En Russie, une "manifestation" en solitaire sous la surveillance de la police

 
Combien de policiers russes faut-il pour surveiller un homme qui manifeste dans une ville ? Non, ce n’est pas une blague, bien que le début y ressemble. Pour se moquer d’une nouvelle loi qui vise à limiter considérablement les rassemblements publics, un jeune homme d’Ekaterinbourg a envoyé une lettre à la police pour les avertir qu’il allait organiser un petit rassemblement.
 
Dans cette lettre, l’homme, un blogueur nommé Rostislav Zhuravlyov, précise qu’ils seront cinq participants et communique l’itinéraire de ce qu’il appelle "une promenade entre amis". Il publie sa lettre sur son blog et explique penser qu’il n’entendra jamais parler de la police.
 
Erreur ! Un policier l’appelle dès le lendemain. Son rassemblement est autorisé, lui dit-il. Le blogueur se rend alors au point de départ de son "rassemblement public". Seul. Plusieurs policiers sont déjà là. D’autres sont positionnés tout au long de son trajet. En tout, dix officiers de police surveillent sa promenade en solitaire à travers la ville, que Zhuravlyov filme entièrement.
 
 
Voici quelques extraits de dialogues entendus sur la vidéo :
 
A 0’58 – Un policier : “Votre avis de rassemblement est en accord avec la loi. Nous avons donc mis en place un plan d’action pour préserver l’ordre public pendant votre action. Peu importe que les cinq personnes que vous attendiez soient là ou pas, nous devons être ici".
 
1’53 – Zhuravlyov, à la caméra : “La loi est parfaitement respectée. Les policiers me suivent, et par là, vous pouvez voir des membres de l’unité anti-extrémisme. Maintenant, je dois prendre un trolleybus, comme je l’ai écrit dans ma lettre, pour me rendre à l’Académie d’architecture. Je suis très impressionné".
 
(D’autres policiers l’attendent là-bas)
 
2’35 – Zhuravlyov : “Est-ce que vous êtes là à cause de mon avis absurde ?"
        - Le policier : "Absolument".
 
4’35 – Zhuravlyov, à la caméra : “Ok, les policiers ont d’autres choses à faire, donc je vais leur annoncer officiellement la fin de ma promenade".
 
4’50 – Zhuravlyov : “En tant qu’organisateur de l’action, j’annonce que c’est terminé, vous pouvez donc partir maintenant, parce que c’est absurde. Partez et remplissez vos devoirs habituels. Je m’en vais. D’accord ? Salut”.
 
Rostislav Zhuravlyov n’est pas le premier à juger cette nouvelle loi absurde. D’autres ont dénoncé des arrestations lors de circonstances comiques, par exemple à Saint-Pétersbourg, lors d'un rassemblement de fans de Michael Jackson en sa mémoire, ou d'une bataille de polochons, toujours à Saint-Pétersbourg.
 
Contributeurs


Fermer