Présidentielle en Côte d’Ivoire : "Nous prions pour que le vainqueur soit reconnu et accepté de tous"

Devant l'école primaire d'Aghein, dans la commune de Cocody, à Abidjan. Photos envoyées par Gilbert Kouame.
 
Des millions d’électeurs se sont rendus dans les 20 000 bureaux de vote de Côte d’Ivoire, dimanche.
Six fois reporté depuis 2005, le premier tour de l'élection présidentielle ivoirienne s’est finalement déroulé dans le calme. Plus de 5,7 millions d’électeurs ont participé à un scrutin encadré, notamment, par 12 000 soldats de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci) et 900 militaires français de l’opération Licorne.

Le décompte des voix, à la fois manuel et électronique, est toujours en cours. De nombreux spécialistes redoutent que des irrégularités soient commises au moment du dépouillement. Les résultats doivent être annoncés mercredi au plus tard.

Vidéo envoyée par notre Observateur, Gilbert Kouame.
Contributeurs

"Nous prions pour que le vainqueur soit reconnu et accepté de tous"

Gilbert Kouame est étudiant en maîtrise de biologie à l'université d'Abobo-Adjamé, à Abidjan.

J’ai voté dans la commune de Cocody [quartier aisé d’Abidjan, NDLR], à l’école primaire du quartier d’Aghein. Dans l'ensemble, tout s'est bien déroulé, les électeurs ont été très disciplinés. À l'exception de certains qui ont essayé de passer devant les autres, je n’ai pas vu de troubles particuliers.
Les bureaux de vote ont ouvert à 9 heures. Les gens ont été très nombreux à se déplacer. Ici, on parle d'un taux de participation de 70 % à 80 %. Certaines personnes se sont levées à 5 heures du matin. Moi, j’y étais à 10 h et j’ai voté à 11h30.
C’était la première fois et je ne savais pas comment cela se passait. J’ai ressenti une grande émotion après avoir voté. Et j’ai toujours de l’encre sur le doigt [pour éviter les fraudes, chaque électeur a dû tremper son doigt dans de l'encre indélébile après avoir voté, NDLR]. J’ai eu beau frotté ce matin, ça ne voulait pas partir.

La seule chose que l’on sait aujourd’hui, c’est que l’élection se joue entre Bedié, Gbagbo et Ouattara, mais nous ne savons pas qui est devant qui. On aura plus d’information cet après-midi. Nous prions pour que la  proclamation des résultats se fasse sans incident, sans contestation, et que le vainqueur soit reconnu et accepté de tous. Je suis persuadé que le second tour se passera bien aussi. Les gens attendent depuis si longtemps ce moment qu’ils ne veulent pas le gâcher."
 
Photo envoyée par Gilbert Kouame.

"Ce qui est rassurant, c’est que tous les partis étaient présents dans le bureau pour le décompte, ainsi que des agents indépendants"


Levaran vit à Abidjan. Il nous avait fait parvenir une vidéo sur laquelle on voyait des électeurs payer pour obtenir plus rapidement leurs carte d’électeur.
 
Les bureaux de vote ont été pris d’assaut dans la joie et la bonne humeur. Il me semble que le taux d’abstention va être exceptionnellement bas car l’engouement était général. Je n’ai rien constaté de particulier dans mon bureau de vote : pas de corruption, chacun a fait la queue tranquillement.
Là où j'ai voté, j’ai tout suivi dans les moindres détails. Après la fermeture des bureaux de vote [à 17h environ], on a attendu jusqu’à la sortie des personnes chargées du décompte. À 1h30 du matin, un homme qui participait au dépouillement est sorti chercher de l’eau et il nous a expliqué pourquoi c’était si long.
 
Il nous a dit qu’il fallait d'abord procéder à un décompte manuel des souches, puis à un décompte manuel des bulletins, puis à la signature de très nombreux papiers par tous les représentants des candidats en lice, et qu’enfin il fallait faire valider le tout par les agents de la CEI [Commission électorale indépendante, NDLR]. Bref, c’était normal que ça prenne un temps fou. D’autant plus qu’ils étaient très fatigués et qu’ils n’avaient pas mangé. Ce qui est rassurant, c’est que tous les représentants des partis étaient dans le bureau, ainsi que des agents indépendants."
 
Photos envoyées par Gilbert Kouame.

Commentaires

election presidentielle en Afrique en generale

les africains ont toujours voulu exprimer leur choix electorale dans leurs differants pays, mais nous avons cette impression que les dés sont déjà joués d'avance, l'Afrique est très faciné par le sens de la démocratie americaine et occidentale, cependant c'est le cadidat qui plais à "l'ancien" colon qui devien inelluctablement le choix contrenient de la population, je parle en terme general car la situation est la même dans tous les pays francophone; malheureusement c'est le peuple qui sombre de plus en plus dans la misere, car les gouvernant ne craient rien du tout etant soutenu par le pays colonisateur, l'independance est a revoir en Afrique noire

Je confirme

Mariè à une ivoirienne et connaissant bien le Côte d'Ivoire, je confirme les ingérences répétées de la France dans ce pays et ce dans tous les domaines ! Il serait grand temps d'avoir un peu de respect pour les ivoiriens et de cesser les manipulations politico-économiques. Le peuple crève !

et toi mon salaud..ton

et toi mon salaud..ton français est à revoir TRES SERIEUSEMENT

bjr,pourquoi cette

bjr,pourquoi cette grossièreté?On ne peut pas donner son avis sur le sujet?Quand on a rien a dire on se tait.C'est le BA BA de la bonne éducation.A bon entendeur salut

Ancien colon ?

A part être grossier, aveugle et sourd qui êtes vous ?
Un descendant d'ex-colon ? Un profiteur du système ? Un adhérent du F.N ?

Bonsoir, On ne répond pas à

Bonsoir, On ne répond pas à une insulte par une autre insulte, même si cette dernière est interrogative. Chacun donne son avis, et si celui-ci nous déplaît, il vaut mieux l'ignorer. J'ai vécu en Côte d'Ivoire de 1969 à 1974, en partenariat avec le Ministère de la Culture et ce, sous la Présidence De Félix Houphouët Boigny. Ce pays est resté pour toujours dans mon coeur et une partie de moi est et restera Ivoirienne. J'y ai rencontré des personnes formidables, de toutes origines et j'ai appris beaucoup à leur contact. Je suis attentivement les élections qui s'y déroulent actuellement et je souhaite vraiment, que les Ivoiriens puissent enfin vivre en paix et sortir de la misère qui est la leur, depuis beaucoup trop longtemps.

P. S: je ne suis, ni colon, ni ancien colon. Je n'ai jamais connu l'Afrique coloniale et serais donc très mal placée, pour en parler.

C'est peut-être le cas

C'est peut-être le cas général, mais certainement pas celui de la Côte d'Ivoire.
Le candidat élu en 2000 était le mal aimé de l'ancienne métropole dirigée alors par Jacques Chirac. Ce dernier avait tout mis en œuvre pour déboulonner Le Président élu de Côte d'Ivoire, en vain.

Eh oui !

D'où ingérence ou tentative d'ingérence !!! Dans tous les cas l'ex-colonisateur manipule ou tente de le faire.......



Fermer