Les Indiennes apprennent à se protéger des hommes

À gauche, cours de karaté à Bombay. Photo publiée sur le site "Defense against Rape and Eveteasers Dare". À droite, séance d’entraînement avec le lathi, le bâton traditionnel indien. Photo publiée sur le blog vinimanilli le 26 janvier 2009.

Les Indiennes se mettent au karaté, à la krav-maga israélienne ou au bâton traditionnel. Pas pour se protéger des voleurs, mais pour éloigner les frustrés.

Harcelées dans les rues, les transports en commun, les trains, les centres commerciaux et même les aéroports, les Indiennes ont décidé de réagir. À New Delhi, souvent qualifiée de "capitale du viol", près de 70 000 femmes indiennes se sont inscrites à des programmes d’autodéfense depuis 2002. Certaines de ces formations (arts martiaux, méthode d’auto-défense krav-maga de l’armée israélienne, etc.) sont organisées par des instituts privés, d’autres sont dispensées par des organismes publics, notamment par la brigade de police de New Delhi, contre la violence faite aux femmes.

Pour la seule année 2008, en Inde, le Bureau national du recensement des crimes (NCRB) a répertorié près de 200 000 actes de violence contre les femmes, dont plus de 81 000 cas de torture, 40 000 agressions sexuelles, 22 000 viols et 23 000 enlèvements. Outre ces crimes majeurs, il faut ajouter plus de 12 000 plaintes pour harcèlement sexuel.

Contributeurs

Cours d'auto-défense en Inde

Cours de krav-maga à New Delhi. Photo publiée sur ce site.

Des Indiennes participent à des sessions d’auto-défense organisées par la brigade de police de New Delhi pour lutter contre les violences faites aux femmes. Photo reprise du site du minstère de la Défense indienne par le blog cribb.in.

Cours de karaté à Bombay. Photo publiée sur le site "Defense against Rape and Eveteasers Dare".

Des membres de la Gulabi-Gang (la bande des saris roses) qui défend les droits de la femme en Inde lors d’une séance d’entraînement avec le lathi, le bâton traditionnel indien. Photo publiée sur le blog vinimanilli le 26 janvier 2009.

"C’est le message de ces formations qui importe : Ne soyez plus des victimes, réagissez et arrêtez d’avoir peur"

Jasmeen Patheja est la fondatrice de Blank Noise, une organisation qui milite contre le harcèlement sexuel en Inde.

Pendant longtemps, les harcèlements ont été simplement considérés comme des "taquineries", des comportements masculins auxquels devaient s’adapter les femmes. D’ailleurs, l’expression "taquiner Eve" [eve teasing – expression utilisée en Inde pour désigner le harcèlement sexuel] semble indiquer que l’agresseur, ou le harceleur, n’a fait que "taquiner" la fille et qu’il ne lui a causé aucun mal.

Des cours d’auto-défense sont dispensés depuis quelques années dans plusieurs États de l’Inde. Mais au-delà des diverses techniques, c’est le message de ces formations qui importe vraiment : ne soyez plus des victimes, réagissez et arrêtez d’avoir peur.

Nous, à Blank noise, nous réagissons à cette violence autrement, en organisant des performances dans la rue (voir photos ci-dessous). Notre objectif est de débarrasser les femmes de ce sentiment de honte si souvent associé au harcèlement sexuel.

Selon un préjugé bien enraciné en Inde, les filles "bien", les filles décentes, ne sont jamais harcelées sexuellement. Si vous êtes agressée sexuellement, c’est que vous l’avez cherché. A Blank noise, nous avons donc lancé une campagne intitulée 'Je ne l’ai jamais cherché'".

Campagne "Je ne l'ai jamais cherché" contre le harcèlement sexuel en Inde

Campagne de sensibilisation à Calcutta. Sur cette pancarte, on demande aux femmes de laisser leurs empreintes dans la case qui correspond aux violences qu’elles ont subies : regards inquisiteurs, regard fixé sur vos seins, simulation de baisers, conversations non sollicitées, commentaires malvenus, clins d’œil, crachats, attouchements, chatouillement... Photo publiée le 23 février 2010 sur le blog blank noise.

Femme portant la pancarte qui liste les types de harcèlements sexuels auxquels font face les Indiennes. Photo publiée le 23 février 2010 sur le blank noise.

 

Campagne de sensibilisation "Je ne l’ai jamais cherché" pour laquelle on demande aux femmes de faire don du vêtement qu’elles portaient lorsqu’elles ont été harcelées. Photo publiée le 21 février 2010 sur le blog blank noise.

