Des militants pro-Gbagbo témoignent sur les Observateurs de France 24

Des partisans de Laurent Gbagbo le jour de son investiture, le 7 décembre.
 
Laurent Gbagbo, bien que désavoué par la communauté internationale, peut toujours compter sur des militants déterminés.
 
Laurent Gbagbo refuse de reconnaître la victoire d’Alassane Ouattara, pourtant acquise "avec une nette avance", selon l'envoyé spécial de l'ONU en Côte d'Ivoire, Choi Young-jin. La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a exigé de Laurent Gbagbo qu’il se plie aux résultats des urnes. Hier, le président Barack Obama a par ailleurs formellement mis en garde le président sortant contre un "isolement accru" s'il s'accrochait au pouvoir.
 
Malgré cela, mardi, Laurent Gbagbo a formé un gouvernement de combat dans lequel il a placé ses fidèles à des postes stratégiques.
 
Nous donnons aujourd’hui la parole à des partisans de Laurent Gbagbo. Vous voulez vous aussi donner votre avis sur les Observateurs ? Inscrivez-vous sur le site et contactez nos journalistes.
Contributeurs

"Choi a qualifié de 'crédibles' uniquement quelques observateurs blancs européens"

LZ vit à Abidjan.
 
Il y a eu de fraudes déjà pendant le premier tour, mais les gens sont quand même allés au deuxième tour. Maintenant au deuxième tour, les droits de l'Homme ont encore été sérieusement violés.
 
Des observateurs crédibles ont fait cas d’entraves graves au bon déroulement du scrutin. Tous ces observateurs sont passés à la RTI [télévision d’État] et on a présenté leurs rapports. Tous ont dit à peu prés la même chose, citant les mêmes villes. Ce sont ces plaintes qui ont été légalement déposées par le camp Gbagbo, dans le délai de trois jours, aux institutions compétentes. Ce sont ces plaintes qui ont mené à la disqualification de ces votes.
 
Choi [le représentant des Nations unies en Côte d'Ivoire] a parlé d''observateurs crédibles' [qui ont validé le bon déroulement du scrutin]. Les gens sont insensés, car Choi a qualifié de 'crédibles' uniquement quelques observateurs blancs européens. Il ne tient pas compte des avis des observateurs africains, qui n’ont pourtant à ma connaissance aucun lien avec Gbagbo. Il faut écouter les déclarations faites à la RTI par certains avocats ivoiriens.

"Ces votes ne sont pas légaux"
 
Il faut savoir que, selon la Constitution ivoirienne, la tâche de la commission électorale était de déposer - et d'annoncer - des résultats provisoires au Conseil constitutionnel. Cette commission devait annoncer ces résultats depuis son siège en présence de tous ses membres.
 
Hors à notre grande surprise, elle a annoncé des résultats définitifs à partir de l'Hôtel du Golf, lus par son président. Les autres membres de la dite commission disent ils n'étaient pas au courant ! Ces résultats ne sont pas légaux, car lus dans le mauvais endroit par la mauvaise personne. Ainsi Gbagbo a pour moi été investi au palais présidentiel par le Conseil constitutionnel.
 
Et moi je ne pourrais jamais soutenir un président dont les supporters sont prompts à la violence. N'oubliez pas que certaines régions sont occupées par des rebelles en armes et pourtant aucune ambassade (France, États-Unis, etc.), ni Choi, n’en parlent. Comment avoir un vote transparent et libre sous les fusils."

"Je soutiens Gbagbo, mais je pense qu’il doit accepter les mises en garde de Barack Obama et quitter le pouvoir"

Kate (pseudonyme) est, depuis un an, une jeune militante du Front populaire ivoirien (FPI), le parti de Laurent Gbagbo. Elle vit dans un quartier aisé d’Abidjan.
 
Nous, les militants de Gbagbo, nous ne manifestons pas car notre candidat est déjà au pouvoir. Moi, je reste discrète sur mes convictions quand je suis dans la rue, mais d’autres militants du FPI n’hésitent pas toutefois à interpeller les gens dans les rues en disant 'Laurent Gbagbo reste au pouvoir !' Cela crée des tensions car les partisans d’Alassane Ouattara déclarent qu’eux aussi ont gagné. Je n’ai pas peur, mais je ne suis pas très rassurée non plus.
 
