Photo d’enfants soldats parmi les combattants rebelles dans le nord du Mali

Enfants soldats se réclamant du MNLA, à Gossi, le 6 avril. Photo prise par l'un de nos Observateurs sur place.
 
Plusieurs témoignages circulaient déjà sur la présence d’enfants soldats dans les rangs des milices rebelles qui contrôlent le nord du Mali. Des témoignages que vient appuyer cette photo, envoyée par l'un de nos Observateurs, de jeunes garçons portant armes et treillis dans les rues de Gossi, une commune contrôlée par les rebelles touareg et islamistes.

Gossi, une ville de 25 000 habitants située dans la région de Tombouctou, à 160 km au sud-ouest de Gao, a été prise par les rebelles touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) la semaine dernière. Des combattants islamistes ont par ailleurs été signalés dans la ville, comme à Kidal, Gao et Tombouctou.

Plusieurs témoignages rapportés par les médias ont fait état, ces derniers jours, de la présence d’enfants soldats (soldats de moins de 18 ans) dans les rangs des combattants rebelles. Un habitant de Tombouctou contacté par RFI a déploré l’absence de gendarmes, affirmant que de "petits enfants" commandaient  la ville.  À Gao, l'un de nos Observateurs nous a également signalé de "très jeunes garçons dans les rangs des Touareg qui sillonnent la ville en pick up".

Après deux mois et demi de combats, le MNLA a proclamé unilatéralement, vendredi matin, l’indépendance de l’Azawad. Une déclaration unanimement condamnée par la communauté internationale.

 
Contributeurs

"Les enfants suivent les parents qui ont rejoint la rébellion"

Mohammed Dicko habite à Bamako. Il nous a envoyé cette photo prise par un membre de sa famille à Gossi.

Mon cousin m’a expliqué qu’il y avait une cinquantaine d’enfants soldats dans la zone de Gossi. En peul, on appelle ces enfants les 'fusils au nombril'. Ça faisait plusieurs jours que le bruit courait à Bamako que de jeunes garçons participaient à la rébellion, mais jusqu'à présent, personne n’avait pu nous en apporter la preuve. La photo a été prise vendredi 6 avril dans la rue centrale du marché de Gossi. Mon cousin a voulu en prendre une seconde, mais la personne avec qui il était l’en a empêché, de peur de se faire repérer. On ne sait jamais trop comment des enfants armés peuvent réagir.

Mon cousin m’a expliqué qu’il connaissait deux des jeunes gens qu’il a pris en photo et qu’il savait à quelle fraction [groupes de familles nomades installées près d'un village ou d'un point d'eau] ils appartiennent. Tout le monde se connaît dans la région de Gossi. L’un aurait 13 ans et l’autre 14 ans. Il m’a aussi parlé d’un autre enfant soldat qui avait à peu près l’âge de sa fille, soit une dizaine d’années. Des soldats auraient essayé de lui mettre un treillis mais, comme il était beaucoup trop grand pour lui, ils auraient fini par le laisser en civil.

"Au coin d’une rue, on peut maintenant tomber sur un jeune garçon avec une kalachnikov qui te demande où tu vas"

Beaucoup d’adultes touareg vivant dans la zone ont rejoint les combattants de la rébellion au moment de la prise de leur ville. Les enfants suivent en fait leurs parents ou leurs grands frères lorsqu’ils font des rondes dans la ville. Quand les combattants adultes font une halte dans un domicile réquisitionné, les plus jeunes font le guet à l’extérieur. Au coin d’une rue, on peut maintenant tomber sur un jeune garçon avec une kalachnikov qui te demande où tu vas.

Actuellement, plusieurs groupes font la loi dans la ville de Gossi : des voyous, des membres de la milice arabe et des groupes islamistes et le MNLA. Mon cousin affirme que les jeunes qu’il a pris en photo se revendiquaient du MNLA.
 

 

Réactions du MNLA : "En aucun cas le MNLA n’a organisé ces recrutements"

Pour Moussa Ag Assarid, l'un des porte-parole du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) à Paris contacté par FRANCE 24, ces garçons ne font pas partie du MNLA puisque "aucun enfant de moins de 18 ans n’a intégré [son] armée". Il estime que "les combattants adultes sont assez nombreux pour atteindre leurs objectifs" et que "ces photos peuvent être des mises en scène destinées à salir l’image du mouvement."

Un colonel qui opère dans la zone de Tombouctou a, toutefois, admis qu’il pouvait y avoir des enfants mineurs parmi les fractions qui ont rejoint le MNLA à Gossi, mais qu’"en aucun cas le MNLA n’avait organisé ces recrutements". Il a ajouté que le mouvement était actuellement en train de stabiliser une à une les zones conquises et que, d’ici à quelques jours, des troupes supplémentaires viendraient rétablir l’ordre à Gossi : "Nous préférons évidemment mettre les enfants dans les écoles", a-t-il conclu.    

Billet écrit avec la collaboration de Ségolène Malterre, journaliste à France 24. 

Commentaires

D'ou venez vous exactement?

Revez est une chose et obtenir en est une autre.Si il y a les memes ethnies dans d'autres pays alors pourquoi faut il que ce soit dans le nord Mali?Aussi il ne faut pas etre ingrat,au depart c'etait pas du tout ce que vous dites,l'ethnie est venue d'ailleur mais acceptee par les communautes de la localite.Ne savez vous pas que vos ancetres payaient une somme aux authoctones pour leur sejour au nord Mali? Maintenant c'est vous une minorite qui veut parler au nom de tout le nord?D'ailleur disonns nous la verite,l'idee n'est nullement partagee par les touaregs,c'est juste un groupe de bandits que vous etes, venus de la Libye apres avoir laisser tomber le guide libyen Kadafi qui vous donnait tout.Pendant tout ce temps ou etiez vous?Si quelqu'un vous a promis quelque chose sachez qu'il veut juste vous utiliser pour parvenir à ses fins,revenez à la raison avant qu'il ne soit trop tard car le Mali est un et le restera par la grace de Dieu et de son prophete(PSL).

