Qui est derrière l’incendie de l’Institut d’Égypte ?

Façade de l'Institut d'Égypte après l'incendie.
 
Les victimes égyptiennes ne se comptent plus seulement en nombre de morts, mais également en trésors culturels. Avec l’incendie de l’Institut d’Égypte, samedi, au Caire, le pays a perdu un de ses fonds les plus précieux. Depuis, officiels et manifestants s’accusent mutuellement d’être à l’origine de ce sinistre. Notre Observateur est arrivé sur place alors que les flammes ravageaient encore le bâtiment.
 
L’Institut d’Égypte a été fondé en 1798 par Napoléon Bonaparte durant la campagne d’Egypte. Il regroupait 200 000 ouvrages rares et documents iconographiques originaux. Le bâtiment, incendié dans la nuit du vendredi 16 au samedi 17, date quant à lui du début du XXe siècle. Dans un communiqué, l’armée a accusé les manifestants "casseurs et drogués" d’être à l’origine du drame.
 
L'Institut d'Égypte samedi, après l'incendie. Vidéo filmée par notre Observateur.
 
Contributeurs

"Des miliciens du régime lançaient des pierres aux manifestants depuis le toit du bâtiment en feu"

Sherif Magd El Din est étudiant en cycle d’ingénieur à l’université du Caire. Il s’est rendu sur place samedi.
 
Quand j’ai entendu ce qui se passait, je me suis rendu à l’Institut d’Égypte samedi après-midi. Sur place, j’ai découvert un bâtiment complètement calciné. Les manifestants qui étaient là étaient composés de deux groupes : ceux de la place Tahrir et ceux de l’avenue de l’Assemblée [une des rues adjacentes à la place Tahrir où un campement a été installé]. Ces derniers sont essentiellement formés d’Ultras [une catégorie de supporters de foot qui s’est ralliée aux manifestants] et de membres des familles des morts et blessés de la révolution.
 
L’Institut d’Égypte se trouve à quelques dizaines de mètres de la place Tahrir. Personnellement, j’ai quelques réserves quant à la version officielle qui accuse les manifestants d’avoir lancé un cocktail Molotov à l’intérieur de l’Institut. D’abord, il y a des bâtiments administratifs bien plus symboliques dans ce secteur, à commencer par la préfecture, qui auraient pu être attaqués. Pourquoi brûler un lieu culturel comme l’Institut ? Sur les photos prises alors que le bâtiment était encore en feu on voit des "baltaguya", les milices proches du pouvoir, lancer des pierres sur les manifestants depuis le toit. [Les photographes de l’AFP affirment que des hommes proches du régime caillassaient des manifestants du toit du bâtiment]. Si les autorités sont si soucieuses de notre patrimoine, comment se fait-il que leurs hommes continuent à agresser les manifestants alors que l’Institut était en flammes ?
 
Plusieurs jours après l’incident, il n’y a pas de preuve imparable qui démontre la responsabilité des autorités dans l’incendie de l’Institut d’Égypte. Mais on peut cependant leur reprocher de ne pas avoir facilité la maîtrise de la situation [Sur Twitter, des internautes accusent les militaires d’avoir gêné l’accès des pompiers au foyer de l’incendie]. Quant à la violence présumée des manifestants, les contestataires que j’ai vus à mon arrivée sur place étaient calmes. Mais dès que les forces de sécurité sont arrivées, les altercations ont repris ; celles-ci avaient même dressé une barricade devant l’Institut d’Égypte pour se défendre."

 
Cet article a été rédigé en collaboration avec Sarra Grira, journaliste à France 24.


Fermer