Une gay pride de courte durée

Nikolaï Alekseev tient un drapeau aux couleurs de l’arc-en-ciel pendant la manifestation. Photo: Nikolaï Alekseev.

La "Slavic pride" (gay pride slave) a été lancée pour la première fois à Minsk, en 2008, pour promouvoir les droits des homosexuels dans les régions slaves d'Europe. La deuxième édition a eu lieu le 16 mai dans la capitale bélarusse. Elle n'a pu durer que quelques minutes.

Les autorités locales ont bloqué les manifestants après 400 mètres de marche, au motif que le parcours passait trop près d'une ligne de métro. Les organisateurs avaient pourtant demandé l'autorisation par lettre au président bélarusse lui-même, Alexander Loukachenko. Sans réponse du chef de l'Etat, ils avaient décidé de maintenir leur défilé.

Contributeurs

"A Varsovie, Riga, Vilnius, Moscou ou Belgrade, on interdit nos marches pour des raisons de "sécurité" ou de "morale""

Nikolaï Aleksev, d'origine russe, est avocat et journaliste. Militant pour les droits des LGBT (Lesbien Gay Bi Trans), il est l'initiateur de la gay pride en Russie. Il a participé à l'organisation de la "Slavic Pride".

Les autorités bélarusses ont interdit le défilé au motif que nous passions à proximité d'une station de métro, ce qui est absurde. Cela dit, ça change des réponse de Varsovie, Riga, Vilnius, Moscou ou Belgrade, où on interdit nos marches pour des raisons de "sécurité" ou de "morale".

La veille du défilé, nous avons organisé une projection du film "Beyond Gay - Marcher pour la liberté". Elle a été perturbée par une trentaine de manifestants anti-gays. L'hôtel Crowne Plaza qui nous accueillait a été compréhensif et a appelé la police, qui est intervenue.

Le lendemain, nous étions une quarantaine de personnes à défiler pour la "Salve pride". La moitié était d'origine russe, l'autre biélorusse. L'intervention de la police pour nous stopper n'a pas été très violente ; ils voulaient surtout s'emparer des drapeaux arc-en-ciel et des pancartes. Je m'attendais à ça, donc je n'ai pas été très surpris. Notre but était d'éviter tout affrontement. Huit personnes ont été arrêtées et placées en garde à vue, mais elles ont toutes été relâchées lundi, et n'ont écopé que d'une amende de 17 500 roubles (environ 5 euros).

J'estime que cette manifestation est tout de même un succès: nous avons effectué une marche symbolique, nous avons défilé contre l'homophobie. De plus, nous avons eu une couverture médiatique considérable, ce qui aura probablement des conséquences. Aujourd'hui, la plupart des Biélorusses savent pas qu'il y a eu une gay pride à Minsk. Quand nous avons fondé la gay pride slave, personne ne parlait des droits des homosexuels dans notre région. Depuis, c'est un sujet qui est régulièrement évoqué dans les médias et sur Internet. Les gens se montrent plus tolérants qu'en Russie. La prochaine "Slavic pride" aura lieu à Saint-Pétersbourg l'année prochaine."

Un groupe de jeunes anti-gays complotent pour perturber l’événement d’ouverture de la "Slavic Pride" au Crowne Plaza à Minsk.

Les participants au défilé : Alexandre Sheremetyev (à gauche) et Maria Efremenkova, les organisateurs de la gay pride de Saint-Pétersbourg, tiennent le drapeau arc-en-ciel. Quleques minutes après, Sheremetyev était arrêté par la police et emprisonné. Sur le panneau : "Aujourd’hui, l’homosexualité est interdite, demain c’est vous qui serez bannis".

Les photos proviennent de GayRussia.ru, l’association de Nikolaï Alekseev.

Commentaires

Un grand bravo à ces hommes

Un grand bravo à ces hommes et femmes qui luttent de toutes leurs forces pour cette minorité si souvent rejettée et victime de haine.

Un jour, des enfants regarderons ces images comme nous regardons aujourd'hui les premières luttes pour les droits des noirs.
Une poignée de grands hommes agissent, dans la paix, pour une communauté à l'histoire tragique.

Pour le droit d'aimer qui l'on veut et pour le droit d'être seul maître de sa vie, j'encourage de mon tout mon être ces combattants de la haine.

L'homophobie n'a pas de

Bravo à Nicolai et à tous

Bravo à Nicolai et à tous ceux qui ont , avec COURAGE , participé à la gay pride face aux hordes fascistes et au dictateur bélarus .

Quand ils sont venus arrêter les juifs , je n'ai rien dit , je n'étais pas juif . Quand ils sont venus arrêter les syndicalistes je n'ai rien dit , je n'étais pas syndiqué .
Quand ils sont venus arrêter les homosexuels , je n'ai rien dit je n'étais pas homosexuel ......

ni pour ni contre mais liberté d'abord

Je veux te faire rire ? PRET ?
Quand ils sont venus arrêter les PARAS ,je n'ai rien dit
Je leur suis rentré dedans !
Un ex dur qui veut la PAIX.

nid pour nid kon treux

Si Adam (terre)et Eve (vie)N'avaient eu que le mème Q et non ce que la nature
nous offre de complémentarité (Q + I = QI )les gais lurons ne seraient pas là
à se gratter???TO BE OR NOT TO BE ????.Attendez les mecs et les mecques ,la
récompense vient de l'infinie gratitude .SOUS la cendre ,la braise !



Fermer