Le parti néo-nazi grec somme les journalistes de se lever devant son dirigeant

"Debout ! Debout ! Montrez votre respect !" Tel est l’ordre intimé par un gros-bras du parti néo-nazi grec Aube dorée aux journalistes venus assister à la conférence de presse de son dirigeant, Nikos Michaoliakos, le dimanche 6 mai. Ceux qui ne sont pas d'accord sont priés de quitter la salle. S’ensuit un discours dans lequel le chef d’Aube dorée affirme, entre autres, son hostilité envers les médias de masse qu’il accuse de l’avoir calomnié.
 
Cet incident a fait du bruit sur les réseaux sociaux, où les internautes s'interrogent sur la docilité des journalistes, qui ont pour la plupart accepté de se lever à l'appel des gardes du corps.
 
Lors des élections législatives organisées le 6 mai, le parti nationaliste a obtenu 21 sièges sur 300 au Parlement grec, avec près de 7 % des voix.
 
Contributeurs


Fermer