Marée noire sur une rivière déjà moribonde

Une marée noire descend inexorablement le Pô, le plus grand fleuve italien. Une fuite d'hydrocarbure due à un sabotage commis à un dépôt pétrolier au nord de Milan. Une catastrophe écologique, mais qui part d'un cours d'eau déjà ultra pollué.

Selon l'administration de la province de Milan, 2,5 millions de litres d'hydrocarbures auraient été déversés mercredi dans les eaux de la rivière Lambro, un affluent du Pô. La vague de pétrole atteint aujourd'hui la région de Parme et pourrait déboucher dans la mer Adriatique si les autorités italiennes ne parviennent pas à bloquer sa progression.

Merci à notre Observateur Alberto Celani pour son aide sur ce billet.

"Ils risque d’y avoir des mutations génétiques au sein de la faune et de la flore locale"

Paolo Trentarossi est le responsable de Legambiente Cremona, une ONG spécialisée dans la préservation de l'environnement. Il s'est rendu sur place le lendemain du désastre pour inspecter la situation.

Lorsqu'on est sur les berges du Pô, la vue est vraiment déprimante. Des militaires tentent d'arrêter le flot d'Hydrocarbures aromatiques polycycliques [hydrocarbures présents dans le pétrole brut], mais c'est particulièrement difficile parce que le lit de la rivière est très large. Les Hydrocarbures aromatiques sont cancérigènes et on sait à quels points ils sont néfastes pour les oiseaux et les poissons. Ils risquent surtout de provoquer des mutations génétiques au sein de la faune et de la flore locale.

Pour l'instant la nappe est bloquée par le barrage d'Isola Serafini. Là-bas, l'odeur est infecte. Mais les courants peuvent très bien faire passer le pétrole par-dessus le barrage. Et dans ce cas, il finira dans la mer adriatique... C'est l'un des plus grands désastres environnementaux qu'ait connu l'Italie."

"Le Lambro était déjà affreusement pollué"

Giorgio Chiesa est élève à Melegnano, une ville située sur les bords du Lambro, la rivière d'où est partie la marée noire.

J'ai vu passé la nappe de pétrole mercredi. C'était horrible et ça sentait très mauvais. Aujourd'hui, on ne voit plus rien, mais il reste certainement du pétrole.

C'est terrible, mais il faut savoir que le Lambro était déjà affreusement pollué. Il n'y avait presque plus de poissons. Maintenant, il n'y en aura plus du tout.

Nous avions monté un groupe sur Facebook il y a déjà 10 mois pour faire connaître l'état dans lequel se trouve notre rivière. Il y a avait plusieurs industries dans ma ville jusque dans les années 80, et elles ont déversé des tonnes de produits chimiques. Maintenant, elles ont fermé, mais le mal est fait et il reste encore des tas d'usines qui polluent la rivière dans les villes des environs et dans l'est de Milan.

Nous demandons que les autorités réagissent et obligent les usines de la région à respecter la nature et notre rivière."

Images publiées sur le page Facebook "Vogliamo il Lambro PULITO!".

"La rivière sert à irriguer les champs de la région"

Andrea Ghilardi est élève à Secugnago, une commune située à environ 5 km de la rivière Lambro.

La nappe est passée près de chez moi et les dommages sont très importants. Le principal problème est que la rivière sert à irriguer les champs de la région. Pour les habitants de mon coin, ça deviendrait très grave si la pollution atteignait pas les nappes d'eau douce, mais heureusement cela semble peu probable."

"Il est possible que cet incident ait un lien avec la spéculation immobilière"

Andrea Agapito est chargé de mission pour le WWF italien.

Le pétrole est arrivé à Piacenza. Il faut absolument que nous l'arrêtions avant qu'il atteigne le delta du Pô.

Nous travaillons avec la protection civile et les pompiers pour sauver un  maximum d'animaux et nettoyer les bords du fleuve. Mais je ne suis pas satisfait de l'intervention des autorités. Elles sont intervenues beaucoup trop tard.

Je ne sais pas qui a perpétré ce sabotage, mais ce sont des gens qui connaissaient très bien l'usine. Il est possible que cet incident ait un lien avec la spéculation immobilière en cours sur les bords du Lambro à l'approche de l'exposition universelle de 2015 [accueillie par Milan]. Des organisations criminelles, surtout calabraises, cherchent à profiter de cette aubaine.

Tout le monde savait que l'usine où se trouvait le dépôt était dangereuse, car c'est un bâtiment désaffecté [le site avait cessé ses activités de raffinage en 1984] situé tout près du fleuve. Le WWF avait fait une liste des usines à risque de la zone. Celle-là était mentionnée."

 

 

D'autres images du désastre

Posté par "driaccio" le 24 février 2010.

Posté sur "YouReporter.it" le 24 février 2010.

Commentaires

il y a espoir tant qu'il y a des jeunes et des spécialistes

des jeunes conscients de leur droit au présent mais aussi et surtout à un futur de plus en plus meilleur pour la terre du monde et ses hommes,avec des guides hautement spécialisés et amoureux de la vie et de la terre!Il en existe.Donc l'espoir est partout permis.Demain existe et demain est beau!Parce que demain est prêt de Dieu et de la nature.

il me semble plus qu'urgent

il me semble plus qu'urgent de durcir la repression contre les pollueurs en instaurant un minimum de 30 ans de prisons

bien parler

bien parler



Fermer