Une église vandalisée à Khartoum: le conflit entre les deux Soudan arrive dans la capitale du Nord

 
Une église du centre de la capitale soudanaise a été sauvagement attaquée le samedi 21 avril. Un signe, selon notre Observateur, que le conflit entre le Soudan et son voisin du Sud ne se limite plus à la très instable zone frontalière entre les deux pays.

Le bâtiment, qui se situe dans le quartier d’Al-Jerif, appartient à l’église presbytérienne évangélique du Soudan, dont une partie des fidèles est originaire du Soudan du Sud. Il fait partie d’un grand complexe abritant plusieurs autres services rattachés à la paroisse, dont une école. Le 21 avril, l’ensemble de la zone a été mis à sac par une foule de plusieurs centaines de personnes. Des salles ont été vandalisées et du matériel pillé.
 
 
 Selon un des prêtres, pendant les deux semaines qui ont précédé l’attaque, le discours à l’égard des ressortissants du Soudan du Sud s’était fait de plus en plus agressif, en écho aux affrontements récents le long de la frontière entre les deux pays, une zone particulièrement convoitée pour ses ressources en pétrole. Le 20 avril, à la veille de l’attaque, les forces du Sud s'étaient retirées d’un champ pétrolifère qu’elles occupaient depuis 10 jours à la sortie de la ville d’Heglig. Un retrait présenté par le gouvernement de Khartoum comme une victoire majeure du Nord sur le Sud. Le même jour, l’imam d’une mosquée du quartier d’Al-Jerif, connu pour ses prises de position radicales, aurait profité de la nouvelle pour inciter ses fidèles à attaquer l’église presbytérienne évangélique en proclamant un "djihad" contre les chrétiens.

Après des décennies de conflits armés entre les régions du Nord et du Sud du Soudan, soit près de 50 années de guerre civile qui ont provoqué la mort de plus de 2 millions de personnes et d’innombrables déplacés, le Soudan du Sud a proclamé son indépendance le 9 juillet 2011 après un référendum remporté à une écrasante majorité. Plusieurs centaines de milliers de personnes originaires du Sud, où le christianisme est majoritaire, vivent toujours à Khartoum, ville dont les habitants sont essentiellement musulmans. 
Contributeurs

"Le groupe qui a perpétré cette attaque a instrumentalisé les tensions grandissantes entre les deux pays pour inciter à la haine religieuse"

 Dr. Amgad Fareid Eltayeb est médecin à Khartoum. Il est musulman.

Le lendemain de l’attaque, je suis allé voir ce qui s’était passé. Et je voulais aider à nettoyer l’église en signe de solidarité avec la communauté chrétienne. Ce que j’ai vu est le résultat d’une campagne de haine. Ils ont brûlé toutes les Bibles. Ils ne se sont pas arrêtés à l’église, ils ont aussi ravagé l’école voisine.

Toute cette violence n’est pas sortie de nulle part. C’est le résultat d’un discours de haine. Le groupe qui a perpétré cette attaque a instrumentalisé les tensions grandissantes entre les deux pays pour provoquer des actes de haine religieuse. Ils ont même appelé à déclarer la guerre au Sud. Le complexe a été attaqué d’une part parce qu’il abrite une église, et d’autre part parce qu’il accueille des gens du Sud.

Cela fait un certain temps que ces discours d’intolérance se propagent sans que les autorités ne fassent rien pour les contrôler. Et la situation ne fait qu’empirer. Les propos de ces personnes là ne devraient pas être protégés par la liberté d’expression. D’une certaine manière, par sa passivité, le gouvernement excuse ces violences. J’ai peur que nous prenions le même chemin que celui qu’avait pris le Rwanda.
 
 
Toutes les photos ont été postées sur Facebook par SudanChangeNow.
 
Billet écrit avec la collaboration de Rachel Holman, journaliste à France 24.

Commentaires

Bravo au Dr. Amgad pour

Bravo au Dr. Amgad pour montrer l'exemple. J'aimerais voir plus de musulmans prendre conscience de la brutalite de l'extremisme islamique et elever leur voix contre ca. Que son exemple en inspire d'autres dans les pays ou les extremistes musulmans harassent et persecutent injustement les chretiens.

religions

Oui cést triste quand on pense que les religions Musulmane et Christianiste croyent en un dieu qui est surment le meme.du moins ont une foi commune en lámour du prochain et de Dieu.
Pourquoi maintenant certains extremistes musulmans ne respectent pas le Coran qui est calme et pacifique.
Les interets (petrol,or,minerais,etc...) viennent malheureusement spolier tout respect de l' Humain.
Et la vente dármes a ces pays nárrange pas les choses...............



Fermer