Vidéo amateur : un jeune homme agresse un policier devant un lycée à Meaux

Mardi 12 octobre devant le lycée Pierre de Coubertin à Meaux.

Suite de notre série de témoignages sur le mouvement de contestation concernant la réforme des retraites en France : notre Observateur a filmé l'agression d'un policier qui évacuait le blocus d'un lycée à Meaux le 12 octobre.

Que vous soyez syndicaliste, lycéen, étudiant, retraité, militant, pour ou contre ces grèves ; vous avez des photos, vidéos et témoignages à faire passer ? Contactez-nous par mail plarrouturou@france24.com

Contributeurs

"Ces affrontements contre la police sont aberrants"

Notre observateur a filmé avec son téléphone portable les affrontements entre les lycéens et les policiers.

Le 12 octobre, un blocus de l'établissement a été mis en place vers 8h30 par des lycéens à l'aide de poubelles et de barrières. Pour ceux qui voulaient quand même aller en cours, on avait fait attention à bien laisser ouverte une porte sur le côté. C'était donc un blocage filtrant.  Beaucoup de jeunes qui ne sont pas du lycée participaient à cette opération. Le proviseur a alors appelé les policiers qui sont venus en nombre du commissariat voisin. J'ai compté sept ou huit voitures de police.


Les policiers ont commencé par nous observer. Le proviseur leur a ensuite expressément demandé de nous déloger. À la base, ce n'était pas du tout violent. Mais certains se sont rebellés quand les policiers ont commencé à arracher les barrières. Un jeune s'est même précipité pour pousser un policier, puis il s'est mis à courir vers moi.

Mardi 12 octobre devant le lycée Pierre de Coubertin à Meaux. Vidéo prise et publiée sur le compte YouTube de notre Observateur.

J'ai alors arrêté de filmer avec mon téléphone et j'ai détalé aussi pour éviter les policiers qui venaient vers moi. Le jeune en pull blanc courait très vite. À ma connaissance, il est parvenu à échapper aux forces de l'ordre. Les policiers ont juste été bousculés. Mais je ne trouve vraiment pas que ce soit normal.

Le lendemain, mercredi 13 octobre, on a organisé une marche en faisant le tour des lycées de Meaux. On a avancé en cortège en essayant de rallier à nous les lycéens de Baudelaire et Jean Vilar. Mais les policiers ne les ont pas laissés sortir de leurs établissements. Au lycée Jean Villar par exemple, ils n'ont même pas eu le droit de sortir pendant la récréation, soit-disant pour leur sécurité...

Hier, jeudi 14 octobre, c’était la guerre. On a, à nouveau, fait une marche pour rallier les lycées alentours. Nous devions être au moins 300. La police tentait par tous les moyens de nous barrer la route dans Meaux. Nous nous sommes faufilés en passant par les petits chemins résidentiels pour atteindre la gare. Et là, au grand carrefour du lycée et de la gare, on a tout bloqué, même la nationale 3.


Après, on a fait une longue marche vers le lycée Jean Vilar puis Baudelaire. Devant le lycée Baudelaire, tout était fermé. On a attendu une grosse demi-heure, en chantant, en criant des slogans, en utilisant des fumigènes. La police a fini par vouloir nous faire reculer. Certains jeunes ont alors commencé à jeter des cailloux. Entre manifestants, il y a eu des rackets violents et des bagarres. Je n'ai pas osé sortir mon téléphone pour filmer ça. Je suis parti, ça devenait dangereux.

Les policiers n’ont pas beaucoup tiré au flash-ball. Ils essayaient juste de nous repousser. Ces affrontements contre la police sont aberrants. Il ne faut pas tout casser, ni se battre entre manifestants, ça n'aide vraiment pas à faire bouger les choses.

Ce billet a été rédigé en collaboration avec Paul Larrouturou, journaliste.

Commentaires

C'est génial, c'est toujours

C'est génial, c'est toujours les mêmes qui font la grève. Égalité pour tous. Ok, supprimons donc tous les régimes spéciaux ...oups pardon ! j'ai dis un truc qui fallait pas .......

De tout mon âme, je considère vraiment les grévistes comme une vraie bande de con qui sans se l'avouer, ne lutte pas pour l'égalité mais surtout pour défendre leurs propres acquis de fainéants (sncf .. suivez mon regard).
Le maçon, le btp etc ... eux ils bossent durement et n'ont aucun acquis.

