Anonymous porte son combat du cyberespace vers la rue

Photo : Steve Rhodes
 
Anonymous est un groupe d’activistes libertaires connu pour ses attaques de sites Internet d'institutions et ses campagnes sur la Toile. Un des membres de cette organisation très discrète nous explique que lorsque les autorités s’en prennent à leurs moyens de communication, comme ce fût le cas à San Francisco, ils n’hésitent plus à manifester "en vrai".
 
La semaine dernière, la police du métro de la baie de San Francisco (BART) a momentanément brouillé les réseaux de téléphones portables. Une mesure destinée à gêner l’organisation des manifestations prévues pour dénoncer une bavure qui aurait été commise par un de leurs agents. Les Anonymous, alertés sur ce blocage des communications commandité par la BART, ont décidé d’agir. Comme souvent, leur riposte a porté d’abord sur le cyberespace. Des membres du groupe ont "hacké" [piraté] le site de la BART pour en extraire les adresses emails de ses employés. Ces coordonnées personnelles ont ensuite été publiées sur le Net, accompagnées d’un message demandant aux internautes de "spammer" les boîtes emails des officiers de sécurité du métro.
 
Ce message vidéo a été posté sur YouTube par des membres d’Anonymous avant la manifestation.
 
Cette attaque informatique a toutefois été suivie d’une action sur le terrain, plus inhabituelle pour Anonymous. Ce lundi, environ 200 personnes ont répondu à l’appel du groupe et se sont rassemblés dans le centre de San Francisco, en arborant le masque de Guy Fawkes [personnage historique connu pour avoir ourdi la Conspiration des poudres au XVIIe siècle, visant à protester contre la politique du roi en matière de religion, jugée intolérante], devenu leur emblème. La BART, semble-t-il très inquiète de cet embryon de manifestation, a immédiatement fermé plusieurs stations de métro des alentours. Cette action, quoique de petite envergure sur le terrain, a fait énormément de buzz sur Internet et dans les médias américains.
 
Le gouvernement fédéral américain a finalement lancé une enquête sur la coupure des réseaux mobiles ordonnée par la BART. Cette dernière s’est toutefois expliquée sur cette mesure, jugée excessive par beaucoup, indiquant qu’elle n’avait fait que désactiver les antennes relais placées dans sa zone de juridiction, ce qui n’aurait selon elle rien d’illégale. Elle a par ailleurs ajouté que son objectif était uniquement de protéger les manifestants d’éventuels accidents sur les quais du métro. « Les protestataires sont les seuls responsables de tout ça », a ainsi déclaré Linton Johnson, le porte-parole de la BART.
 
L’équipe de communication de la BART avait sorti une vidéo critiquant les manifestants, générant une vague de commentaires mécontents sur la Toile.
Contributeurs

"Anonymous est une sorte d’hydre, un animal à têtes multiples"

AnonyOps est membre d’Anonymous. Il - ou elle - dit avoir participé à l’organisation de la manifestation de lundi. Pendant l’évènement, il écoutait les communications radios des agents de la BART pour informer les participants.
 
Anonymous est une sorte d’hydre, un animal à têtes multiples et regroupant plusieurs cellules. On ne se parle pas directement et on ne se connaît d’ailleurs pas. Dans le cas des manifestations de San Francisco, un membre du groupe a publié un document qui décrivait un modus operandi pour la manifestation, et tout est parti de là.
 
Je suis un combattant de la liberté. On se bat dès que les autorités tentent de bloquer les moyens de communications qui permettent des changements sociaux. Je pense que la comparaison avec ce qu’il s’est passé en Egypte est tout à fait juste [les manifestants brandissaient des pancartes comparant la BART avec l’ancien président, Hosni Moubarak, et utilisaient sur Twitter le hastag #MuBARTek]. La démarche est la même [l’Internet avait été temporairement coupé en Egypte au moment de la révolution]. Bloquer les portables, c’est comme interdire les mégaphones. Les téléphones portables sont juste des outils. Ils devraient plutôt s’intéresser à la source du mécontentement, plutôt que d’agir sur ses symptômes.
 
Photo publié par Steve Rhodes sur Flickr.
 
“il est important que nous ne cantonnions pas notre activité au cyberespace”
 
 
La marche de lundi a été un succès. Elle est restée pacifique, ce qui était essentiel. Nous ne voulions pas être pris pour des « anti-flics ». Et il est important que nous ne cantonnions pas notre activité au cyberespace. Nous avions déjà organisé ce type de manifestations dans le passé, notamment contre la Scientologie.
 
Personnellement, je trouve d’ailleurs que l’attaque de sites informatiques n’envoie souvent pas le bon message. Cela a donné une excuse à la BART pour s’indigner et faire oublier les questions qui leur étaient posées. Mais on ne vote pas les décisions d’Anonymous…"
Photo publié par Haleaziz sur yfrog.com.
 
Des policiers bloquent l'accès à une station du BART. Photo publié par Steve Rhodes sur Flickr.


Fermer