"Dans mon quartier, les partisans de chaque candidat se réunissent chaque jour pour analyser la situation"
 
Aujourd’hui, tout le monde doit se parler. Je sais que ce n’est pas le cas dans les quartiers pauvres. Mais dans mon quartier, les partisans de chaque candidat se réunissent chaque jour pour analyser la situation. Dans ces réunions, l’ambiance est électrique, il y a des tensions, chacun veut défendre ses convictions. Mais on arrive à discuter car on se respecte. C’est clair que si vous vous retrouvez devant une personne du camp opposé et que vous lui lancez des injures, cela va dégénérer. Il nous faut apprendre à discuter dans le calme.
 
La Radio-Télévision ivoirienne (RTI) a diffusé des images de rebelles des Forces nouvelles qui forçaient des gens à voter pour leur candidat. Ces images m’ont choquée et déçue car des fraudes comme celles-ci ne sont pas acceptables lors d’élections démocratiques.
 
"Nous aimons tous notre pays, mais on n’a pas envie de le voir se déchirer"
 
Même si Laurent Gbagbo a été élu président, je pense pourtant qu’il doit accepter les mises en garde de Barack Obama et quitter le pouvoir. L’intérêt d’un président doit être de s’occuper de son peuple. Avec toutes les menaces qui planent sur le pays, il vaut mieux qu’il s’en aille. Je sais que mon point de vue est minoritaire parmi les militants du FPI. D’ailleurs, certains m’ont accusé d’être passée du côté d’Alassane Ouattara. Je suis pourtant toujours une militante pro-Gbagbo. C’est un homme bien, j’apprécie sa volonté et sa manière de faire. Mais je pense qu’il doit d’abord penser à son pays.
 
Nous aimons tous notre pays, mais nous n’avons pas envie de le voir se déchirer."

Commentaires

merci

merci

bravo, g te soutiens, l'heure

bravo, g te soutiens, l'heure n'est pas aux spéculations stériles, mais a une prise de consience de chaque ivoirien, de savoir ce que represente la cote d'ivoire pour lui, les discussions ne font qu'endurcient nos coeurs et favoriser la haine les uns contre les autres, ne soyons pas un betails des hommes politiques. chaque est responsable de ce qui se passe en ci, nous en tirons tous les consequences dramatiques. je suis un ivoirien de la diaspora, c'est avec beaucoup de peine, de desolation, de tristesse, que je vois les ivoiriens s'entre dechirer. notre pays est beau , oeuvrons tous pour garder cette beauté,

crise post electorale en Côte d'Ivoire

Les commissaires de la CEI étaient d'accord sur un certain nombre de PV, le conseil constitutionnelle ne s'est penché que sur les PV qui posaient problème. Stp réfléchis un peu plus avant d'avancer n'importe quoi car il s'agit ici de mon pays.

arretez

G suis tout à fait d'accord avec toi. Arretons de rejeter nos erreurs sur l'occident. Si on ne voulait pas que les étrangers nous dictent nos lois, on n'avait qu'à organiser nos élections avec nos moyens à nous!! Le problème de nous autres africains, c'est qu'on demande toujours de l'aide et quand ca ne nous arrange plus, on insulte ceux là meme qui nous ont aidés. Depuis quand a-t-on vu une élection ou c'est le parti au pouvoir qui crie à la fraude avant meme le debut de la proclamation des résultats?

la fesci a excecuté son plan ; on gagne ou on gagne

ne soyez pas étonné pour ce qui se passe ici; tout a été fait par des anciens éléments de la fesci pour empêcher la cei de proclamer les resultats provisoires. Depuis laurent gbagbo est au pouvoir;l'opposition ne peut manifester, on tue des simples partisans ' tout le monde a peur.

Avant de commencer, j'aimerai

Avant de commencer, j'aimerai prèciser que je ne suis ni Ivoirien, ni de l'Afrique de l'Ouest mais tout de meme Africain.

Après le 1er tour, le president sortant M.Gbagbo a deposé un recours pour fraudes dans le cas de M. Ouatarra quel en est été l'issue ? La communauté internationnale et l'UE n'en n'ont pas fais un tapage et maintenant que les autorités compétentes publient les résultats ils s'en indignent.

