L’attaque d’un camp d’exilés iraniens en Irak passée sous silence

Capture d'écran d'une vidéo tournée le 8 avril au camp Ashraf, postée sur YouTube par supportashraf.
 
Le 8 avril, un camp d’exilés iraniens basé au nord de Bagdad a été attaqué par l’armée irakienne. Un incident qui aurait fait plusieurs dizaines de morts, mais dont quasiment personne n’a entendu parler car les autorités irakiennes ne laissent aucun journaliste se rendre sur place. 
 
Le camp qui a subi l’attaque abrite depuis 1965 des membres de la très controversée Organisation des Moudjahidines du peuple iranien (OMPI). Ce mouvement, qui se présente comme "marxiste et islamique", a été fondé en 1965 en opposition au régime du shah d’Iran, mais il a continué de lutter, après la chute du monarque, contre la République islamique. Ce groupe a été soutenu par l’ancien président irakien, Saddam Hussein, qui combattait lui-aussi le régime iranien. Sous Saddam Hussein, l’OMPI a été autorisée à installer un camp à Ashraf, à 80km au nord de Bagdad, à partir duquel ses militants lançaient des attaques armées en Iran. Ce groupe est également à l’origine de multiples attentats contre des ambassades iraniennes à travers le monde et a été placé par les États-Unis et par l’Union européenne jusqu’en 2009, sur les listes des organisations considérées comme terroristes.
 
Après l’invasion de l’Irak en 2003, l’armée américaine a désarmé les 3 500 résidents du camp d’Ashraf, tout en les déclarant "personnes protégées" par le droit international. Le gouvernement irakien actuel, qui se rapproche de l’Iran, cherche toutefois aujourd’hui à se débarrasser des camps tenus par l’OMPI.
 
Les sources officielles irakiennes affirment que l’armée est entrée dans le camp d’Ashraf, le 8 avril, en réponse à des "provocations" répétées de ses habitants et que cette attaque a fait trois morts. L’OMPI avance un bilan de 34 morts et 200 blessés et parle d’une intervention militaire particulièrement violente. Il est impossible de vérifier ces informations car les forces de sécurité irakiennes interdisent aux journalistes d’accéder au camp.
 
L'OMPI a filmé les 37 corps du camp d'Ashraf qui auraient été tués le 8 avril par les militaires irakiens. La vidéo est montée et commentée par les membres de l'OMPI, et publiée sur Youtube par cityofashraf.  
Contributeurs

"Le gouvernement irakien subit des pressions à la fois de Téhéran et de Washington"

Hussein Ali, 28 ans, est ingénieur en communication à Kirkouk, une ville du nord de l’Irak
 
Il y a deux points de vue opposés en Irak concernant les Moudjahidines du Peuple. Certains soutiennent qu’ils devraient bénéficier du statut de réfugiés en Irak. Mais la majorité de la population est contre. En 1991, durant la révolution avortée contre Saddam Hussein [par ‘révolution’, Hussein Ali fait référence à la première guerre du Golfe], les Moudjahidines ont combattu aux côtés des soldats de Saddam et ont tué beaucoup de révolutionnaires. Résultat, de nombreux chiites, Kurdes et Turcs, les opposants traditionnels au régime de Saddam, ont un profond ressentiment envers les Moudjahidines.
 
Selon moi, le mouvement s’est tourné vers le terrorisme et ne devrait plus être autorisé à rester sur le sol irakien. Le gouvernement cherche donc une façon non violente d’évacuer le camp, pour renvoyer les Moudjahidines en Iran ou ailleurs. C’est une bonne chose.
 
"Je suis convaincu que Nouri al-Maliki n’a pas donné l’ordre d’attaquer le camp"
 
Mais notre gouvernement ne contrôle pas complètement l’armée irakienne. Les soldats obéissent aux officiers locaux, qui décident seuls, sans attendre les ordres. Je pense que ce n’est pas Nouri al-Maliki [le Premier ministre irakien] qui a donné l’ordre d’attaquer le camp.
 
Toutefois, le gouvernement irakien subit des pressions de Téhéran d’un côté, et de Washington de l’autre. Ce qui met Nouri al-Maliki dans une position difficile. L’Iran le presse de démanteler le camp des Moudjahidines, mais il veut éviter de faire usage de la force, car il ne veut pas s’attirer la colère des États-Unis.
 
Le 8 avril 2011. La vidéo est montée et commentée par les membres de l'OMPI, et publiée sur Youtube par supportashraf.

"Les soldats ont délibérément tiré sur les résidents du camp et ils visaient tout spécialement ceux qui avaient une caméra"

Shakaria Kia est un porte-parole de l'Organisation des Moudjahidines du peuple au camp d’Ashraf.
 
Les résidents du camp d’Ashraf ont le statut de réfugiés protégés par la Convention de Genève et toute attaque contre eux représente une violation du droit international. Il est évident que cette attaque a été orchestrée au plus haut niveau et que Al-Maliki était au courant.
 
Nous savions qu’une attaque se préparait. L’offensive a commencé à 5h du matin, avec des véhicules blindés. C’était atroce. Plusieurs personnes ont été écrasées dans l’assaut, dont deux ont été tuées. Les soldats ont délibérément tiré sur les résidents du camp et ils visaient tout spécialement ceux qui avaient une caméra.
 
"Le gouvernement irakien a refusé la proposition de l’armée américaine d’apporter une aide médicale"
 
Pour l’heure, nous avons compté trente-quatre morts, dont huit femmes, et deux cent blessés. Mais le bilan peut encore s’alourdir. Il n’y a pas assez d’équipements ni de médicaments à la petite clinique du camp pour soigner les blessés et le gouvernement irakien a refusé la proposition de l’armée américaine d’apporter une aide médicale aux personnes du camp.
 
Nous ne sommes pas une organisation terroriste. Nous n’avons pas utilisé la force depuis 2003. Si par le passé, nous avons été violents, c’était pour nous défendre d’un régime qui nous opprimait et qui nous prenait systématiquement pour cible. Les résidents du camp n’ont pas d’autre choix que de rester en Irak. Si nous pouvions nous exprimer et nous déplacer librement, si nous pouvions être protégés des arrestations et des tortures arbitraires, nous serions prêts à retourner en Iran. Mais pour le moment, ce n’est pas le cas. Nous aimerions donc obtenir le statut de réfugiés dans un pays de l’Union européenne, mais pour l’instant, aucun pays membre de l’UE n’a accepté de nous l’accorder.
  
Le 8 avril 2011. La vidéo est montée et commentée par les membres de l'OMPI, et publiée sur Youtube par supportashraf.  
Billet rédigé avec la collaboration de Lorena Galliot, journaliste à FRANCE 24. 

Commentaires

Vous avez les images, vous

Vous avez les images, vous avez une actu forte qui mérite de figurer à la Une d'une de vos éditions et rien, nada, à part sur le site internet (merci à l'équipe du web qui fait un travail formidable). Une vraie honte éditoriale. Quel cameraman professionnel aurait eu le courage d’affronter les balles de ces bouchers. Aucun. La population de ce camp a décidé de nous montrer leur drame. Et le relais à la télé est nul.



Fermer