Campagne de sensibilisation à Calcutta. Des vêtements que les femmes portaient lorsqu’elles ont été harcelées. Photo publiée le 23 février 2010 sur le blog blank noise.

"Ma main a glissé"

Publicité indienne contre le harcèlement sexuel. Vidéo publiée sur YouTube par coderedreel le 21 février 2007.

Commentaires

la main au panier

j'aime mieux le sport en chambre !

Pour la defense des femmes

Ce n'est une solution si on a un caractère agressif. l'on menaçant a pour vie faire du tord quelque soit votre niveau d'entrainement le malheur quand elle vous guette finir par vous avoir un jour considérons cela comme un sport

Quel dommage!

Sans parler du corps de l'article, je déteste vraiment le titre de ce témoignage: "se protéger des hommes". Pourquoi pas "se protéger des agresseurs", "des harceleurs" ou que sais-je?

J'ai travaillé un temps au sein de l'ONU sur les égalités de genre et les problèmes des femmes, et j'ai malheureusement constaté que la plupart du temps, les personnes impliquées (99% de femmes) ne parlaient que des "hommes" comme étant le problème, l'ennemi à combattre

Outre le fait que cela porte le discrédit sur l'ensemble de la gent masculine (ce qui est abusif), cela fait fortement penser à une lutte "femmes VS hommes". Comment, dans ce cas, rallier les hommes à cette cause? Selon moi, cela ne fait que propager l'image (fausse) que les protecteurs des droits des femmes ne sont qu'une bande de lesbiennes aigries.

Quel meilleur moyen, pour enrayer les violences faites aux femmes, que la lutte soit menée à égalité par les hommes responsables, en plus des femmes (elles mêmes légitimes bien sûr)? Le "Peer pressure", comme montré dans cette publicité, est selon moi bien plus efficace que l'agressivité frontale de militantes au ton bien peu diplomate...

Cordialement

Une implication plus

Une implication plus importante des hommes dans cette lutte devrait être facilitée par les femmes ayant créé ces associations, ces cours, ces campagnes...

Toutefois, on ne parle pas ici d'un problème général de femmes ayant du mal à progresser dans un contexte professionnel ou politique essentiellement masculin, ce n'est pas un problème de parité ou d'image dans une publicité. Je pense que l'auteur a choisi le terme "hommes" parce que c'est de cette manière que s'exprime le problème en Inde : pour l'instant, malheureusement, on envisage le symptôme mais pas les causes sous-jacentes, donc on réduit ça à un problème de femmes et d'hommes sans dissocier les harceleurs des autres, sans se demander pourquoi certains deviennent harceleurs et pas d'autres.

Toutes les femmes vivant en Inde, où je vis moi-même, expérimentent presque au quotidien ce harcèlement, voire plus d'une fois par jour. Et les remarques grasses (parce que les "gazelles" et autres joliesses n'ont pas lieu en Inde, c'est en général plutôt "ramène ta ch*tte sal*pe", et je ne plaisante pas), les mains aux fesses, aux seins, à l'entrecuisse, le bras qui se balance et étonnamment touche vos fesses, ne sont pas le fait... d'autres femmes. Ce sont des hommes qui en sont responsables, ce sont les hommes qui sont donc visés dans ces campagnes. D'où le titre que je n'apprécie pas plus.

Là où je suis en revanche réellement déçue par cet article, c'est qu'il n'y a aucune évocation du contexte plus global qui amène à cette situation de surexcitation masculine et de vulnérabilité féminine en Inde.
Apprendre aux femmes à se défendre, c'est bien mais c'est un pis-aller. Je ne suis en fait pas sûre qu'un travail de fond soit fait (encore moins par de quelconques stars ou personnes bien en vue et écoutées de la population, hommes ou femmes) sur l'éducation données aux enfants à propos du respect d'autrui, de son corps, de son désir (l'éducation sexuelle est taboue), le respect de la femme et l'image qu'ont les femmes d'elles-mêmes.
En y ajoutant la pratique encore majoritaire du mariage arrangé, qui pour le coup n'arrange rien en terme de frustrations, du tabou qu'est le sexe hors mariage (dans les séries populaires et les films, la jeune fille tombe enceinte au premier rapport s'il est hors-mariage...) et enfin le manque criant de femmes dans certaines régions et certains milieux du aux pratiques d'infanticides ou de foeticides (les enlèvements continuent pour "alimenter" les régions "déficitaires", les mariages polyandres aussi dans certaines régions pas si reculées que ça etc.). Là, il y a un énorme travail à faire qui touche les hommes et les femmes, les mentalités de tous.

