Des maNUfestations étudiantes pour dénoncer le Grand Prix de Formule 1 au Canada

 
Jeudi, à la veille du lancement du Grand Prix du Canada, des étudiants grévistes sont sortis dans la rue tout nus, ou presque. L’objectif de cette "manufestation" était d’exiger la "transparence" du gouvernement notamment sur sa politique économique. Ce dernier est accusé de faire passer en force une loi de rigueur prévoyant l’augmentation des frais de scolarité, tout en acceptant que la province de Québec finance une partie du Grand Prix du Canada.
 
"Manufestation" à Montréal hier. Les manifestantes se sont dessinées sur la poitrine un carré rouge, symbole de la révolte étudiante.
 
La police anti-émeute a eu recours en fin de soirée aux grenades assourdissantes et aux gaz lacrymogènes pour empêcher les manifestants de s’approcher du quartier où les stands du Grand Prix sont installés. Au total, 39 personnes ont été arrêtées jeudi par la police au cours des diverses manifestations.
 
Altercation entre manifestants et policiers hier à Montréal.
 
Craignant des perturbations, l’organisateur du Grand Prix avait choisi d’annuler la journée porte ouverte prévue jeudi.
 
La branche québécoise du collectif de pirates informatiques Anonymous s’est dite par ailleurs prête à semer le chaos sur les serveurs du Grand Prix pour appuyer la cause des étudiants. 
 
Des féministes radicales ont également prévu de manifester samedi pour dénoncer "l'exploitation sexuelle commerciale" de la femme qui caractérise selon elles le Grand Prix.
 
Un "manufestant" en slip se lâche devant une rangée de policiers.
Contributeurs


Fermer