Loin des caméras, le Nord-Kivu s’enfonce une nouvelle fois dans la violence

Un soldat de l'armée régulière sur la route dans la localité de Sake, au Nord-Kivu, lundi. Photo : Alain Wandimoyi.
 
Depuis près d’un mois, des soldats mutins sèment le trouble au Nord-Kivu, région située dans le nord-est de la République démocratique du Congo qui a été ravagée par des années de guerre. Posté à une dizaine de kilomètres de la ligne de front qui sépare les mutins de l’armée régulière, notre Observateur nous offre un témoignage et des images exclusives d’une crise qui se déroule loin des caméras.

Début avril, des soldats issus du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), une milice implantée dans le Nord-Kivu depuis 2003 et ralliée à l’armée régulière depuis 2009, ont fait défection. Les mutins reprochent notamment au président congolais Joseph Kabila de n’avoir pas "respecté les accords, passés entre lui et le CNDP, relatifs à la réforme de l’armée congolaise".  La mutinerie, forte de plusieurs centaines d’hommes, est conduite par le général Bosco Ntaganda, l’ex-chef d’état major du CNDP. Surnommé "Terminator", Bosco Ntaganda fait l’objet d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) depuis 2006 pour enrôlement d’enfants. Un nouveau mandat d'arrêt devrait être lancé prochainement contre lui pour des viols et des meurtres commis pendant qu'il était à la tête du CNDP et après son intégration dans l'armée en 2009. 

Depuis une semaine, les affrontements se sont multipliés entre les éléments rebelles et les FARDC, l’armée régulière congolaise. Dimanche, des combats particulièrement violents ont eu lieu dans la région de Masisi, une zone autrefois occupée par le CNDP où les mutins ont repris le contrôle de plusieurs localités. D’importants mouvements de population ont été signalés.
 
Toutes les photos ont été prises par notre Observateur Alain Wandimoyi et postées sur son blog.
 
Civils et soldats prennent la route dans la localité de Sake.

Le sous-sol du Nord-Kivu, région frontalière de l’Ouganda et du Rwanda, regorge de richesses minières très convoitées, parmi lesquelles le cuivre, le diamant mais aussi le coltan, un minerai utilisé dans la fabrication des téléphones portables. Depuis près de 20 ans, la zone est le théâtre de combats pour le contrôle de ces ressources.
 
Contributeurs

"Les mutins sont éparpillés un peu partout et sèment la panique"

Alain Wandimoyi est photographe et blogueur à Goma. Il s’est rendu lundi dans la localité de Sake, dans la région de Masisi, où se trouve un important camp de l’armée régulière congolaise.

Les soldats du CNPD, ralliés à l'armée régulière depuis 2009, réclamaient notamment l’ouverture de postes dans l’armée et la reconnaissance des grades qu’ils avaient dans la milice mais, aujourd’hui, ils estiment avoir été floués par le pouvoir.

Les mutins se réclament tous de Bosco Ntaganda, qui se cache quelque part dans les collines. La situation dans la région de Masisi est très confuse. En quelques semaines, les mutins se sont éparpillés un peu partout dans les localités et sèment la panique. La population civil tente donc de fuir. Certaines personnes que j’ai rencontrées ont été prises au milieu de combats et m’ont expliqué que les rebelles n’hésitaient pas à tirer sur les civils. On ne comprend pas très bien quel est leur objectif.
 
 
Une déplacée se repose sur une route, près de Sake.

Les mutins occupent les espaces agricoles, donc les paysans sont obligés de leur laisser leurs champs et leurs productions. Beaucoup de civils arrivent à Goma, mais il n’y a aucune infrastructure pour les accueillir. Ils s’installent pour l’instant dans les écoles ou parfois même dans la rue. D’autres se réfugient au Rwanda voisin. Des soldats de l’armée régulière ont été vus sur les routes aux côtés des civils en fuite mais, d’après mes informations, il s’agit de replis tactiques. La plupart se retrouvent un peu plus loin pour organiser la contre-attaque.
 