Grévistes, vous êtes tous des fumistes.
Étudiants, que c'est drôle de vous voir courir derrière les gauchos. Même si vous êtes sincères dans ce que vous dites (et encore pas tous, j'ai été à votre place, et beaucoup d'entre vous en profite pour glander et faire péter) vous êtes noyauté par vos syndicats eux-mêmes complétement politisés, mais cela à toujours été.
Quand à l'hypocrisie de la droite, quelle bande de con, se dire que dans tous les pays d'europe cela s'est fait sans douleur, et nous, avec notre gouvernement très pédagogue ... on fait un carnage.

Franchement, pour qui voter demain ??? je crains que les extrêmes (le facteur pas très futé où la fille du roi facho) se gavent vraiment lors des prochaines élections. La faute à qui ? à nous tous.

génial ?

Quelle passion !!!! Il y a pas mal de grossièretés, mais bon, je te suis de loin, mais je te suis.
Effectivement, il y a pas mal d'idiots qui vont se retrouver avec des bulletins de salaires pas folichons, mais c'est leur choix !!! il croient en une idéologie qui a de bonnes bases mais qui est pourrie par les dirigeants des partis (de gauche ou de droite d'ailleurs).
La honte est effectivement à ces professions qui avaient des loulous dans les manifs heureusement, et qui n'ont pas les mêmes régimes que les nôtres, salariés. Honte à ces gens de bloquer une partie du pays sous prétexte de défendre nos droits alors que ce sont leurs acquis qu'ils protègent. Comment les salariés grévistes ne sont pas au courant de tout cela ???
Quant aux jeunes et les manifs, cela devient risible car dans les interviews qui leurs sont faites, mis à part le représentant du syndicat des jeunes socialistes étudiants qui a appris un discours bien rodé, aucun de ces jeunes ne savaient dire des choses de leurs sentiments réels et personnels, il ne faisaient que repiquer ce qu'ils entendaient à droite et à gauche à la télé. (à gauche surtout d'ailleurs !!!).
Le ridicule ne tuant pas, j'ai regardé des pauvres salariés persuadés de défendre la France contre un envahisseur....énervés, violents car je les comparais à des clowns, mais très gentiment.
Allez 2012, ramènes nous ton lot de promesses, de discours et de réactions ridicules, d'hommes portés par le feu, de femmes en quête de revanches et de pauvres électeurs (que je suis) persuadé que la, enfin, tout va changer.

Pourquoi? la politique

Pourquoi? la politique sociale des autres pays d'Europe c'est un exemple pour vous?

Retraite des fonctionnaires.

Ce n’est pas une mobilisation pour la sauvegarde du régime de retraite actuel que thibault et chérèque ont mis les bourricots dans la rue mais pour la sauvegarde des acquis sociaux de tous ces fonctionnaires (qui eux représentent 30% de la population active).
Nous avions réussi, en France, à créer un modèle de société des plus formidable qui soit.
Mais il était utopique de croire que cela pouvait marcher sans le faire évoluer en fonction notamment des critères démographiques et économiques. Tous nos politiques, depuis plusieurs décennies, par peur de perdre leur poste ont fait croire aux Français que tout allait bien, plutôt que de réformer ce qui devait l’être. Alors on a développé l’assistanat généralisé en créant entre autre toutes sortes de prestations sociales afin de ne pas mécontenter. Ça a engendré des générations de fainéants, d’égoïstes et de profiteurs. Effectivement, pourquoi se casser le cul à travailler alors que l’on peut toucher les allocations familiales, les allocations logements, les assedic, bénéficier de l’assurance maladie et tout ça sans travailler et sans payer d’impôts. Il faudrait être con, c’est ce qu’une majorité pense. De ceux là, on ne parle pas encore mais on sait qui ils sont, on peut les voir défiler derrière une bannière rouge. Il est malheureux de constater que, aujourd’hui, quelqu’un qui travaillant mais ne touchant aucune prestation sociale ne peut vivre décemment en France. Cette même personne se rendant compte que l’on en donne toujours plus aux assistés avec l’argent de son travail. Je vous laisse imaginer le jour ou ces gens vont se réunir en association et demander des comptes, ce sera le début de réels enmerdes.
Quand aux pauvres étudiants qui se font manipulé par les politiques, peut-être s'inquiètent-ils déjà de leur proche avenir d'assistés !!!

les assistés chanceux...

Giou, serais-tu prêt à céder ta place et ton emploi contre une place d'assisté rmi, alloc familiales et tout le toutim ? dis toi que parmi les rmistes, il n'y a pas que des fénéants, mais des gens qui galèrent pour trouver du travail! perso, j'ai bossé pas mal d'années, et je préfèrerais retravailler, car j'ai en vue d'acheter un petite maison de campagne, et au rsa, tu vois, je ne vois pas comment réaliser cette chose... on en est pas encore là, rassure toi. Quand on bosse, au moins, on est reconnus et l'on peut prétendre à des prêts, ou autres avantages. Sans boulot, on végète, et ça n'est pas bichant, je t'assure. Alors, échangeons les rôles, que les pauvres travailleurs cèdent leurs places aux si chanceux chômeurs, si cela peut être une solution...

