Manifestations à Londres : "La jeunesse britannique n’a plus les moyens d’étudier"

 
Ils sont venus par milliers de toute la Grande-Bretagne pour manifester dans les rues de Londres. Objectif : forcer le gouvernement à abandonner la hausse des frais universitaires et les coupes budgétaires.
 
En novembre 2010, le gouvernement britannique décidait une première augmentation des frais universitaires provoquant une vague de violentes manifestations dans la capitale. Aujourd’hui, les étudiants s’insurgent une fois de plus contre la volonté du gouvernement d’ouvrir le financement des universités à des investissements privés. Un projet qui, selon eux, reviendrait à privatiser les universités et à en augmenter le coût d'entrée.
 
Les effectifs de police étaient deux fois plus importants que d’habitude ce mercredi dans les rues de Londres. Les manifestants étaient avertis que les forces de l'ordre avaient reçu l’ordre d’utiliser des balles en caoutchouc en cas de débordement. Mais l’appel des organisateurs à une "manifestation non violente" a été globalement respecté. 

"Non seulement nous allons perdre en qualité, mais certains ne pourront plus se permettre d’aller à l’université"

Alex Peters-Day est étudiante en anthropologie à la London School of Economics. Elle est secrétaire générale du Syndicat étudiant de l’université.
 
Nous protestons contre le plan du gouvernement qui veut autoriser la privatisation des universités. Le problème, c’est que l’objectif de ce projet n’est pas d’améliorer le système universitaire, mais de le rendre plus rentable. Nous sommes inquiets car nous allons perdre en qualité mais aussi parce que certains étudiants ne pourront plus se permettre d’aller à l’université. Car automatiquement les tarifs vont beaucoup augmenter. L’année dernière, il y a eu une baisse significative du nombre d’inscriptions après la décision du gouvernement d’augmenter les droits d’entrée.
 
Quand je suis entrée à la London School of Economics, j’ai payé 3 000 pounds l’année (3 500 euros). À partir de janvier prochain [date d’application de la réforme votée en novembre 2010], les étudiants devront payer 8 500 pounds l’année (10 000 euros). Personnellement je ne suis pas concernée par cette hausse, la mesure ne s’appliquant qu’aux nouveaux inscrits. Mais je n’aurais pas pu me permettre une telle somme. À l'avenir, les jeunes n’auront plus les moyens de faire des études.
 
Les frais d’inscription des universités publiques sont aujourd’hui plafonnés à 9 000 euros [10 500 euros] par an. Mais une fois privatisés, les établissements ne seront plus soumis à ces limitations.
 
“La police veut clairement nous empêcher d’exprimer notre droit de manifester”
 
Les manifestants sont tellement maltraités par les policiers que beaucoup d’étudiants ont maintenant peur de protester. J’ai personnellement été arrêtée pendant les manifestations de l’année dernière et accusée à tort d’avoir vandalisé un véhicule de police. Les forces de l’ordre ont confisqué mon ordinateur portable et mon téléphone pendant trois mois. Les poursuites ont été abandonnées juste avant ma convocation au tribunal. Et ce genre d’histoire est arrivé à beaucoup de personnes de mon entourage.
 
Ces derniers jours, la police a envoyé des lettres d’avertissement aux étudiants qui avaient été poursuivis par la justice suite aux dernières manifestations. Les autorités voulaient les décourager de lancer un nouveau mouvement. Et bien qu’innocentée, j’ai moi-même reçu cette lettre. Ce qui est terrible, c’est qu’ils ont gardé mes coordonnées et que mon nom figure sur une liste. C’est en quelque sorte une atteinte à ma vie privée. Ils veulent clairement nous empêcher d’exprimer notre droit de manifester.
 
 
 
Cette lettre a été envoyée par la police à des étudiants. Il y est inscrit : "C'est dans l'intérêt général et dans votre propre intérêt de ne pas vous engager dans une quelconque activité condamnable. Ceux qui s'avantureront dans cette voie seront arrêtés et jugés par un tribunal."

“A eux trois, mes enfants vont contracter une dette de 150 000 pounds pour l’ensemble de leurs d’études”

Paul Wynter, négociant en art et père de trois enfants, a participé aux manifestations de mercredi.
 
Cela n’a pas l’air de déranger le gouvernement que mes enfants commencent leur vie d'adulte endettés. Mon fils de 19 ans est déjà à l’université. Mes deux filles de 15 et 17 ans comptent y aller aussi. À eux trois, ils vont contracter une dette de 153 000 pounds [près de 185 000 euros] s’ils font six années d’études [à 8 500 pounds l’année soit 10 000 euros]. Si l’université est privatisée, je n’ose même pas imaginer le total. Et même si je fais le maximum pour les aider, ils devront emprunter de grosses sommes.
 
Je connais beaucoup de jeunes qui ont laissé tomber l’idée d’aller à l’université. Mes filles ne sont pas découragées, mais elles envisagent aujourd’hui de partir étudier à l’étranger, en France ou aux Pays-Bas, où les études supérieures reviennent beaucoup moins chères.
 
L’université ne devrait pas être payante du tout. Le gouvernement fait peser un lourd fardeau sur les épaules de nos enfants qui, à la fin de leurs études, ont déjà du mal à trouver un emploi. 
 

Commentaires

C'est scandaleux. Ce qui

C'est scandaleux. Ce qui n'est pas dit dans cet article est que le gouvernement se défend en rapportant qu'au sortir de l'université, les étudiants bien diplômés auront les moyens de rembourser leur crédit pris pour entrer à l'université. Cette idée me désespère, démarrer comme ça dans la vie... Les universités devraient être gratuites et pareil en France, bien que chez nous, ce soit moins cher et que les étudiants bénéficient de bourse. Oui parce que les bourses pour les étudiants anglais les plus pauvres seront supprimées. Mais symboliquement, le secteur supérieur devrait être gratuit. C'est fini le temps où le bac en poche, on pouvait accéder à de hautes fonctions...
Je ne parle pas de la répression policière. Comme en France, les gens ont peur de manifester "réellement". Faire des sitting ou autre à l'exemple des manifestations des indignés espagnols. Regardons ce qu'il se passe à la Défense..!



Fermer