Il faut créer un Etat fédéral ouvert et démocratique’’, a écrit

Pour l'intérêt supérieur de l'ensemble des états de l'Afrique de l'Ouest et, tout particulièrement de la survie de la consolidation de l'institution d'intégration régionale qu'est la CEDAO, la partition d'un seul de ses membres est le prélude à un chaos général dont nul ne peut à présent mesurer les conséquences pour les populations actuelles et pour les générations futures !
Au moment où nos maîtres d'hier et sous cape d'aujourd'hui tendent à fusionner leurs états, apprendre à temps la leçon afin de l'assimiler au plus vite dans le sens de nos intérêts, nous impose de les suivre à la marque dans cette direction de rassemblement qui nous rendra inéluctablement plus forts face à l'adversité présente et à venir !

Enfants soldats dans le MNLA

Franchement je suis déçu du traitement de l'info pas France24 que j'admirait.
Je suis contre la répartition du mali, ça il n'en a pas question !!!
Mais qu'un organe de presse aussi "sérieux" nous montre des photos pareilles sans tête ni queue, c'est dommage.
Cela me rappelle les reportages sur le rébellion en Syrie, toujours des vidéos amateurs "difficilement vérifiable" selon les termes de la chaîne française. Pourquoi ne pas arrêter de nous infatiliser et nous dire la vérité une fois pour toute.
La rébellion en Syrie est une abomination faite de toute pièce par les occidentaux avec l'aide et le soutien de certains pays non démocratiques.
Comment comprendre qu'un pays membre de l'ONU déclare publiquement vouloir armer une rébellion dans un autre pays membre de cette instance internationale et personne ne s'en émeuve !!!!
France24 s'est faite l'écho de la voix mesongère de cette rébellion.

enfants soldats

Cette photo est floue et illisible. Vous dites qu'il s'agit d'enfants... mais ça ne se voit pas !

Franchement, faire un article

Franchement, faire un article avec une photo aussi mauvaise (on ne voit pas s'il s'agit d'enfants ; ce peut très bien être des jeunes de 20 ou 25 ans), c'est de la pure désinformation ! On se doutait que France24 roulait pour le Quai d'Orsay (comment pourrait-il en être autrement, vu ses sources de financement?). On en a une confirmation supplémentaire ici.

un peuple civilsé n'a pas sa place au milieu des barbares

quel honte ce traitement mediatique et la propagande faite sur se qui se passe en syrie et le soutien a des salafistes armé par le qatar et les saoudiens et le flot de mensonges qui vise a salir la lutte d'un peuple (touareg)qui veut recouvrir sa liberté que la france coloniale a mis dans des frontières tenue par ses héritiers (algerie, Libye,mali,niger) et qui s'acharnent a le faire disparaitre.

La vérité fait souvent peur

Ce n'est plus comme avant à massacrer en cachette, maintenant il y a les médias.
Heureusement qu'ils sont là, souvent au péril de leur vie, pour nous informer.
MERCI A EUX, ET VIVE FRANCE 24

Sincèrement, es-tu d'origine

Sincèrement, es-tu d'origine Touagreg pour croire trente seconde que c'est "un peuple opprimé"??? J'ai vécu dans les zones occupées actuellement et ils n'ont jamais eu le comportement de peuple opprimé (en revanche, les bella, leurs esclaves, oui!!!). Ce n'est pas le premier conflit meurtrier au Mali entre africains et touareg, le dernier avait tout de même duré 7 ans dans l'indifférence totale. Aujourd'hui, tout le monde tombe des nues alors que la tension date de centaines d'années et est en partie l'expression du conflit culturel entre les peuples nomades et les sedentaires... Es-tu aussi choqué de la façon dont on traite les Roms dans notre propre pays? De plus, n'oublie pas les touaregs sont un peuple guerrier très belliqueux et expensionniste (tout territoire traversé par un touareg lui appartient d'office, sans autre forme de procès!), se ne sont pas de "pauvres victimes" et heureusement car la vie dans le nord du Mali est rude pour eux comme pour les autres mais ils n'ont pas les mains si propres que ça... et il faut reconnaitre que les Peuls et les Bambara en face ne sont pas non plus des enfants de coeur. Ce conflit est complexe et nous dépasse complètement mais arrete d'être naïf, il n'y a pas "des gentils et des mechants" mais des peuples fiers, accrochés à leurs prérogatives et à leurs territoires. Et je te rappelle juste que justement les Touareg sont les seuls qui ont justement obtenus un droit de libre circulation à l'époque des colonies (et ils se sont sacrément battus pour ça), droit qu'il ont perdus d'ailleurs quand plusieurs des pays que tu cite ont recouvrés leur souveraineté.

les touaregs

Il n'y a pas de honte en montrant des enfants soldats.Au contraire ce jornaliste est trés brave et doit etre félicité.L'enrolement d'enfants pour combattre est un crime puni par la loi.Reclamer son indépendance est une chose mais enroler des enfants pour combattre en est une autre.Il n'y a pas de cause noble ici mais plutot de crime.

Cette video vous ediffierez

Cette video vous ediffierez M.
http://vimeo.com/34518414



Fermer