À Paris, des "commandos de nuit" emmurent les commerçants

Les passages pour piétons sur le blog de Jean Spiri.

 

Au cœur du quartier d’affaires parisien de La Défense, des commerçants travaillent quasiment enfermés derrière des cloisons posées par l’EPAD, un organisme public qui veut leur faire fermer boutique.

La fermeture du centre commercial de la Coupole était fixée au 30 juin par un arrêté municipal de Courbevoie, l’une des trois communes sur laquelle est implanté le quartier d’affaires parisien. Des travaux de mises aux normes y sont prévus, qui pourraient durer plusieurs années. Les commerçants, qui trouvent les indemnités proposées dérisoires, ont décidé de ne pas quitter les lieux avant d’avoir trouvé un accord avec l’établissement public de gestion du quartier d’affaires de la Défense (EPAD). L’EPAD use donc de moyens de pression pour que les commerçants se décident à mettre la clé sous la porte.

Le 29 juillet, vers 11 heures, le propriétaire de la boutique Natural Beauty est ainsi enfermé dans sa boutique par la construction d’une cloison qui en condamne l’accès. Des ouvriers doivent détruire le mur, en présence de la police, pour laisser sortir le commerçant emmuré.

Dès le lendemain de cet incident, le préfet des Hauts-de-Seine, Patrick Strzoda, fait stopper les travaux jusqu’à la fin août. Mais malgré cette interdiction, le soir même de la décision préfectorale, une dizaine d’ouvriers, accompagnés de deux agents de sécurité, viennent construire de nouveaux murs pour fermer les voies d’accès aux magasins. Ces opérations nocturnes seront stoppées une nouvelle fois par les forces de l’ordre, alertées par les commerçants.

L’EPAD s’en prend aux commerçants locaux parce qu’il souhaite aménager dès à présent des voies de passage vers un parking souterrain accessible par le centre commercial. Le centre commercial de la Coupole est en effet relié à des tours de bureaux, notamment celle de Total, et sert d’accès entre la ville de Courbevoie et le Parvis de la Défense. Si des cheminements pour les piétons sont en effet nécessaires durant la durée des travaux, les commerçants sont outrés d’être "emmurés" alors qu’ils sont pour la plupart encore ouverts. Jusqu’à la fermeture du centre commercial, repoussée au 1er septembre, ils ont donc décidé de mener une guerre de communication avec des banderoles, une pétition et un groupe Facebook et un blog.

Contributeurs

"La Défense, c’est aussi 20 000 habitants, souvent considérés par l’EPAD comme des empêcheurs de tourner en rond"

Christophe Grébert tient le blog Monputeaux.com où il suit la politique de la municipalité de Puteaux, l’une des trois communes sur lesquelles est implanté le quartier d’affaires de La Défense. Blogueur citoyen, il est aussi élu municipal Modem (Mouvement démocrate) de Puteaux.

"Le centre commercial est de plus en plus glauque. Une partie des commerces sont fermés, l’entretien n’est plus assuré que par les commerçants et surtout, il y a ces murs !

La façon de gérer le dossier des commerçants laisse perplexe. On leur dit : "on va vous indemniser, prenez ce qu’on vous donne", mais ces magasins, ce sont aussi des emplois, des gens. Les commerçants n’ont pas fait qu’acheter un fond, ils ont investi leur vie là-dedans. Et on leur demande de s’en aller définitivement.

Tout est fait pour réduire leurs indemnités au minimum. Par exemple, le centre commercial contient de l’amiante, comme tous les bâtiments un peu anciens. L’EPAD veut que le coût du désamiantage soit pris en charge par les propriétaires des commerces et donc les déduire de leurs indemnités. Or c’est l’État qui a construit ces bâtiments : on demande aux commerçants d’assumer une responsabilité qui n’est pas la leur.

L’État gère La Défense de manière très bureaucratique, technocratique et éloignée de l’intérêt des habitants. Ce centre commercial répond à un besoin. Autour de la Coupole, il y a de nombreux immeubles d’habitations. Alimentation, coiffeur, pharmacien, ils sont leurs seuls commerces de proximité. L’EPAD veut rénover le centre qui, effectivement, est un peu vieillissant. Mais il a décidé de le fermer pendant les travaux, c’est-à-dire pendant trois à quatre ans. Plusieurs centaines de familles vont donc se retrouver sans commerce de proximité.

Il était possible de faire autrement. Le centre commercial des Quatre Temps, à La Défense également, n’a pas été fermé lors des travaux. Il a été rénové par étapes, en trois tranches. Il est parfaitement possible de maintenir l’activité à la Coupole, mais cela entraînerait un surcoût que personne ne veut assumer. La Défense, c’est 150 000 salariés mais aussi 20 000 habitants, souvent considérés par l’EPAD comme des empêcheurs de tourner en rond."

Commentaires

"L’État gère La Défense

"L’État gère La Défense de manière très bureaucratique, technocratique et éloignée de l’intérêt des habitants."

as usual comme d'habitude

Des murs !

Christophe G.
Je suis sdf et sans boulot de chauffeur de maître depuis + de 10 ans , peux-tu me trouver un job autour de toi si possible ?
cv:
âge : 45 ans,
Je ressemble physiquement à Louis de Funès ,bac+2 , 4 langues et largement plus cultivé que notre Président .
- ex-champion sportif ...
- 5°dan en kung fû et Tai chi chuan .
- motard chevronné.
- Expérience en conduite sportive de F1 etc...
(réponse ici , juste par oui ou non , respectueusement à vous.)
idéologie politique : "surréaliste Bretonnien".
mauvaise plaisanterie, s'abstenir s v p .

la plus belle des démocraties...

Ne sommes nous pas dans la plus belle des démocraties...même que notre démocratie se base sur les droits de l'homme...dont elle est le pays de naissance...ha ha ha ha ha.....

"des empêcheurs de tourner en rond." cela me rappel qu'il y a des empêcheurs de tourner (pardon de magouiller) en rond, qui se retrouvent internés grâce à l'article L-3213-2

encore Sarko non ?

L EPAD... il n y a pas le fils Sarko la dedans ?

tout à fait , encore un

tout à fait , encore un SARKOZY , gamin de 23ans , directeur de l'EPAD hahaha
quelle coeincidence ....

Oui il est élu du Conseil

Oui il est élu du Conseil Général des Hauts de Seine et fait donc partie des administrateurs de l'EPAD

Il avait essayé de se

Il avait essayé de se présenter pour la présidence mais je crois qu'il n'est qu'un membre parmi d'autre.

Il n'est pas un membre parmi

Il n'est pas un membre parmi les autres, il est l'administrateur de l'EPAD. Ce n'est pas rien.



Fermer