Des photos de Guinéennes maltraitées lundi circulent sur le Net

Des images qui circulent sur le Net montrent des Guinéennes déshabillées et humiliées en pleine rue, lors de la répression de la manifestation organisée lundi par l'opposition au stade de Conakry. L'un de nos contacts affirme avoir assisté à la scène qui figure sur cette photo.

ACTUALISATION (7.10 / 15h31 heure de Paris) : nous avons actualisé ce billet avec le témoignage de Kouyate, ci-dessous.

 

Plusieurs photos de femmes mises nues et humiliées par des militaires ont été postées sur le forum "Guinée News", le 30 septembre, et envoyées aux Observateurs de FRANCE 24. Nous ne publions que l'un de ces clichés, après avoir flouté le visage de la victime.

Le haut commissaire des Nations unies en charge des Droits de l'Homme, Navi Pillay, a réclamé une enquête sur les exactions commises par l'armée. Elle exige également que "les auteurs d'exécutions sommaires, de viols et d'autres violations des droits de l'Homme soient traduits en justice".

"J'ai vu cette femme"

Lamine Camara (pseudonyme) est journaliste pour une radio guinéenne. Il affirme avoir assisté à cette scène.

Je couvrais la manifestation pour ma radio. Tout le monde a courru pour essayer de se sauver, après que les premiers coups de feu ont retenti. C'est à ce moment là que j'ai vu cette femme, devant l'une des deux sorties du stade. Elle était au sol, un militaire était en train de la déshabiller. Je ne sais pas ce qui s'est passé ensuite. Nous devions fuir. Mais, pendant ma course, j'ai aperçu plusieurs autres femmes se faire bastonner par des militaires. À chaque fois que les soldats attrapaient l'une d'elles, ils lui demandaient ce qu'elle faisait là et pourquoi elle manifestait. Je n'avais jamais entendu parler de tels incidents en Guinée. Les Guinéens ont été choqués par ces actes."

"Ce n'est pas ma sœur. J'en fais ce que je veux !"

Nankouma, journaliste, était lui aussi présent à la manifestation. Il n'a pas vu la personne photographiée ci-dessus, mais a été témoin de violences contre d'autres femmes.

Je peux affirmer que plusieurs femmes ont été maltraitées. Quand on a entendu le crépitement des armes des militaires et qu'ils ont pris le contrôle des lieux, la confusion s'est installée. Les soldats étaient armés jusqu'aux dents. Les manifestants essayaient de défoncer le portail du stade pour sortir. En passant devant les toilettes des femmes, dans la 'Cour' [le stade où a eu lieu la tuerie est situé sur une esplanade que les Guinéens appellent la 'Grande Cour'], j'ai vu un soldat déchirer le jean d'une femme. Au même endroit, il y en avait cinq autres, dont une âgée de plus de 60 ans, nues au milieu de la foule. Elles n'étaient plus entre les mains des militaires. L'une d'elle, à terre, criait et pleurait. Elle venait peut-être de se faire violer. Presque personne n'a réagi, car nous étions tous à la merci des militaires. J'ai vu deux gendarmes essayer d'intervenir pour que les soldats laissent partir les femmes. Mais l'un d'eux a crié : 'Pourquoi n'est-elle pas à la maison ? Pourquoi n'est-elle pas au foyer ? C'est pas ma sœur. C'est pas ma cousine. J'en fais ce que je veux !'"

 

Camara est passé devant une jeune fille. Il l'a présentée à Blaise Compaoré comme quelqu'un qui se serait blessée dans la bousculade"

Kouyate est étudiant à Conakry.

Je me suis rendu lundi à l'hôpital de Donka, là où sont soignées les victimes des violences. Dadis Camara [le Président guinéen autoproclamé] était là, il faisait visiter les lieux à Blaise Compaoré [le président burkinabé, médiateur dans la crise guinéenne]. Camara est passé devant une jeune fille. Il l'a présentée à son homologue comme quelqu'un qui se serait blessé dans la bousculade. Puis ils sont partis et la fille s'est mise à pleurer. Je suis allé la voir et elle m'a expliqué pourquoi elle était bouleversée. Elle m'a dit qu'elle s'était fait tabasser et violer par des militaires et que c'est pour cette raison qu'elle était à l'hôpital. Elle a été profondément blessée d'être présentée comme une victime accidentelle de la bousculade. 

Le même jour, j'ai parlé à un ami, Cisse, qui m'a raconté avoir été 'sauvé' par un viol. A la sortie du stade, il a été arrêté par un militaire. Il a donné son téléphone portable et son argent, mais le militaire continuait de le menacer avec son fusil. Ce dernier avait également arrêté une jeune fille, qu'il avait déjà à moitié déshabillée. Lorsque la fille a vu que le militaire détournait son attention, elle a tenté de s'enfuir. C'est ce qui a sauvé Cisse. Car l'agent a couru après elle. Il l'a rattrapée et l'a violée, laissant à mon ami la possibilité de s'enfuir.

