"L’ambassadeur de France en Syrie a clairement minimisé la révolte"

Vue de Damas, capitale syrienne. Photo publiée sur un blog d'expatriés français en Syrie. 
 
L’appel du ministère français des Affaires étrangères, mercredi 4 mai, recommandant à ses ressortissants de quitter la Syrie a étonné notre Observatrice, une Française pourtant proche des milieux diplomatiques à Damas. Car depuis le début de la révolte en Syrie, l’ambassadeur de France dans ce pays, Eric Chevallier, ancien porte-parole du Quai d'Orsay et proche de Bernard Kouchner, a, selon elle, refusé de reconnaître la répression sanglante opérée par le président Bachar al-Assad.
 
Le 3 mai, le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, a rappelé que la France réclamait des sanctions de l’Union européenne à l’encontre de Bachar al-Assad, dont le régime pourrait "perdre sa légitimité" s’il continue de tirer sur la population. Répondant à cette condamnation, près de 150 manifestants, portant des t-shirts à l’effigie du président baasiste, se sont rassemblés deux jours plus tard devant l’ambassade française de Damas aux cris de "France dehors, la Syrie ne se mettra pas à genoux".
 
Caroline (pseudonyme) est une franco-syrienne, mariée à un Syrien, qui est proche des milieux diplomatiques. Elle habite Damas. De crainte que son téléphone ne soit écouté par les services secrets syriens, elle nous a contactés par l’intermédiaire d’un outil web de discussion instantanée.
 
Nous avons pris connaissance de l’appel du Quai d’Orsay par les médias internationaux et non par l’ambassade. Les premières consignes de vigilance ont été publiées sur le site Internet de l’ambassade il y a deux jours seulement.
 
Depuis, nous recevons des textos nous appelant à être prudents et à ne pas sortir le vendredi. Mais ces recommandations arrivent très tard par rapport à d’autres ressortissants étrangers [les Etats-Unis ont invité les citoyens américains à quitter le pays le 31 mars dernier, le Royaume Uni le 20 avril et l’Allemagne le 26 avril].
 
Le silence d’Eric Chevallier sur les événements en Syrie a nourri l’angoisse des Français ici [début avril, un homme d’affaires franco-syrien a publié un article sur Rue89 relatant une réunion au cours de laquelle l’ambassadeur aurait affirmé que les révoltes de Deraa et Lattaquié étaient orchestrées depuis l´étranger et que les médias mentaient sur la réalité].
 
"Si la France venait à couper ses relations avec la Syrie, les accords économiques signés récemment risqueraient très gros"
 
Au début de la révolte, l’ambassadeur a clairement minimisé les faits ou alors il faisait comme si de rien n’était. Nous sommes nombreux à avoir été choqués, compte tenu des choses terrifiantes qui se passaient sur le terrain [dans un article du 14 avril publié sur son blog, le journaliste Georges Malbrunot affirme que les déclarations de l’ambassadeur, jugées trop "bacharisées" par plusieurs diplomates, dérangeaient le Quai d’Orsay, inquiet d’un nouveau scénario à la tunisienne]
 
A mon avis, son attitude répond à des intérêts politiques et économiques. Selon moi, l’ambassadeur ne veut pas tirer une croix sur tous les progrès réalisés en faveur du rapprochement entre la France et la Syrie depuis 2008 [après plusieurs années de divergence, les contacts entre les deux pays ont repris en 2008, avec la signature entre la Syrie et le géant français Lafarge de deux contrats de 1 milliard d’euros pour la construction de deux cimenteries].
 
Si la France venait à couper ses relations avec la Syrie, d’importants projets pourraient être abandonnés [Fin 2010, plusieurs accords dans les domaines de l’énergie, du transport, de l’agriculture et du tourisme ont été signés lors de la visite à Damas de la ministre française de l’Économie, Christine Lagarde, renforçant la coopération économique amorcée entre les deux pays en 2008].
 