Soldats des FARDC, l'armée régulière congolaise.
 
Deux soldats de l'armée régulière se retrouvent après la confusion sur le front.

 
"Les mutins ont interdit aux habitants de partir. C’est la technique qu’ils utilisent pour pouvoir plus facilement enrôler de force et augmenter leurs effectifs"


Les habitants qui ont réussi à fuir sont les plus chanceux car, dans plusieurs localités, les mutins ont interdit aux civils de partir. C’est la technique qu’ils utilisent pour pouvoir plus facilement enrôler les gens de force. Des cas de viol ont aussi été signalés.

La richesse de la région explique son instabilité. Dès qu’elles le peuvent, les milices tentent de remettre la main sur les gisements. Bosco Ntanganda s’est même rapproché dernièrement de la milice armée des Maï-Maï Cheka qui a la main sur un gros gisement de cassitérite [un minerai qui, une fois raffiné, est transformé en étain. Ce matériau est très prisé par l’industrie électronique, NDLR].
 
Sur une route, dans la région de Sake.

Ce que l’on redoute, c’est que la population souffre, une fois encore, de ces combats [entre 1998 et 2003, la deuxième guerre du Congo a ravagé le pays, entraînant viols et massacres. Le nord-est du pays avait été particulièrement touché, NDLR]. Mais, aujourd’hui, je ne crois pas que ces mutins puissent aller très loin. À moins qu'elle n'obtienne l’aide de pays étrangers comme le Rwanda [en décembre 2008, un rapport de l'ONU accusait le Rwanda de Paul Kagame d’avoir soutenu la milice tutsi de Laurent Nkunda, alors chef du CNDP jusqu’à son arrestation en 2009, NDLR], cette rébellion ne tiendra pas longtemps car elle ne compte pas beaucoup d’hommes et se retrouvera vite à cours de munitions.
 
 
Les deux photos ci-dessus ont été prises par Alain Wandimoyi en 2009, lors du ralliement d'éléments du CNDP à l'armée régulière congolaise. Postées ici.
Billet écrit avec la collaboration de Ségolène Malterre, journaliste à France 24.

Commentaires

leadership complice, incompetent, inconsistant,

Les cryptocongolais fuyant la misère dans toutes ses formes dans le rwanda de kagame, kadogo de toujours et esprits criminels, ne pourront ête arretes que par un leadership responsable et patriote
et vous observerez qu 'en cas d'accession au pouvoir d'un leadership comptable et responsable, les cryptocongolais quitteront précipitamment le congo, pour rentrer dans le morne rwanda où un etat bien charpenté ne leur permet aucun des écarts qui se permettent dans ce laisser aller general de la rdcongo, ils devront se contenter de défricher leurs champs, de rentrer dans leurs villages d'origine se ronger le frein

leadership complice, incompetent, inconsistant,

Les cryptocongolais fuyant la misère dans toutes ses formes dans le rwanda de kagame, kadogo de toujours et esprits criminels, ne pourront ête arretes que par un leadership responsable et patriote
et vous observerez qu 'en cas d'accession au pouvoir d'un leadership comptable et responsable, les cryptocongolais quitteront précipitamment le congo, pour rentrer dans le morne rwanda où un etat bien charpenté ne leur permet aucun des écarts qui se permettent dans ce laisser aller general de la rdcongo, ils devront se contenter de défricher leurs champs, de rentrer dans leurs villages d'origine se ronger le freinµ

nord kivu

Naissance d'une nouvelle catastrophe humanitaire dans l'indiffférence générale ?
A QUI PROFITE LE CRIME ?

Si nous analysons la

Si nous analysons la situation très bien ces mutins ont des revendications qui se justifient et s'ils sont bien canalisés, ces revendications auront echos sur le reste de l'armé. Les mutins cotoyent les armées rwandaises et ugandaises où les conditions socio -professionnelles sont relativement bonnes. si nous comparons l'économie et les ressources de ces pays à celui de la RDC, les militaires congolais devaient être les mieux lotis.Malheureuse les militaires et fonctonnaires de la RDC vivent comme des clochards dans leur pays sans la moindre réaction du gouvernement ou même des tendances à une amélioration...il faut bousculer ce gouvernement et le pousser à changer la situation de vie de ses fonctionnaires.

