Photomontage censuré : l’ambassadeur des États-Unis à Pékin en dissident de la Révolution culturelle

Photomontage publié sur le site China Media Project.
 
Voici un photomontage qui n’a pas plu aux autorités chinoises. Il représente l’ambassadeur des États-Unis en Chine, Gary Locke, inséré dans une scène de "traitre" humilié pendant la Révolution culturelle. L’ambassadeur y est ainsi montré agenouillé, la tête basse. Autour du cou, il porte une pancarte sur laquelle sont listés ses "crimes" : "achète du café avec des coupons de l’Etat" et "porte lui-même ses bagages" (à son arrivée en Chine, l’ambassadeur américain avait été pris en photo portant lui-même ses valises et achetant un café sur ses deniers personnels). La légende de l’image : "la seule solution pour Gary Locke, c’est la corruption". Publiée sur le réseau social Weibo le 7 mai, l’image a été censurée dans la journée.
 
Réalisé par Liu Buchen, un expert en relations publiques qui compte plus de 197 000 abonnés sur Weibo, le photomontage  tourne en ridicule les attaques menées par la presse chinoise contre Gary Locke. L’ambassadeur américain est en effet très critiqué pour son intervention dans l’affaire Chen Guangcheng, le dissident chinois qui demande aujourd’hui à s’installer aux Etats-Unis.
 
Chen Guangcheng est un avocat et défenseur des droits de l’Homme. Le 26 avril, il s’est échappé de résidence surveillée pour se réfugier à l’ambassade des États-Unis. Il a quitté l’ambassade quelques jours plus tard pour être transféré, accompagné de Gary Locke, dans un hôpital.
 
Les médias chinois ont ignoré cette affaire, par ailleurs largement censurée sur les réseaux sociaux.
Contributeurs


Fermer