Scène de violence ordinaire dans un village de Cisjordanie

 
Toutes les semaines, les habitants de Nabi Saleh, en Cisjordanie, manifestent. Et toutes les semaines, inlassablement, les forces de défenses israéliennes (IDF) tentent de les faire rentrer chez eux, plus ou moins violemment. Un habitant a filmé un de ces vendredi "comme les autres".

Ces 12 minutes d’images, filmées par un activiste habitant à Nabi Saleh, permettent de suivre en détail la manifestation du 9 mars dernier et l’intervention de l’armée qui a suivi. L'opération militaire s’est traduite ce jour là par des jets de gaz lacrymogène et de grenades sonores dans une maison du village après une altercation entre des soldats et un groupe de femmes et d’enfants palestiniens.

Tous les vendredis, des manifestations sont organisées en Cisjordanie, notamment dans les zones B et C, placées sous le contrôle de l’armée israélienne depuis les accords d’Oslo en 1993. Et dans la plupart des villages frondeurs, les affrontements avec les forces israéliennes sont devenues monnaie courante. Nabi Saleh, petit village de 500 habitants a été l'un des premiers à protester contre le développement des colonies, fin 2009. Depuis, tous les vendredis, il est l’épicentre du mouvement de contestation.

Vidéo postée sur
Press Tamimi.

À 3 min 32, la vidéo montre un véhicule de l’IDF traversant le village de Nabi Saleh et l’aspergeant de "skunk", un produit chimique à base d’eaux usées qui laisse une odeur pestilentielle plusieurs jours durant. Des habitants sont ensuite filmés en train de jeter des pierres.  À 8 min 59, un garde frontière demande à des femmes et des enfants de rentrer chez eux. Il se fait huer par le groupe qui reste devant la maison. Quelques instants plus tard, des soldats lancent du gaz lacrymogène et des grenades sonores dans leur direction. La vidéo ne permet pas de dire si le groupe était encore sur place à cet instant.
 
Contributeurs

"Ils ne supportent pas qu’on sorte de chez nous et qu’on manifeste"

Bilal Tamimi, l’auteur de ces images, appartient à une grande famille de Nabi Saleh, dont l'un des membres, Mustafa Tamimi, a été tué en décembre 2011 par une grenade lacrymogène reçue en pleine tête.

J’ai réussi à filmer l’IDF de très près parce que les soldats étaient trop occupés à envoyer des gaz lacrymogènes et à répliquer aux jets de pierres. Mais c’était risqué. Le même jour, un journaliste a été blessé pendant qu’il filmait.

À l’intérieur de la maison touchée par les gaz lacrymogènes, il y avait des étrangers venus nous rendre visite mais aussi des sympathisants israéliens de la cause palestinienne. Ils se cachaient pour ne pas se faire arrêter. [Il est interdit aux étrangers, dont les journalistes qui n’ont pas de carte de presse israélienne, d’assister aux manifestations en Cisjordanie].  Et l’IDF demande en général aux journalistes autorisés de rester derrière leurs jeeps, ce qui fait qu’ils ne voient rien.

Ils ne supportent pas qu’on sorte de chez nous et qu’on manifeste. Ils ne supportent même pas qu’on se tienne devant notre maison. Rien que cela suffit pour qu’on se fasse gazer." 
 

FRANCE 24 a demandé à l’armée israélienne de réagir à ces images, notamment à l’utilisation de “skunk” sur les habitations et de gaz lacrymogène contre les femmes et les enfants. Voici la réaction de l’un de ses porte-parole :
 
Les forces de sécurité israéliennes ont pour mission de disperser les manifestations illégales et violentes tout en préservant la paix dans la région de Judée-Samarie [nom donné par Israël à la Cisjordanie]. Des moyens non mortels de contrôle de la foule ont été développés pour contenir les émeutes tout en minimisant les risques pour les participants.  Le vendredi 9 mars 2012, la dispersion de cette manifestation violente a nécessité l’intervention de véhicules militaires dans une zone habitée. Des moyens non mortels de contrôle des émeutes ont été utilisés contre les personnes qui lançaient des pierres, ce qui mettait en danger les forces de sécurité."


 

Commentaires

les israeliens martyrise et humilie les palestinien ,,,

la colonistion n'existe plus dans le monde sauf en palestine ou ils il existe des colonies et des colons qui grignotent la terre des palestiniens ! que vive l'état palestinien !

Colonisation

La colonisation n'existe plus dans le monde?
A Lhassa la capitale du Tibet, les tibétains sont devenus minoritaires.
Dans certaines régions du Turkestan oriental, les Ouigours sont maintenant
minoritaires.
La Nouvelle Calédonie fait encore partie de la France, pourquoi?. Ne serait ce pas une colonie française?
Et les russes en Tchéchénie? Ne serait ce pas une forme de colonisation?

Au moins en Palestine, les événements sont filmés et l'on peut se faire une opinion à partir d'images claires. Ce n'est pas le cas non loin de là en Syrie où filmer se fait au péril de sa vie mais c'est vrai qu'à propos de la Syrie ...

vive la palestine libre ,,,

tous contre l'état sioniste qui grignote la terre des palestiniens !!!



Fermer