"Si je dis à haute voix ce que je pense, je serais prise pour une infiltrée de l’étranger"
 
En Syrie, il n’est pas possible de se prononcer ouvertement sur les révoltes, car on peut être très vite soupçonné d’être contre la sécurité et la stabilité du pays. Si je dis à haute voix que les forces de l’ordre tirent sur la foule, si je parle publiquement de la sanglante répression, je serais alors perçue comme une fauteuse de trouble, une infiltrée de l’opposition ou de l’étranger, surtout que j’ai la double nationalité. Je sais que si je m’exprime librement, je pourrais être arrêtée, même si je suis Française."
 
À la suite du témoignage de notre Observatrice, l’ambassadeur de France en Syrie, Éric Chevallier, a souhaité apporter les précisions suivantes concernant la communication de l’ambassade sur les "conseils de sécurité" apportés aux ressortissants français.
 
 
Quand la décision de recommander aux Français de quitter le pays a-t-elle été prise ?
 
Le Quai d’Orsay et l’ambassade ont pris conjointement la décision de modifier les consignes de vigilance mercredi 4 mai. Compte tenu de l’aggravation de la situation en Syrie et après une réflexion menée avec les différents services du ministère des Affaires étrangères à Paris, nous avons décidé de recommander aux Français de quitter le pays si leur présence n’était pas obligatoire. À la suite d’un problème technique, cette alerte n’a pu être mise en ligne sur le site de l’ambassade que vers 23h. Mais il est évident que les Français sont plus connectés sur les sites de presse que sur celui de l’ambassade et, à cela, je ne peux rien changer.
 
Comment informez-vous la communauté des expatriés français de Syrie ?
 
Le premier SMS d’alerte a été envoyé le 20 mars. Plusieurs ont été envoyés depuis. Par ailleurs, nous avons commencé, à la fin du mois de mars, à publier sur notre site Internet des conseils de prudence. Ces publications sont actualisées régulièrement.
 
Je rappelle aussi qu’à ma propre initiative, une ligne d’urgence a été mise en place 24 heures sur 24 et sept jours sur sept pour permettre aux Français de faire part de leurs inquiétudes aux policiers de l’ambassade.
 
J’ai organisé plusieurs réunions d’information avec la communauté française, la dernière remontant à hier. Au cours de ces rencontres, j’ai plusieurs fois rappelé la dynamique sanglante qui s’opère en Syrie depuis le mois de mars. Mais je peux vous dire que plusieurs Français ont le sentiment que ce constat est exagéré : hier encore, un ressortissant m’a interpellé sur le fait que les conseils de sécurité étaient disproportionnés par rapport à son mode de vie qui n’avait pas changé depuis le début des événements.
 
Comment interprétez-vous les inquiétudes de certains Français, notamment sur le fait que vous auriez sous-estimé l’ampleur des événements ?
 
Je respecte l’opinion des personnes qui ne se sentent pas en sécurité, mais je constate que plusieurs Français refusent de quitter le pays parce qu’ils continuent de vivre normalement. Nous prenons toutes les mesures pour communiquer au maximum avec notre communauté mais je précise que ceux qui souffrent aujourd’hui, ce sont les Syriens. C’est pourquoi je tiens à maintenir les structures françaises opérationnelles [Le 25 avril dernier, les États-Unis ont ordonné aux familles des diplomates et au personnel non essentiel de leur ambassade à Damas de quitter la Syrie, en raison de "l'instabilité et de la situation incertaine" régnant dans le pays, NDLR].
 
