Des messes pour éloigner les "persécuteurs" de l'Église orthodoxe

 
Ils étaient plus de 40 000 à assister à la grande messe organisée par l’Église orthodoxe devant la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou dimanche. Le message des responsables religieux aux fidèles : "Vous êtes persécutés".
 
Le rassemblement a été organisé en réponse à une série d’actes de vandalisme qui, selon les responsables religieux, frappe en ce moment les églises russes. La faute selon eux aux Pussy Riot, un groupe de punk qui avait improvisé une prière anti-Poutine dans  la cathédrale du Christ-Sauveur en février dernier. Les trois chanteuses des Pussy Riots ont été arrêtées et risquent sept ans de prison, mais leur performance aurait ouvert la voie, selon l'Église, à ces actes de vandalisme. L’affaire des Pussy Riots divise l’Église orthodoxe : le patriarche Kirill, particulièrement visé par les chanteuses, a appelé à une punition sévère tandis que d’autres membres du clergé prônent la clémence.
 
Dimanche, devant la cathédrale à Moscou.
 
Depuis février, plusieurs actes blasphématoires ont en effet été répertoriés dans le pays. Le 6 mars, à Veliky Ustyug près de Moscou, un homme s’est attaqué à la hache à des icônes religieuses. Deux semaines plus tard, un crucifix a été tailladé au couteau et un prêtre tabassé dans une église de Nevinnomyssk, au sud de la Russie.

Le patriarche Kirill, ainsi que d’autres hauts représentants de l’Église orthodoxe, sont par ailleurs sous le feu des critiques pour leurs liens étroits avec le pouvoir politique ainsi que pour leur train de vie. Dernièrement, le patriarche a été accusé par les internautes d’avoir fait disparaître d’une photo la montre de luxe qu’il avait au poignet.
 
Des fidèles ont répondu à l’appel dans le reste de la Russie, comme ici à Tomsk, au sud du pays.
Contributeurs


Fermer