Mais en ce qui concerne le "eve-teasing" et le harcèlement ? Cet article montre bien qu'on en est encore aux débuts, à une réflexion basique : les femmes en Inde ne pouvant déterminer qui est harceleur ou pas doivent apprendre à se méfier des hommes qu'elles croisent.

Des statistiques tres

Des statistiques tres serieuses faites aux USA et au canada ont démontrés que 90% des auteurs de viols sont des hommes, 90% des auteurs de violences conjugales sont des hommes, 90% des auteurs d'homicides sont des hommes.

Biensur 90% n'est pas le pourcentage exact mais un ordre de grandeur.

Vous savez ce que vous êtes ? Vous êtes ce qu'on appel un masculiniste. Et sous pretexte que vous vous sentez attaqué vous dénoncez le féminisme.

En ce qui me concerne je suis un homme et je ne me sent pas visé. Pourquoi cette campagne vise les hommes ? car il est beaucoup plus difficile pour un homme de maitriser ses pulsions (même si ca n'est pas une excuse). Et ca aussi c est scientifique. C'est du a la testosterone que secretent tes testicules. Testosterone qui fais de toi un male, qui fais que tu es programé pour aller planter des graines un peut partout. Les femmes elles ont l'oestrogene, une hormone bien différente qui leur fait pousser des seins mais qui induit des pulsions beaucoup moins fortes.

Une femme perverse le sera majoritairemebt par le fait de son esprit, elle aura de forts besoins sexuels mais la dépendance sera psychologique, et sauf periode d'ovulation c'est son esprit qui demandera du plaisir pas son corps qui demandera a procréer. Un homme pervers cumulera quand a lui la dépendance psychologique et la dépendance physique, d'une part son esprit veut du sex car c'est bon, de l'autre son corps le réclame aussi car c'est sa raison d'etre (perpétuer l'espece).

Voila pourquoi les hommes sont clairement visés. Et si tu te sent concerné c'est que tu es en effet un homme, et que nous partageons presque tous cette foutue testosterone. Alors de deux choses l'une, soit on est de animaux on a des hormones et a ce moment on fais comme quand on étais de kromagnons, soit on s'enorgueillis d'être des Hommes, et on apprend a se maitriser, a accepter ses défauts, et a se comporter comme des Hommes, c'est aussi cela être un homme.

Personnellement je suis contre l'égalité pure et parfaite, c'est une connerie, on est différents et on doit le rester chacun a sa maniere, les hommes et les femmes se completent. Mais je pense que pour qu'un couple marche on doit se parler d'égal a égal, même si on a pas les mêmes sensibilités, les mêmes facons de penser ni la même experience de la vie.
En fait tu as d'ailleur mal compris le billet, ces femmes ne sont même pas forcement féministes, elles demandent juste a ce qu'on les regardes comme des personnes, pas comme deux mamelles et des orifices...

De plus tu seras surement aussi indigné que ces femmes le jour ou dans un bus tu sentiras une grosse main moite et graisseuse te chopper par les couilles et un corps qui te répugne, sentant la sueur ou je ne sais quelle horreur se frotter contre toi. penses y, met toi a leur place.

¤C'est que la sagesse est un travail, et que pour être seulement raisonnable, il faut se donner beaucoup de mal, tandis que pour faire des sottises, il n'y a qu'à se laisser aller.
¤Alfred de Musset

Sincèrement,

Je l’ai jamais imaginé la description d’un homme,

Comment, vous avez osé le faire !

Pauvre de nous,

Mais, je l’a partage à 100%

J’aimerais pas des mains baladeuse me tripote,

Il aurait à faire avec mon cerveau reptilien, bien fait et vite fait,

Puis, on peut avoir du respect pour la gente féminine, sans pour cela être féministe,

Ensuite, d’une femme soit habillé légèrement, peut justifié un viol mérité ?!

Sottise, on est pas des animaux incapable de nous retenir, mais des hommes responsablent de nos actes

J’ai une femme et des petites nièces, alors comprenez moi !

Que je me sente concerné sur ce sujet,

Courage à ses femmes,

Malheurs à ceux qu’ils veulent pas les respectés comme des personnes à parts entières

Cordialement,

Bravo Mesdames! J'espère

Bravo Mesdames! J'espère que le prochain qui, sans votre autorisation, vous mettra la mains aux fesses, ou plus, en aura pour son argent. Ma femme se rend souvent en Inde et il est vrai que le harcèlement y est fréquent.
Ça fait plus de 25 que je fais des arts martiaux, je supporte a 100% le droit des femmes a se défendre, avec leur poings si nécessaire.

encouragement

que votre lutte continue toujour je vous encourage . ets'est ki doit etre fait dans le monde entier.



Fermer