Billet rédigé avec la collaboration de Peggy Bruguière, journaliste à France24. 
Contributeurs

Commentaires

Merci Mr. Chevalier

Il est vraiment dommage de constater qu'une chaine de télévision supposée être une source d'informations FIABLE et IMPARTIALE se soit laissée contaminer par la soi disant vague d'aide à installer la démocratie dans des pays du Proche Orient qui fait la UNE des médias. Est-ce le lucre qui vous pousse à épouser les thèses extrémistes des Salafistes, Frères Musulmans, Wahabistes et autres barbudos.......car miner un pays d'une façon aussi ignominieuse ne peut être motivé que se payer de l'argent facile, forme de corruption que les manifestants que vous défendez veulent combattre. Vos reportages audio et vidéo ne sont que l'interface de photos et vidéo prises par les fomenteurs de troubles qui se disent des opposants, des réformismes et des démocrates. N'avez vous jamais pensé que le matériel que vous diffusez ne peut être que de la désinformation ou dans le temps le KGB excellait. Le trucage est facile et monnaie courante. Les scènes où on voit de soi-disant snipers opérant contre les manifestants ne sont projetés que pour exacerber les "révoltés" et attiser leur haine. Comment prouver que le soi-disant sniper juché sur une terrasse n'est pas un "manifestant" chargé de mettre de l'huile sur le feu en abattant ou blessant une personne dans la rue. N'est-ce pas là le plus sûr moyen de déclencher les violences. Nul besoin d'être un nominée ou lauréat au Pulitzer pour savoir que la provocation est monnaie courante (et payante) dans les mains des manifestants...
Vous voulez ignorer que ce qui attend le pays en cas de la chute du régime et la prise du pouvoir par les Frères Musulmans et autres Salafistes est la fin des Chrétiens et autres minorité de Syrie; vous avez devant vous les exemples récents en Iraq; combien reste-il de chrétiens à Mossoul et Bagdad, vous devez le savoir. Avez-vous déjà oublié entre autre l'attaque contre une église de morts à Bagdad? Ne voyez-vous pas venir la même vague déchainée d'islamistes en Egypte. Pas plus loin qu'hier l'attaque perpétrée contre une église copte est qu'hier est particulièrement sanguinaire. De plus en plus les vagues de pogroms contre les églises coptes ne se multiplient pas seulement dans les villages éloignés mais dans la capitale même. Où étiez-vous au début des années 80 quand les Frères Musulmans se sont dressés contre le pouvoir en Syrie. C'est à Alep bien qu'ils n'avaient pris le pouvoir que les Frères Musulmans et leurs séides ont égorgé des centaines de Cadets de l'Ecole d'Officiers d'Alep. Les jeunes filles dans les rues étaient vitriolées car elles ne portaient pas le voile; les débits et restaurants qui vendaient et servaient de l'alcool étaient saccagés et brûles, les piscines (car mixtes) saccagées etc... Nous n'étions pas tellement loin des talibans que vous combattez actuellement avec tellement de conviction.
Je me demande, si en jouant les apprentis sorciers grâce l'appui médiatique que vous apportez aux soi-disant combattants de la liberté, vous les médias n'ayez ouvert la boite de Pandore. La France qui se veut maintenant championne des libertés est-elle disposée à ouvrir ses portes et à aider les milliers et milliers de chrétiens et autres minorités qui viendront taper à sa porte pour chercher refuge. Seront-ils accueillis ou bien leur refoulés comme les Tunisiens? Pour jouer aux apprentis sorciers il faudrait assumer..
La France qui a toujours été jusqu'a cette heure ci le soutien des Chrétiens d'Orient (campagne de Napoléon III) sera-elle maintenant avec Juppé celle qui aiguise le couteau du boucher qu'elle donnera au boucher barbu. Pour votre information retenez ce slogan tant clamé par les manifestants ces termps ci et qui en dit long " LES CHRETIENS A BEYROUTH ET LES ALAOUITES AU TOMBEAU" (en arabe la rime s'accorde; AL MASSIHIYE A BEUROUTH WA AL ALAOUIEH FIL TABOUT)

De grâce levez un peu le pied vous souvenant des pogroms passés

je viens de voir le reportage

je viens de voir le reportage diffusé sur Canal + et je suis effarée par tout ce qui se passe en Syrie ! Est ce vrai ? Est ce de la propagande ? Tant de morts ! Encore et toujours les guerres de religions ! c'est vraiment terrible !

