Un an après le début de la répression, le Bahreïn s’enflamme à nouveau

 
Les médias se sont focalisés, jeudi, sur la Syrie qui fêtait hier le premier anniversaire de sa révolution. Ils ont largement occulté le Bahreïn, qui commémorait pourtant, lui aussi, l’anniversaire de la répression lancée par le régime, le 15 mars 2011, contre le soulèvement chiite.
 
À Sitra, dans le nord du pays, jeudi soir.
 
Des affrontements ont éclaté, jeudi, entre forces de l’ordre et manifestants dans plusieurs villes du royaume ainsi que dans les faubourgs de la capitale bahreïnie, Manama. Aux gaz lacrymogènes et aux balles en caoutchouc tirés par la police, les manifestants ont répondu en lançant des cocktails Molotov. Plusieurs blessés ont été signalés.

Il y a un an, les 13 et 14 mars 2011, après un mois de manifestations sans précédent au Bahreïn, la monarchie sunnite, aidée par un millier de soldats saoudiens, avait lancé une brutale répression contre les contestataires. Le 15 mars, la loi martiale était décrétée. C'est cette date, marquant le début de la répression, que célébraient les manifestants ce jeudi.

Pays à majorité chiite (environ 75 % de la population), le Bahreïn est une monarchie exclusivement gouvernée par des sunnites. Depuis février 2011, des membres de la communauté chiite, qui s’estiment victimes de discrimination, descendent régulièrement dans la rue pour demander une réforme constitutionnelle.
 
À Diraz, dans le nord-ouest du pays, jeudi soir.
Contributeurs

Commentaires

bonjour ben voila au sujet de

bonjour ben voila au sujet de ces soulèvement je pense qu'il y a des personnes qui ne veulent pas l’intérêt pour les gens de ces pays la mais pour eux même et quelque autres afin d'exploiter les richesses de ces pays



Fermer