Témoignages à chaud de nos Observateurs à Tripoli

 
Les témoignages de nos Observateurs à Tripoli, à l’heure où les rebelles contrôleraient près de 80% de la capitale libyenne, dernier bastion de Mouammar Kadhafi.

"À l’hôpital, des centaines de blessés font la queue dans les couloirs"
 
Mokhtar (pseudonyme) est médecin à l’Hôpital Central de Tripoli.
  
Les médecins ne peuvent pas se rendre dans les hôpitaux parce qu’ils sont bloqués par les checkpoints. Moi-même je n’ai pas pu me rendre au travail aujourd’hui parce que c’est dangereux de sortir de chez soi. Mes collègues de l’hôpital m’ont appelé ce matin. Ils m’ont dit que des centaines de blessés faisaient la queue dans les couloirs. Pour l’instant, ils sont moins nombreux que prévu, mais je n’ai pas de chiffre exact. La nuit dernière a été plutôt calme. Les rebelles sont entrés dans Tripoli sans trop de résistance. Mais aujourd’hui, l’insécurité règne dehors. Il y a des snippers autour du centre-ville et au niveau de la télévision d’État.
  
Il y aurait en ce moment des combats autour des quartiers généraux de Kadhafi et près du port. Le nombre des victimes pourrait donc augmenter rapidement. Si les combats persistent, la situation va se compliquer compte tenu du manque de médecins dans les hôpitaux."
 
"Les rebelles sont en train de rechercher les snipers de Kadhafi qui, selon les rumeurs, se cachent dans le quartier"
  
Mohammed habite dans le quartier Al-Andalus dans le centre de Tripoli, à côté de l’ambassade de France.
  
Il y a eu des affrontements pendant la nuit entre des rebelles de Tripoli et les hommes de Kadhafi. Puis, les rebelles locaux ont été rejoints par des combattants qui arrivaient de Zaouiyah [une des villes clefs sur la route de Tripoli tombée aux mains de la rébellion la semaine dernière]. Beaucoup de soldats loyalistes ont fui, d’autres se sont rendus. Les tirs ont cessé vers 9 heures ce matin. Les rebelles sont en train de rechercher les snipers de Kadhafi qui, selon les rumeurs, se cachent dans le quartier. Ils ont aussi installé des barrages dans les rues près de chez moi pour contrôler les allées et venues." 
 
"Tous les enfants du bourg sont aussitôt sortis dans les rues avec des dattes"
 
Houda (pseudonyme) habite dans un village proche d’une caserne militaire et d’un check point entre Zanzour et Tripoli, à une vingtaine de kilomètres de la capitale libyenne.
  
Hier soir, à la tombée de la nuit, nous avons entendu des coups de feu. Après six mois de combat, je suis capable de distinguer le son d’un M14 ou d’un M16 [fusil d’assaut] ! Mais nous ne savions pas qui tirait. Un ami a appelé son cousin, qui fait partie de la rébellion, pour lui demander où ils étaient. Le jeune confirmé que les rebelles étaient tout près. Les tirs ont continué un moment, ce qui nous fait dire qu’il y a eu un bref affrontement, puis nous avons vu les militaires de Kadhafi et les mercenaires africains reculer, à pied ou en voiture. Et ensuite beaucoup de jeunes dans des pick up ont défilé devant nos maisons en poussant des cries de joie. Nous avons alors couru dans le jardin pour crier ‘Allah Akbar’ [Dieu est grand]. Tous les enfants du bourg sont aussitôt sortis dans les rues avec des dattes et de la nourriture.
 
Après 42 ans d’anarchie totale, nous vivons un moment historique. Je suis née sous le régime de Kadhafi et, avant, je pensais qu’il était un rempart contre les conflits entre tribus. Je me suis aperçu que c’était de la pure propagande."
  
"J’ai peur que les pro-Kadhafi adoptent une politique de la terre brûlée"
 
Hisham Karmous est un habitant du quartier Al-Mansoura, non loin de Bab Azizia, le QG de Kadhafi.
 
"Depuis ce matin, j’entends des tirs dans le quartier. Je ne suis pas sorti de chez moi, beaucoup de mes voisins sont allés accueillir les rebelles. J’ai peur que les pro-Kadhafi adoptent une politique de la terre brûlée, maintenant qu’ils n’ont plus rien à perdre. Nous savons tous que les dernières heures d’un régime sont les plus difficiles. Une fois ce cap passé, l’avenir me semble plein de promesses. À travers cette révolution, le peuple libyen a démontré sa maturité et sa soif de liberté. Rien ne peut entraver désormais sa marche vers la démocratie. Les gens ne cessent de souligner le rôle des forces de l’Otan dans la chute de Tripoli. Je pense qu’il ne faut pas minimiser le rôle des rebelles, qui se sont bien entraînés et organisés pour cette opération finale."
 
