Les étudiants de Lagos au Nigeria lancent aussi leur mouvement "Occupy"

Rassemblement des étudiants mardi 29 mai devant l'Université. Vidéo publiée sur YouTube par ikthegenus.
 
Les étudiants de l’Université de Lagos, ancienne capitale du Nigeria, refusent que leur établissement change de nom. Pour la deuxième journée consécutive, ils manifestent contre la décision du président Goodluck Jonathan de rebaptiser "Unilag" (University of Lagos)  "Moshood Abiola University". Le président souhaite en effet rendre hommage à une figure célèbre de la démocratie nigériane, Moshood Abiola, emprisonné entre 1993 et 1998, sous la dictature militaire de Sani Abacha.
 
Mercredi 30 mai au matin, les étudiants ont envahi le Third Mainland Bridge. Photo publiée sur Twitter par @tosinadeda.
 
Goodluck Jonathan a annoncé cette décision mardi 29 mai, lors d’un discours à la télévision à l’occasion de la Journée de la démocratie, une fête nationale au Nigéria. Les étudiants, très surpris, se sont aussitôt rassemblés devant la faculté pour manifester leur colère. Ce mercredi, ils se sont donné rendez-vous sur le pont le plus long d’Afrique (10 500 mètres), le Third Mainland Bridge, qui relie la péninsule de Lagos au continent. Sur Twitter, les internautes ont créé le hashtag #Occupyunilag pour appeler à rejoindre le mouvement et informer sur le rassemblement. Ils disent vouloir conserver le nom d’ "University of Lagos" car cette institution, créée en 1962, soit deux ans après l’indépendance du Nigeria, jouit d’une grande popularité dans le pays. Elle est une référence et un symbole pour beaucoup de jeunes. Aux yeux des étudiants, le gouvernement devrait, avant de s'atteler à un changement de nom, se pencher sur l'amélioration des formations et des infrastructures de l’université.
Contributeurs


Fermer