Bonne continuation !

J’ai compris ce qu’allait devenir la France en lisant l’article (il y a une vingtaine d’années de cela) d’un économiste – je précise bien un économiste, pas un syndicaliste ni un politique - qui disait qu’il ne serait plus possible de subvenir aux prestations sociales et au régime de retraite d’ici les années 2010.
J’ai compris ce qu’allait devenir la France lorsqu’à mon licenciement, on m’a dit qu’il n’était plus possible de travailler avec des techniciens français parce que trop cher en charges sociales. Dix ans déjà.
J’ai investi sur ma vie pendant vingt ans, en donnant 20% de mon salaire aux crevards, pour en arriver à quitter le navire à l’âge de 40 ans trop dégouté par l’assistanat généralisé.
Saches tout de même que j’ai ponctionné les assedic au maximum mais que je me suis refusé par fierté de m’inscrire au rmi.

es Manifs

Y en a mare de ces iresponsables de perturbateurs, il faut durcir la loi sur le droit de greve et surtout punir tré sévérement ceux qui empeche les otre de travaillé. quelques mois deprison leur ferait du bien.
Enfin un gouvenement qui fait preuve de responsabilité, J'AIME ou plutot J'ADORE.
le president a ete elu sur un programme, il faut qu'il mette en application tous ses engagements pris devant la NATION. VIVE Mr SARKOSY
Quant a ces petits jeunes , avant d'aller manifester ils feraient mieux d'apprendre a parler et surtout a bien ecrire le FRANCAIS.Ue question que je me pose : où sont les parents demissionnaires de leurs responsabilités vis a vis de leurs propres enfants !!!!!!
J'espere maintenant une grande sévérite a l encontre de tous ces fauteurs de trouble, petits et grands er
VIVE LA DEMOCRATIE

Les manifs

Primo:8 fautes dans ta première phrase.
Apprends donc à écrire un français correct avant de t'engager sur ce chemin

Secondo: relis le programme de M. Sarkosy; il n'y fait nulle part mention d'un changement sur les retraites. Il n'a donc pas été élu pour faire ça...

Tercio: essaie de ne pas confondre les gens qui manifestent un mécontentement et qui acceptent par la même occasion un sacrifice sur leur salaire et les casseurs qui profitent de tout rassemblement de ce type.
Là alors, tu auras le droit de dire VIVE LA DEMOCRATIE!

Les manifs par Grève

http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/04/23/en-2007-sarkozy-assurait-que-le-droit-a-la-retraite-a-60-ans-devait-demeurer_13...
Grève, voici un lien qui reparle de la position de Sarkosy sur son programme. Tu verras que c'est pas très franc, mais que c'est bien politique, comme la bévue des Socialistes par la suite. Ces gens ne parlent pas notre langue ou en tout cas, ce qu'ils disent n'a pas le même sens que ce que nous disons.
Ensuite, dans ton primo, tu incites le précédent à parler le français et à l'écrire. Je pense que tu tombes dans le panneau car les lignes suivantes sont sans aucune erreur, même de syntaxe, contrairement à ce que tu écris : "apprends donc à écrire un français correct avant de t'engager sur ce chemin".
Ne soyons pas bêtes, moutons, ânes ou ce que tu veux, nous sommes manipulés par des politiques qui jouent à fond sur notre besoin d'appartenir à des groupes et le nôtre plus que celui des autres, a raison et détient la vérité.
Ceux qui acceptent les sacrifices sur leurs salaires n'ont rien à faire dans les manifs ou alors, il y a des compensassions !!! ou ce sont les gros salaires. Il ne faut pas dire n'importe quoi : avec mes 1800 € et mes deux gosses, si je perd 2 jours, je ne fais pas la fin de mois.....comment font les autres ?? Il y a de la duperie dans l'air comme pour les grèves d'Air France et les grévistes qui sont financés par le CCE (qui est sur le point du dépôt de bilan, soit dit en passant).

les retraites

j'ai oublié de dire que ce ne sont pas les robots qui remplacent les caissières ni les emplois que nous finançons en chine, en inde, au maroc, en turquie, et dans tous les pays extèrieurs à la comunautés européenne que nous pouront financer les retraites
surtout si les sindicats empèchent les personnes de travailler et de payer des cotisations.
en 1939 l'ennemie était de l'étranger au jour d'hui il est à l'intérieur.
chaque politique devrait se soucier de ce pays en premier et de l'europe en second et non de son petit nonbril de merde.
çà yé j'ai fini.



Fermer