La grève sans fin des étudiants de Libreville

Depuis le mois de janvier, l’université Omar-Bongo-Ondimba (UOB), à Libreville, au Gabon, connaît une révolte étudiante qui n'en finit plus de durer. Les étudiants réclament notamment le paiement des bourses d’études et l'annulation du critère de l’âge pour leur attribution. Depuis cinq mois, plusieurs manifestations ont été organisées sur le campus universitaire et dans la capitale gabonaise. Des débordements entre forces de l'ordre et contestataires ont incité les autorités à déployer des forces anti-émeutes autour de l’université. Leur retrait constitue désormais un grief supplémentaire pour les étudiants qui entendent poursuivre leur "mouvement d'humeur" tant qu'ils ne seront pas entendus par le gouvernement. 
 
 
Pour empêcher les professeurs de faire cours, les jeunes ont à plusieurs reprises érigé des barrages, n’hésitant pas à y mettre le feu pour dissuader le personnel de l'université de forcer les blocus. Des enseignants avaient arrêté de faire cours pendant plusieurs jours pour dénoncer ce climat "d’insécurité" avant d’appeler à la reprise des activités pour le 14 mai. Aujourd’hui, les cours sont toujours perturbés, comme l’a constaté notre Observateur, étudiant en première année de sociologie à l’UOB, qui a photographié ce barrage ce mardi 15 mai (photo ci-dessus).
 
Heurts entre étudiants et forces de l'ordre, le 18 avril, devant l'UOB. Photo de notre Observateur Armel. 
 
Des forces anti-émeutes devant l'université, le 19 mars. Photo de notre Observateur Armel. 
Contributeurs

Commentaires

GREVE A L'UOB

Cette situation s'explique en tres grande partie par l'incompetence de nos autorites nottament le Ministre de tutelle, le TOUT PUISSANT Maitre logiste Seraphin MOUDOUNGA qui est dans l'incapacite de regler une crise qui sevit dans le secteur educatif depuis des annees. En effet, il est a la base du probleme car il persiste dans la voie de la violence et empeche meme son superieur hierachique de travailler correctement. Ainsi, on a surpris le premier ministre declarant, je cite: "je ne peux rien dans cette crise car cela n'est pas de mon ressort". La loge au Gabon est entrain de trangresser toutes les lois en vigeur a l'avantage d'une seul personne: LE GRAND MAITRE Seraphin MOUDOUNGA{ LE MAITRE SPIRITUEL DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE LE GRAND EMERGENT Ali BONGO fIls d'ODIMBA

GREVE A L'UOB

tu as tout à fait raison, le ministre de tutelle reste sans agir sur la problématique. les problèmes des étudiants de l'uob va du mal en pire année après année. je pense que c'est l'absence de patriotisme qui est la cause principale aussi bien au niveau interne, c'est à dire, les enseignants et les étudiants, qu'au niveau externe, c'est à dire le gouvernement

Ignorance des chefs d'état africain

Cette situation est déplorable surtout que l'on sait que le Gabon est un pays producteur de Pétrole. Mais cela ne traduit que la méchanceté des dirigeants africains qui ne veulent pas le développement de leur pays. Pendant que leurs enfants sont dans des grandes écoles en Europe ils ne se préoccupent plus de la situation dans les écoles du pays.
La situation doit être régler le plus vite; l'éducation est un domaine prioritaire et doit être au centre de l'état. Même au Congo-Brazzaville depuis près de 5 ans; année après année le système éducatif connaît des grèves interminables.
Les dirigeants africains doivent améliorer les systèmes de l'éducation, l'enseignement supérieur... dans leurs divers pays; ils tuent l'élite de demain.



Fermer