Merci Monsieur Chretien

Merci Monsieur Chretien d'avoir si bien interprete la veracite de la situation!... Merci Votre Excellence Docteur Chevalier pour votre honnetete et votre soutien que tout les Syriens vous garderont au fond de leur coeur en signe de gratitude.

Que devient l'Europe

A l'intention de Monsieur Nicolas Sarkozy, et Monsieur Alain Juppé:

Pour nous syriens, il est plus que choquant, de constater comment la politique européenne, et française en particulier, se pressent pour suivre l'exemple américain..

Depuis des années, nous voyons que l'Europe, ne fait que "démissionner" de ses rôles politiques et culturels et morales.. J'étais à l'Ambassade de France à Damas en 2008, pour renouveler mon visa.. Mauvaise surprise: il a fallu remplir les papiers en anglais. La langue française avait perdu sa place, même à l'intérieur des bâtiments français.. Syrien que je suis, je n'ai pas apprécié, et même j'étais triste pour la France et pour le monde.

En conclusion, et pour l'Elysée et le Quai d'Orsay, vous aviez un rôle à assumer dans ce monde. Et pour l'assumer, il faudra une certaine indépendance, et liberté de réflexion et de réaction. A mon avis, vous n'aviez pas à copier systématiquement ce qui est dit à Washington.. Vous avez –peut être- oublié les aventures des USA et ses alliés en Iraq?

Je ne raconte pas cela pour défendre votre Ambassadeur à Damas, Monsieur Chevallier. Il n'en a pas besoin. Mais c'est parce que je pense qu'il devrait être mieux informé que beaucoup de dirigeants, en Europe ou en Amérique. IL EST SUR LE TERRAIN. Donc il a toute la chance de prendre les bonnes décisions. Reste à savoir si ces décisions vous plaisent, ou non???

Enfin, je tiens à saluer Monsieur Eric Chevallier, qui a fait preuve de volonté et de responsabilité, dans le but de bâtir une réelle politique au Moyen Orient.

Tout dépend de quelle place on parle

J'ai également été choqué par les propos "bachardisés" de l'ambassadeur qui sont totalement dissonants avec le conseil donné, quelques jours plus tard, de quitter la Syrie et qui dénient la réalité quotidienne des syriens.

Quant à ceux qui "continuent à vivre normalement" ...de quel mode de vie s'agit-il ? Sont-ils d'accord avec ce que diffuse la télé d'état ?

merci à Caroline

ne jugeons pas trop vite!

et si Eric Chevalier disais vrai?

je suis en France a l'heure actuelle donc mal placée pour juger
pourtant , aprés avoir eu contact avec bon nombre de syriens vivant au pays, les choses ne sont pas aussi simples que veulent nous laisser croire nos médias occidentaux....

je dis bien haut ce que je pense, sans aucun risque d'etre prise pour une infiltée.

Et surtout ne jugeons pas a la place des Syriens

merci

Communauté française en Syrie

L'ambassadeur n'est pas représentatif de la communauté française en Syrie qui soutient majoritairement la contestation et les Syriens le savent.

A virer. RAPIDEMENT. Comme

A virer. RAPIDEMENT. Comme Michelle Alliot-Marie lorsqu'elle a sous estimé ce qui se passait en Tunisie.

mais non

il va dire quoi l ambassadeur déjà en france quand on disait tous ces pays arabe sont gouverné par des tyrans on nous insultais de raciste et ces même français d origine de ces pays viennent seulement de le découvrir ce sont des pays qui on emmerder le monde depuis 50 ans maintenant et disent encore que cela est a cause des occidentaux non vous voyez la réaction du primaire quil se d émmerde tous

Je suis indigné face à la

Je suis indigné face à la sittation en syrie à quand une rosolution pour y intervenir comme en lybie ou est la france et londre les hommes tombent les jours l'onu la cpi ou bien ses organisme s' est juste pour les uns pas les autres



Fermer