Téhéran sous les eaux, des habitantes narguent la police en marchant pieds nus

Photo postée sur Facebook par Azin Haghighi, photographe freelance - Jam e Jam.
 
Des pluies diluviennes et d'importantes averses de grêle se sont abattues sur Téhéran dimanche dernier, provoquant une paralysie générale dans le nord et l’est de la capitale iranienne, ainsi qu’une inondation impressionnante du métro. Une occasion, pour certaines habitantes, de retrousser leur pantalon et montrer leurs pieds que la police islamique ne saurait voir.

Les habitants de Téhéran, ville normalement épargnée par les inondations qui touchent ponctuellement le nord du pays, ont été surpris dimanche par l’ampleur des dégâts provoqués par les impressionnantes précipitations. Le réseau métropolitain a été complètement submergé et de nombreux véhicules ont été emportés par les eaux. Des vents violents ont également provoqué une panne d’électricité d’environ sept heures dans certains quartiers de la capitale.
 
Contributeurs

"Beaucoup de filles se sont retrouvées pieds nus avec les pantalons retroussés jusqu’aux genoux en dépit de la législation"


Kianouche Amiri habite à Téhéran. Il a 33 ans. Il se rendait au travail au moment des inondations.

Dimanche dernier, vers midi (heure locale), la matinée ensoleillée a peu à peu laissé la place aux intempéries. Rien d’inquiétant au départ mais au fur et à mesure, la pluie s’est intensifiée et le niveau de l’eau a rapidement augmenté. En moins d’une heure, les voitures et les habitants se sont retrouvés pris au piège par les eaux. J’étais à 10 minutes de mon bureau, et j’ai dû enlever mes chaussures et retrousser mon pantalon pour atteindre mon lieu de travail.

Le pire, c’est que beaucoup de filles se sont retrouvées pieds nus avec les pantalons retroussés jusqu’aux genoux, en dépit de la législation qui impose aux femmes de se couvrir de la tête aux pieds, sous peine de se voir infliger une amende. Contraintes par la situation, elles ont été nombreuses à braver l’interdit. Certaines filles ont profité de l’occasion pour narguer "passivement" la police, elle-même immobilisée et en incapacité d’agir ou de pourchasser qui que ce soit.  


"Les lignes de métro ressemblaient à un fleuve"

Le réseau métropolitain a été particulièrement affecté par la tempête. Dans certaines stations, l’eau remontait jusqu’à la bouche d’entrée du métro. Et dans les stations les moins touchées, les lignes de métro ressemblaient plus à un fleuve qu’à des voies de trafic ferroviaire. L’eau coulait à flots dans les couloirs et sur les rails et le plafond s’est effondré dans plusieurs endroits, provoquant d’importantes coulées de boue. Le trafic a été interrompu pendant deux jours sur certaines lignes et a repris en milieu de semaine.

Deux employés du métro pendant les inondations.
Photo postée sur Facebook.

Ce jour là, je n’ai pas travaillé de la journée à cause de la panne d’électricité. J’ai attendu que la crue baisse, et le soir, vers 21 heures, j’ai pris le taxi pour rentrer à la maison. Le prix des courses avait triplé, voire quadruplé.

La population est très en colère contre les autorités qui n’ont pas su anticiper ce phénomène. La construction du métro fait notamment l’objet de critiques. Les autorités accusent la mairie, qui accuse à son tour le pouvoir de ne pas lui donner les fonds nécessaires pour sécuriser le métro.

Un axe routier de Téhéran, dimanche 15 avril.
 
 

 
Toutes les photos ci-dessus ont été prises et postées sur Facebook par Azin Haghighi, photographe freelance.

Commentaires

inondations teheran<merci au photographe>

merci aux observateurs et france 24 et à ces gens qui souffrent avec le sourire devant un jouet moderne.Peut-étre la nature fera t-elle éloigner les guerres des primates du pétrole.

Il pleut , il pleut , il pleut , dégage ,dégage , dégage !

Il pleut ,il pleut, il pleut ,...voici venir l'orage ! musique maestro :
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=r0Y3G1keJho

" Miséricorde en pluie ,
Ensuite le beau temps ,
Éternel printemps dix neuf cent soixante dix neuf. "

salut à toi

mais qu'elles sont belles ces femmes,que la bêtise idéologique des faux mâles cache à nos rêves de mariages avec elles.



Fermer