La situation en RDC

Oui! Même si leurs revendications sont fondées! Même si nous savons que le militaire a pour instrument de travail l'arme! Je préférais les tirs de sommation dans les casernes que de s'affronter et faire des victimes.

Je pense que l'Etat congolais

Je pense que l'Etat congolais doit réagir immediatement et sans minimiser l'ennemi car dire que cette mutinerie ne compte pas beaucoup d’hommes et se retrouvera vite à cours de munitions, n'est pas sage. C'est un groupe des soldats aguerris,dévoués à leur maitre et surtout discipliné par rapport au camps loyaliste...ils vont se ravitailler en munitions dans les positions que les soldats loyalistes auront abandonnés, c'est aussi leur technique ne l'oubliez pas.L'Etat major congolais doit demenager de Kinshasa au Kivu pour galvaniser ses troupes. Sinon ils vont encore perdre cette guerre et fairont appel au voisin pour arreter aussi Ntaganda.

Mutinerie au Kivu

De l´extérieur, nous suivons la situation politique d´un grand pays africain qui nous a accueilli au moment où nous necessitions de l´assistance, suite à la gueurre fratricide, mieux de l´indépendance de notre pays. Aujourd´hui, il est tout à fait regrettable que ce géant aux multiples richesses ne puisse se remettre sur pied à cause des politiques mesquins et irresponsables qui prennent le peuple en otage, en développant des théories qui vont de la lutte nationalo-sociologique à la confection des conflits armés, sans fondement, dans le but singulier de prendre le pouvoir.

Cette mascarade ne sert pas le peuple, encore moins la nation congolaise.

Un petit conseil, cessez de construire des gouvernements dit-on d´une opposition irresponsable et comploter contre ce peuple dont vous vous réclamez et taisez-vous, si vous pensez que vous ne pouvez pas coopérer avec le gouvernement de Mr Kabila. Faites une opposition sincère en critiquant objectivement l´actuel gouvernement et non pas faire des coups-bas armés qui font souffrir le peuple.

Vous pensez que votre présence à la tête de ce pays va arranger les choses? Monsieur Tshisekedi, vous vous tromper ... Je vous ai vu à l´oeuvre au temps de Mobutu et tout le long de la conférence nationale que l´ancien complice de Mobutu, Mosengwo Passinya, a dénaturé par une philosophie du rejet ostentatoire de son propre complice car il savait là où il menait ce peuple meurtri par le mensonge de tous ceux qui ont participé de la lutte pour l´indépendance. Aujourd´hui, ils veulent se laver les mains, en proposant des discours vides de sens ... le peuple congolais est assez mûr, raison pour laquelle il ne suit plus vos appels à la grève et la désobeissance civile.

Kamere, Tshisekedi et les autres insensés, donnez la paix à ce peuple qui vous respecte et laissez ce gouvernement travailler jusqu´à la fin de son mandat ... J´aimerais voir un jour que vous sauriez diriger vraiment ce pays sans tribalisme et despotisme qui caractérisent monsieur Tshisekedi ...

Peuple congolais, recherchez plutôt le consensus que le faux conflit qui ne fait que te ruiner...

Monsieur samuel, au lieu de

Monsieur samuel, au lieu de proposer une solution au problème de l'insécurité au kivu; tu viens de taxer kamerhe ettshisekedi comme le problème. Monsieur t'a le droit de défendre ton champion kanambe, mais il. Faut nous présenter son bilan. Tshisekedi et kamerhe n'ont jamais diriger la RDC donc je ne vois pas de quoi tu te base pour le qualifier de tribalistes. Donc si tu n'a pas de chose important à nous proposer ; tais toi monsieur nous sommes en deuil; nous n'avons pas besoin de te bêtises. Merci



Fermer