Trop cher le polo ? Essayez le "bike polo" !

Photo postée sur Flickr par steveguyer.

Vous aimeriez faire du polo, mais c'est un sport de riches et salissant par-dessus le marché ? Alors le "bike polo" est peut-être pour vous.

Le "bike polo" (polo à vélo), né au Royaume-Uni au début de ce siècle, était à l'origine vu comme une alternative au polo équestre pour ceux qui ne pouvaient pas se payer de monture. Mais depuis quelques années, le "bike polo" sur terrain dur s'est développé en ville, attirant une jeunesse urbaine et branchée.

Le phénomène commence même à arriver en France. Le 18 septembre, un groupe de joueurs a organisé une démonstration en face de l'Hôtel de Ville de Paris, à l'occasion de la Journée des vélos et des mobilités électriques.  Objectif : faire connaître leur sport et obtenir de la municipalité leur propre terrain de jeu.

Démonstration de "bike polo",  le 18 septembre, à Paris. Photos envoyées par Mathilde Benassaya. 

Contributeurs

"J'espère que notre démonstration devant l'Hôtel de Ville a attiré l'attention de certains responsables !"

Mickael Vieira, 25 ans, est paysagiste à Paris. Il fait partie de l'équipe "Sporting Club Paris."

J'ai commencé à jouer il y a un peu plus d'un an parce que je m'intéressais déjà aux vélos à pignon fixe [un vélo dont le pignon de la roue arrière est monté sans roue libre qui permet de s'arrêter sans utiliser de freins et de pédaler en arrière] qui sont utilisés dans le 'bike polo'. Je joue au 'hard court (terrain dur) bike polo', une variante urbaine du 'bike polo' sur herbe, apparue aux États-Unis il y a une dizaine d'années.

Les règles sont simples : deux équipes de trois joueurs ont 10 minutes pour mettre une balle rouge dans un panier. Pour ça, on utilise un maillet pour frapper la balle et se la passer entre nous. Ça paraît simple mais c'est très technique : les joueurs doivent être rapides et n'ont pas le droit de poser le pied par terre. Il faut être réactif, avoir de l'équilibre et bien viser.

En France, on est une petite communauté soudée. On est une cinquantaine à Paris et on se connaît tous. L'année dernière, le 'bike polo' a aussi démarré dans d'autres villes comme Lille, Rouen, Lyon, Montpellier et Toulouse, mais il y a seulement une poignée de joueurs dans chaque ville. Grâce aux forums, on est aussi en contact avec des joueurs à l'étranger.

J'espère qu'un jour ce sport sera autant reconnu qu'aux États-Unis ou au Royaume-Uni. Mais pour le moment on a même plus de terrain d'entraînement à Paris ! Avant, on s'entraînait dans un skate park sous la station de métro Stalingrad. C'était pas mal parce que c'était à la fois couvert et éclairé. Mais la mairie a décidé d'installer deux terrains de basket à cet endroit et c'est trop petit maintenant pour nous. Il nous faudrait un terrain éclairé, sinon c'est trop dangereux de jouer après la tombée de la nuit, et fermé. Nous avons créé une association pour pouvoir faire des demandes officielles. J'espère donc que notre démonstration devant l'Hôtel de Ville a attiré l'attention de la mairie !"

Deux versions du "bike polo" : sur herbe et sur terrain dur

Tournoi international de "bike polo" sur herbe en 2006 à Dublin. Postée sur YouTube par Francine Flower

Championnat européen de "bike polo hard court" en 2009, à Londres. Postée par Cycle Oxford sur YouTube.



Fermer