Des employés invités à fêter leur licenciement

Les employés d'une société praguoise ont reçu ce carton les invitant à la fête de Noël de leur entreprise. Une convocation qui ne les a pas fait rire du tout.

Frappée de plein fouet par la crise financière, la société des transports publiques de Prague (DPP) a engagé des consultants pour les conseiller dans la gestion de leur budget. La société de conseils BNV est arrivée à la conclusion que des licenciements massifs étaient la seule option envisageable pour faire des économies.

Les syndicats ont fait des pieds et des mains pour sauver les postes. En vain. En novembre, la première vague de licenciements a fait plus de 300 chômeurs. Peu de temps après, BNV a invité les responsables syndicaux à la fastueuse soirée de Noël de l'agence dans un restaurant situé en centre ville de Prague. Une invitation dont l'humour était plutôt douteux...

Contributeurs

"J'ai perdu mon job aujourd'hui, mais vous êtes formidables les mecs !"

De gauche à droite : 

"-Où est-ce que tu étais passé ? Tu n'es pas au courant que c'est Noël ?"   

-On est au courant, Mr. Barešová (directeur de BNV), mais on était occupés à virer les gens. 

Ça va encore être la pagaille. Mon Dieu, ces syndicats!" 

-Ha ha! ... Que la fête commence..."

-Merci de m'inviter à cette fête. J'ai perdu mon job aujourd'hui, mais vous êtes formidables les mecs !

 -C'est ce que j'appelle un client heureux. Huh!"

Les syndicats ont créé un nouveau comité de grève après avoir reçu cette invitation et appelé leur direction à cesser toute collaboration avec l'agence BNV Consulting. L'agence, de son côté, refuse de refaire son carton d'invitations. Elle explique qu'il s'agit d'une "blague légitime" et que "les syndicats cherchent toutes les excuses pour ne pas travailler."

"[BNV] a dépensé ses honoraires en soirées luxueuses, sur le dos des licenciés"

Antonin Chmel, 57 ans, est un ancien machiniste. Il a été licencié à la suite des recommandations de l'agence BNV.

Cette BD-invitation est scandaleuse. Je me sens terriblement offensé. On a fait appel à cette société pour optimiser le budget de notre entreprise et réduire les dépenses. S'ils devaient licencier des gens, ils auraient au moins pu faire une distinction entre les postes sans qualification et les postes qualifiés. Au lieu de ça, ils ont recommandé des licenciements tous azimut et ensuite dépensé leurs honoraires en fêtes somptueuses. C'est vraiment se moquer des employés licenciés. C'est absolument inacceptable. DPP doit rompre son contrat avec BNV conseil."

 

Commentaires

Apprentissage du capitalisme

Apprentissage du capitalisme !
Quelqu'un qui n'apporte rien à la sté qui l'emploie, ne sert à rien.

La crise fera éclater la bulle de l'Europe de l'Est,
alors, plus de pardon. Ce n'est que le début, non?

mmm...Poutine attend peut-être l'heure du retour au bercail ?



Fermer