Commentaires

Merci Ferdinand!!! Je suis

Merci Ferdinand!!! Je suis tout à fait d'accord avec vous!!! Comment se fait il que dans une ambiance de crainte, de panique totale, où il y'avait des représentants des forces partout, comment se fait-il que quelqu'un aie pu prendre une photo aussi nette??? Dans un stade de cette grandeur, avec le nombre de personnes qu'il était censé y avoir, de surcroît paniquées, comment les "témoins" ont-ils pu entendre ce que les disaient??: on s'entend que si dans une salle, il y'a 50 personnes et qu'elles parlent et crient toutes en même temps, personne n'entendra personne! Right? Moi je soutient que tout ça relève d'une manipulation dont on n'a même pas idée...... On ne veut pas voir les africains évoluer, on veut les assujetir par tous les moyens pour mieux les piller! D'ailleurs, sait-on seulement exactement qui est derrière toute cette opération?? Je ne suis pas guinnéen, mais je suis quand même un africainqui aime son continent, et je pense messieurs dames, qu'au lieu de lancer des pierres à un homme qui est peut-être un vrai patriote (ndlr Moussa Dadis) contrairement à la grande majorité des dirigeants en Afrique noire, vous devriez-vous poser la question de savoir À QUI PROFITE TOUS CES CRIMES???? Je vous propose humblement, à tous les africains et tout particulièrement aux guinnéens d'ouvrir les yeux et de regarder un peu plus loin que le bout de leur nez! D'arrêter de prendre pour argent comptant tout ce qu'on nous dit à la télé...
Je ne doute pas qu'il y'ait eu des atrocités commises ce jour-là et je suis sincèrement désolé pour les victimes, mais j'aimerais juste faire comprendre que les choses ne sont pas toujours ce qu'elles ont l'air d'être.

Arretez de dire n'importe

Arretez de dire n'importe quoi on voi bien que votre mère n'a pas été violée.

Des critiques degeux !!!

Émettre des doutes sur les faits, c'est une choses, mais bon...
On voit clairement que la photo n'est pas prise avec un "Reflex", ni même un numérique. Ça me semble plutôt être un téléphone portable. Bien plus facile quand on doit aussi penser à fuir pour se protéger.

De toute manière, la photo reste abjecte: une femme nue, au sol, un militaire à proximité. C'est pas normal.

Il y a des exactions commises par un régime où les militaires se croient tout permis. N'oubliez pas le Congo Brazza, la RDC, La Cote d'Ivoire et les autres.

Ces horreurs s'arrêteront peut-être le jour où les "partenaires" occidentaux arrêteront de soutenir le "moins pire" des candidats pour leurs petites affaires.

Les traduir devant un tribunal... oui... un jour... quand ils ne seront plus au pouvoir, mais d'ici là, ils s'accrochent, et on meurt !!!

Réfléchis avant d'écrire!

Quand ta mère, tes soeurs et ta femme se feront violées par des militaires ou toute autre personne on en reparlera. Surtout n'hésite pas à venir me voir si tu envi de te confier.

ces à moitié moche ce ke

ces à moitié moche ce ke tu dis la, ces vrai ke ces bizzare que la photos soi bien pri à ce point là et quon ne voit pa des gens courir; mai pense tu que la femme par terre jouer la comédie; regarde bien l'image pense tu kel joué la comédie?
jai vraimen pitié delle, elle etai san défense il étai armée; réfléchie à ce que tu di;parce ke je me met à la place de cette fille; si javai été violé et q'un homme com toi vien dire sa; ke ces peu etre truké sa ménerver plus kautre chose; je serai dégouté ke kelkun vien dire sa apré ce ki ces passé.

c'est affreux

je suis ému de voir cette vidéo mais je dirais que cette affaire a ses origines dont le peuple africain ignore ,j'ai lu sur le net la version originale de tout ce qui se passe en Afrique,moyen orient et amerique latine un peu l'aise du sud comment les G8 nous préparent à tous ces problèmes ,je pense que cette vidéo nous vexe tous mais qu'est ce qui vous empêche de nous libérer de toutes ces souffrances alors s'il vous plait pour l'amour du Dieu prouver nous que vous êtes forts et aider nous à être en paix comme vous regardez un peu comment vous avez agis pour les serbes,arméniens,israéliens,turques,espagnoles,italiens,allemands et nous toujours dans nos désespoir à supporter malgré nos faiblesse....je vous assure que je pleure pour notre continent mais un jour le regard tournera. écoutez la chanson de blacko et soprano peut être que aurez une idée

ON VEUT QUE LA PAIX

ET POUR L'ALGERIE,LA PALESTINE ET J'EN PASSE.

Honteux

C'est simplement honteux de voir que pour le pouvoir et ses subsides, des
personnes (inhumaines) soient capables de déshabiller et violer des
femmes. Encore que se sont ceux susceptibles de garantir l'ordre et la
sécurité.
Préférer la liberté dans la pauvreté s'est mué à vivre dans
l'esclavage et la misère sous toutes ses formes.
Vraiment désolant pour nos frères Guinéens!!!

Cordialement Pour une jeunesse ACTIVE

oui on t'il oublié que ces

oui on t'il oublié que ces une femme ki les a mis au monde, nourrit de leur seins, et protégé pendant k'il ne pouvai rien faire eux même, ni se protégé eux même.

bonjour

je me demande jusqu`a quand nos Africains vivront en paix,
c`est vraiment desolant pour ce qui se passe dans nos pays en general.
que le Dieu tres haut viennent a notre secour, sinon, c`est la mort.



Fermer