Mesdames, dans le métro de Shanghai, descendez couvertes !

 
L’été à Shanghai peut être étouffant. Pourtant, c’est la dernière recommandation d’une société en charge de plusieurs lignes du métro de la mégalopole chinoise, qui dit vouloir limiter les risques de harcèlement sexuel. Mais ce conseil a plutôt froissé les utilisatrices.
 
"Dans le métro, ce serait étrange de ne pas être harcelée avec une telle tenue. Les pervers sont nombreux. Jeunes femmes, pour éviter de crier aux loups, un peu de tenue s'il vous plaît." Voilà le message que la compagnie de transport en commun a publié sur son Weibo (le Twitter chinois), accompagné de la photo (ci-dessus) d'une femme qui attend sur un quai en tenue transparente.
 
Les dirigeants de la société évoquent là un phénomène récurrent - celui du harcèlement dans les rames du métro sous toutes ses formes : le simple regard, l’observation plus insistante et les attouchements. Plutôt que de cibler directement les malfaiteurs, le message invite les femmes, victimes de ces agressions, à faire en sorte qu’elles ne se produisent pas.
 
 
Cette position a enflammé la Toile chinoise. Sur Weibo, les internautes ont interpellé directement la société du métro : "Vous êtes censés vous occuper de la sécurité des passagers, vous n’avez pas à les empêcher de prendre leurs responsabilités et encore moins à donner des excuses aux criminels !" Elle a aussi inspiré deux utilisatrices qui sont descendues voilées dans le métro avec des pancartes indiquant : "On veut de la fraîcheur, pas des pervers" ou "Nous pouvons être ‘dragueuses’ mais vous cela ne vous donne pas le droit de nous harceler."
 
 
Ces happenings sont aussi largement commentés sur le Web. Cependant, la plupart des internautes estiment que si les mots étaient mal choisis, le message de la société du métro visait avant tout à protéger les femmes.
Contributeurs


Fermer