A mon avis, M. Gbagbo est le vrai président démocratiquement élu de la Cote d'Ivoire. Que la Comunauté Internationale au lieu de continuer à soutenir la crise entre le vrai président sus-sité et son rival, contribue à la création d'une coalition ou respectent à leur tour les résultats des autorités competentes ivoirienes, abilités à publier les résultats définitifs.

Ainsi si le sang coule en Cote d'Ivoire, la Comunauté Internationales, l'UE, l'ONU, les Etats Unis et les autres institutions en seront les principaux responsables.

Ceci est la preuve que l'Afrique n'a vraiment jamais été libre et que 50 années après les IN-dépendances les grandes puissances continuent à nous imposer leurs volontés d'ailleurs très movaises à 90% pour nous africains, parce que défendant leurs propres interets et non ceux des africains.

Que Dieu bénisse la Cote d'Ivoire et qu'on n'y entende plus le cri du Sang Innocent !!!

Merci pour la lucidité

Merci mon frère pour ta lucidité et ton sens de l'engagement.

Entre Légalité et légitimité

Kel est cette démocratie qui foule au pied la volonté du peuple quand on sait que la démocratie est le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple. Es ce de la démocratie lorsqu'un fonctionnaire corrompu à la tête d'une institution décide de rejeter la volonté clairement exprimée du peuple.
Un voleur est jugé selon les dispositions prévues dans le code pénal. Alors en matière électoral, le conseil constitutionnel s'appui sur le code électoral pour trancher. Et, l'article 64 du code électoral ivoirien dit clairement ceci: "en cas d'irrégularités et de fraudes graves de nature à entacher la sincerité et le résultat du scrutin, le conseil constitutionnel prononce l'annulation du scrutin et une autre élection est organisée dans les 45 jours qui suivent cette décision".
Camarade tu vois que nul, dans le cadre d'espèce, le militant constitutionnaliste n'avait à proclamer gbagbo vainqueur après annulation des votes au nord. Il devait demander la reprise du scrutin dans ces zones.
Alors souhaiterais tu te soumettre à des instutions qui violent des lois qu'elles sont censées garantir. Je crois que non!
Ressaisis -toi et ne te laisse pas distraire par le discours de personnes qui lisent le droit avec leurs lunettes de militants et nom en tant que citoyen.
Et tant que ce sera ainsi, les donneurs de leçons (communauté international) trouveront matière à débat.

Et si on respectait la Loi ivoirienne

J'écoute, je regarde et je voudrais juste dire ceci: Et si on respectait la Loi de la Côte d'Ivoire?

A l'adresse de Monsieur OBAMA, rappelez-vous Monsieur le Président vous disiez lors de votre allocation devant le parlement ghanéen et je cite: "l'Afrique n'a pas besoin d'homme fort mais d'Institutions fortes". Comment après avoir dit cette phrase vous pouvez soutenir que le Président élu de la Côte d'Ivoire est Monsieur Allassane OUATTARA sur la base de résultats provisions, proclamés par une structure administrative contre l'avis de la seule Institution judiciaire ivoirienne habilité à proclamer les résultats définitifs d'une élection en Côte d'Ivoire? J'entends d'ici vos conseillers dire que ces résultats provisoires ont été certifiés par le Représentant du Secrétaire Général de l'ONU. A cette réponse, je m'étonne et je voudrais savoir Monsieur le Président si c'est de cette institution "le Représentant du Secrétaire Général de l'ONU" que vous parliez à cette occasion? Franchement, n'y crois pas du tout. Il s'agit des vrais Institutions africaines donc ivoiriennes et dans le cas des élections du Conseil Constitutionnel.

A propos du Représentant du Secrétaire Général de l'ONU, son mandat consistait à certifier le processus et non de proclamer un vainqueur à l'issu de l'élection présidentielle ivoirienne. Si telle est le cas, le processus électoral ne s'arrête pas à la proclamation des résultats provisoires, elle se poursuit jusqu'à la proclamation des résultats définitifs. A mon humble avis, le Représentant du Secrétaire Général aurait dû prendre l'attache du Conseil Constitutionnel pour assister à l'analyse des recours formulés par un des candidats. A l'issu du processus au niveau du Conseil Constitutionnel, le Représentant du Secrétaire Général serait alors fondé à certifier le processus électoral dans son ensemble.