 La mosquée Mawlay Mohamed à Tripoli accueille les rebelles avec des invocations
 
Pour célébrer l'entrée des rebelles dans la capitale, des invocations ont rententi dans le ciel de Tripoli depuis le minaret de la mosquée Mawlay Mohamed, en signe de louange à Dieu pour la victoire des rebelles. Vidéo publiée sur YouTube.
 
Célébrations à Benghazi, hier soir, alors que les rebelles entraient à Tripoli.
 
Vidéos ubliées sur YouTube par
MrElnadory.
Contributeurs

Commentaires

Vous êtes un peu prématuré.

Vous êtes un peu prématuré. Je comprends que vous aimeriez voir un mort al-Kadhafi, mais vous prenez votre temps et tromper les gens. Hier, les forces rebelles ont été chassés de la capitale libyenne, avec beaucoup de soldats perdus. Une équipe de personnes en liesse générale tir n'est pas à Tripoli. Mais après cela et il ya des doutes sur la liberté de la presse en Europe. J'ai déjà vu cela, en août 2008, lorsque tous les canaux européens a montré que l'installation artileriyskie Géorgie, l'Ossétie a été bombardée, et en Europe effrontément déclaré que c'est bombardements russes. Cet article montre qu'il n'ya pas de liberté d'expression en Europe, je suis désolé que tu es venu à cela.

Lutte contre les tirans colonisateure.

Vous voyez maintenant comment ils compte procède a l'après Kadahfi,ces gens ne nous aimes et ils ne veulent même pas le développement.Il ne vise que leurs intérêt personnel.Vous avez pourquoi il le traite de dictateur parce-que tout simplement il refuse de partage ces ressource avec eux et ils savent tous que c'est lui seul qui peu unir les peuples Africain par-contre cella ne les arranges pas et sa va joue sur leurs économie.Hière au journal de l’économie sur R FI ont dit pour la France et l'Angleterre que leurs économie commence a augmenté a cause de la guerre en Libye,frères et sœurs Africains je vous en supplie réveillée vous et regarde ce qui ce passe chez vous sinon ces tirants vons nous détruire entre nous.Ne regarde pas nos chefs d'état c'est des lâche et des hypocrites,ils ne visent que leurs poches et s'enfiche du bien de leurs population.Réfléchissez un peu et regarde se qui se passe en Syrie pourquoi ne pas intervenir labas militairement au-lieu d'attaque la Libye et je sais pourquoi ils n'interviennent pas tout simplement la Syrie est un pays voisin d’Israël.S'ils attaque la Syrie;il va riposté contre l’Israël;l'Iran et les Esbola Libanais vons se mêlé pour la destruction d’Israël et cella ne va jamais arrangé les Washington.Donc je lance un appelle a la jeunesse Africaine sortons massivement pour allez protesté devant leurs ambassade,soient il quitte chez nous soit il laisse la Libye tranquille.Ne comptons même pas sur l'union Africaine pour réagir,c'est des corrompus et des traites;sinon après la Lybie sa serra le tour a qui ????????????????

La chute d'un dictateur

Bien sûr , on peut se réjouir. Mais nous ne devons pas oublier, que l'intervention de l'OTAN dépasse la résolution du conseil de sécurité. A l'avenir, il sera difficile d'obtenir un soutien pour toute autre opération ou résolution de pays comme la Chine et la Russie. Bien de petits pays vont vouloir se doter de la Bombe Atomique pour être à l'abri des armadas des pays occidentaux. La petite Corée du nord est un exemple. Ce n'est pas les civils que l'on n'a voulu protéger puisqu'on a sans aucun doute tué beaucoup d'autres civils; mais, un régime qu'on a voulu faire tomber. Sarkosy se veut le Napoléon bis de France.
Attaquer maintenant la Syrie va être, menacer l'Iran et mettre à feu et à sang toute cette zone qui comprend aussi le Liban et Israël. Et les résolutions contraignantes contre Israël? Ce pays rend les États-Unis peu crédibles et sape sa politique étrangère. Maintenant, tout le monde a peur de ce que va faire OTAN dans le monde. Nous risquons une guerre généralisé pour masquer la crise économique. Je ne veux pas que la France soit impliquée après la Côte d'Ivoire où on a mis au pouvoir les allochtones à la place des autochtone au nom des intérêts de la France. Prions pour la paix dans ce monde de l'argent, de l'égoïsme et du pouvoir.

