto, qui venait d’un autre district, a investi son bureau de vote, obligeant les personnes présentes à sortir. Des électeurs sont ensuite arrivés en taxi pour voter.
- À 11’15, les auteurs de la vidéo montrent que l’encre utilisée comme marque électorale est facilement effaçable - un électeur peut donc voter plusieurs fois.
 
Des électeurs "achetés" par le parti du candidat victorieux exigent d'être payés
 
Les partisans du mouvement Yo Soy 132 ne sont pas les seuls à manifester au Mexique. Plus étonnant, des électeurs affirmant avoir été achetés par le PRI réclament maintenant la rémunération promise. Sur cette autre vidéo, plusieurs personnes expliquent que le parti d’Enrique Peña Nieto leur a promis entre 500 et 1 000 pesos (entre 30 et 60 euros) en échange de leur vote, mais qu’après avoir attendu toute la journée, ils n’ont toujours pas été récompensés.
 
Vidéo publiée sur YouTube par eldescensurador.
 
Le coordinateur de campagne d’Andres Manuel Lopez Obrador, Ricardo Monreal, a par ailleurs accusé mercredi le PRI d’avoir rémunéré certains électeurs en bons d’achat.
 
Ricardo Monreal a d’ores et déjà annoncé que la gauche avait l’intention de récuser le président de l’Institut électoral fédéral, Alejandro Luna Ramos, qui est en charge de la validation de l’élection. Elle lui reproche d’avoir été parmi les magistrats "qui ont avalisé la fraude" lors de l’élection présidentielle de 2006 qui avait porté le président sortant Felipe Calderon à la tête du pays.
 
La proclamation officielle des résultats aura lieu le 6 septembre.
 
Contributeurs


Fermer