Nonobstant ce qui paraît être logique, le Représentant du Secrétaire Général de l'ONU soutient que les résultats dont il était destinataire donne le candidat Allassane OUATTARA largement gagnant. L'écart des voix, selon lui, est tel que si les annulations demandées étaient effectives, le candidat Allassane OUATTARA serait toujours en tête. Dans ces conditions que le Représentant du Secrétaire Général il importe que ce dernier donne les résultats en sa possession prenant en compte les annulations sollicitées.

En attendant ces résultats consolidés, je voudrais relever le taux de participation de 81.12% sensiblement égal à celui du premier tour estimé à 83%. Ce taux nous paraît particulièrement élevé eu égard au peu d'engouement constaté par tous les observateurs. Le Représentant du Secrétaire Général de l'ONU avait pourtant reconnu que la mobilisation des ivoiriens était moyenne à ce deuxième tour. Et les premières estimations qui donnait un taux de participation d'environ 70% sont venus confirmer ce que tout le monde pensait. Pourquoi cette hausse brusque du taux de participation des ivoiriens? Quand t on fait un simple calcul arithmétique, l'on constate que entre la fin des opérations de vote et la date de proclamation des résultats de la Commission Electorale Indépendante les votants se sont accrus de plus de 600 000 personnes. A la lumière de ce chiffre, l'on comprend mieux les propos du Représentant du Secrétaire Général de l'ONU.

Je pense que le Président OBAMA a été induit en erreur par certaines personnes. Je n'ose pas croire que ce digne fils de l'Afrique puisse s'adonner à de tel agissement qui ne l'honore pas du tout.

Pour finir, je voudrais interpeller mes frères ivoiriens. Aujourd'hui, certains soutiennent le candidat ADO ou le candidat GBAGBO. Je respecte le choix de chacun, mais à l'endroit de ceux d'ADO, rappelez vous que c'est seulement la Loi qui pourra nous protéger demain si nos droits sont bafouillé. Notre refuge face à l'injustice, pour nous autre les pauvres, c'est la Loi. Nous qui n'avons personne pour nous défendre face aux grands de notre pays, c'est la Loi. Si tu demande l'installation de ADO au pouvoir malgré ce que la Loi a dit, demain tu ne pourra pas invoquer la Loi lorsque ce même ADO piétinera tes droits quand il sera Président contre la Loi.

Chacun des supporteurs de ADO doit méditer cela au moment où leur champion et ceux qui ont tout à gagner de sa prise de pouvoir les appelle au secours. LE DERNIER MOT DOIT RESTER A LA LOI, UNIQUEMENT A LA LOI.

reponse(loi ivoirienne)

mon cher ami je voudrais repondre a votre soit disant loi ivoirienne
1-a part houphouet chaque president a modifier la loi
2-concernant OBAMA etant ivoirien je remercie dieu que BUSH N'EST PAS AU pouvoir sinon toi et moi savions qu'il n'aurais pas besoin de l'avale de qui que ce soit de faire partir un dictateur souviens toi de(ARISTIT,CHARLES TAYLOR ET SADDAM) ,oui OBAMA joue la carte de la diplomatie..
3- concenant L'ONU elle applique ce que les trois candidats on signer aux dernier rassemblement au BURKINA FASSO en plus rien ne les empechaient de signer y compris le boulanger GBAGO
4-LA CONSTITUTION DU LOI DE VOTE enCOTE D'IVOIRE stimule que si apres proclamation de la cei des resultats provisoir et un parti estime qu'il y'a eu fraude il doit saisir la cour constitutinnel qui elle doit statuer sur cette requette dans les delais (36hrs aux moins et 7jrs aux plus) et apres cela si il y'a eu effectivement fraud l'election est annuler et doit etre entrepris dans un delai de (45jrs) .
5-TU pense que c'est OBAMA ,SARKAZY OU L'ONU qui ont ecrit cette loi?
6-Il avais 20000PV et 8 rigions a verifier et cela a ete fais part MR PDT DE LA CC en 24hrs soyant serieux..
7-nous african accusont l'occident pour rien nous sommes nous memes notre propre CANCER avant de dire aux voisin de balayer la devanture de sa cour il faut que chez toi meme soit propre d'abord
8-JE suis FPI depuis 78 et K L GBAGO m'as vraiment decu.Qu'il reconnaise sa defaite c'est que de rejoindre CHARLES TAYLOR.......... MERCI CHER FRERE



Fermer