Quand on ne sait pas on se

Quand on ne sait pas on se tait le président de la cote d'ivoire est né d'une mère ivoirienne d'odienne nord de la cote d'ivoire et d'un pere ivoirien de khorogo nord de ce meme pays il a juste fait ses études au burkina avant d'être rappelé au pays par Feu Félix Houphouet Boigny pour etre 1er ministre ne copiez pas ce que les autres disent cherchez plutôt à vérifiez les dits !!

@prof c´est plutot a toi de

@prof c´est plutot a toi de te taire kan tu ne sais rien. pour kelk´un qui est ivoirien il lui a ete difficile de produire des document le prouvant et pr le bien du pays les President Gbagbo a usage de l´article 64 pr lui permettre en tant ke candidat exceptionnel de se presente pareil pr Bedie qui avait depasse l´age requis.

avec l'accord de ouaga il

avec l'accord de ouaga il étai obligé de le faire et tu ment quand tu dit qu'il na pas pu prouver car il y'avait bien la carte national de son pere soi disant burkinabé qui fut établi le 20 mars 1963 à Dimbokro

informe toi lis plutot sa

informe toi lis plutot sa declaration lors d'un forum de 2001 :

Je me présente. Je suis Alassane Ouattara, né le 1er janvier 1942 à Dimbokro comme l'atteste mon acte de naissance. La déclaration de naissance établie par le Médecin Capitaine BERGOUNIOU peut être consultée à tout moment et en toute liberté à Dimbokro. Mon père s'appelait Dramane Ouattara et ma mère s'appelle Nabintou Ouattara née Cissé. Mon père Dramane Ouattara est Ivoirien. Il est de Kong en Côte d'Ivoire, descendant de l'Empereur Sékou Ouattara, bien connu des historiens de notre pays. Après avoir été enseignant, il est devenu représentant de la CFAO et commerçant.

De Kotobi, il s'est installé à Dimbokro où je suis né et où se trouve encore notre cour familiale, occupée aujourd'hui par mon frère Sinali. Dramane Ouattara est très connu dans la boucle du cacao à Bongouanou, à Kotobi où est né Gaoussou, mon grand frère, présent dans cette salle. Mon père a eu à exercer à Sindou non loin de la frontière ivoirienne, les fonctions de chef traditionnel de village. Sindou faisait partie de l'ancien empire de Kong qui couvrait alors une partie de la Côte d'Ivoire, du Mali et du Ghana. Je suis de la lignée de l'Empereur Sékou Ouattara, fondateur de l'Empire de Kong au début du 17ème siècle. Le 1er de mes ancêtres qui a foulé notre sol vers les années 1700 s'appelait Tiéba. Il était accompagné de ses enfants Sékou (dont je suis de la sixième génération), Famagan, Dabla et Karakara. C'est son fils Sékou qui a est le fondateur de Kong.

Sékou Ouattara, souverain des Etats de Kong a donné naissance à Djoridjan Ouattara, qui lui-même a donné naissance à Soumaoulé Ouattara, qui à son tour a mis au monde Aboubacar Ouattara, mon grand-père. Et c'est vers 1888 que naquit mon père Dramane Ouattara. Vous savez que je parle d'une époque où les frontières n'existaient pas. Nos traditions et les règles de succession dans ces chefferies ignoraient les frontières héritées de la colonisation. C'est ainsi que conformément aux règles et procédures de succession propres à chaque communauté, mon père un Ivoirien authentique, descendant de Sékou Ouattara s'est retrouvé chef à Sindou. Bien qu'étant chef à Sindou, il n'a jamais cessé d'être Ivoirien. A preuve, à chacun de ses passages entre la Haute-volta et la Côte d'Ivoire, les autorités frontalières constataient ses allées et venues dans son passeport ivoirien. Nos parents Akan savent bien de quoi je parle.

Ainsi, des Ivoiriens règnent sur des villages situés au Ghana et en Côte d'Ivoire des Ghanéens sont chefs. C'est le cas du Roi de Krinjabo dans le Samwi qui a été Capitaine de l'armée ghanéenne. Une anecdote : Quand mon père était à Sindou, il avait sa grande radio Grundig fixée en permanence sur les fréquences des émissions de la radio ivoirienne parce que à tout moment, il voulait des nouvelles de chez nous. Pour lui, c'était le fil qui le rattachait à son pays en dehors des visites qu'il recevait et des voyages qu'il effectuait à Dimbokro et à Kong. Faut-il encore le rappeler? Mon père, Dramane Ouattara, n'a jamais été voltaïque ou burkinabé. J'en veux aussi pour preuve sa carte nationale d'identité établie le 20 mars 1963 à Dimbokro par le commissaire de police de l'époque et non en 1952. La voici ! Le Directoire du Forum en a pris connaissance.

...il était temps, pour tous!

...il était temps, pour tous!



Fermer