Arrêté pour un tee-shirt subversif

En signe de rébellion, les ados occidentaux portent des bonnets à l'effigie de Che Guevara. Liu Shihui a lui choisi de prendre le métro avec un tee-shirt marqué de cette phrase : "Le Parti communiste refuse le système de parti unique." Il a eu beau expliquer que ces mots avaient été prononcés par un ancien président chinois, il s'est fait embarquer par la police.

 

Contributeurs

“L’agent de sécurité voyait dans ce message une tentative de relancer la lutte des classes”

Liu Shihui est avocat. Il est l'un des signataires de la charte 8, au sein de laquelle plus de 300 intellectuels chinois demandaient une démocratisation du pays et des réformes politiques. Il a également publié ce témoignage sur son blog.

C'était le 12 mai, à 17h. J'attendais ma petite amie à une station de métro de Guangzhou.

Un agent de sécurité est arrivé et m'a dit : 'Qu'est-ce que vous faites ?'. Je lui ai dit que j'attendais ma petite amie. Il m'a lancé un regard menaçant et m'a annoncé que ma tenue était 'incorrecte' et que je n'avais pas le droit de m'habiller comme ça.

Je portais un tee-shirt que j'avais fait moi-même et qui portait, sur le devant, l'inscription 'un système de parti unique est un désastre - par le Xinhua Daily'. Et au dos, une citation de l'ancien président Liu Shaoqi : 'Le Parti communiste s'oppose au parti unique du KMT [parti politique de Taïwan] et refuse le système de parti unique.' Le message a semblé faire peur à l'agent de sécurité, qui y voyait une tentative de relancer la lutte des classes.

J'ai protesté : 'Qu'y a-t-il de mal avec mes vêtements ? En quoi cela vous dérange ? Est-ce que je fais du mal à quelqu'un ?'

La police est ensuite arrivée, ainsi qu'un autre agent de sécurité et un employé du métro qui s'est mis à prendre des photos de moi. Les gens se sont attroupés autour de nous et commençaient à me dévisager. Un garde m'a dit que ce qui était écrit sur mon tee-shirt était mal et que je devais les suivre 'pour être interrogé'.

J'ai alors pointé la citation du doigt et j'ai dit à un agent : "C'est le parti communiste lui-même qui l'a dit. C'est un éditorial du Xin Hua Daily. Si vous êtes allés à l'école, vous devriez savoir que le Xin Hua Daily était un média d'Etat à l'époque de la Seconde Guerre mondiale. Vérifiez vous-même." L'agent de sécurité s'est énervé et m'a dit qu'il avait sûrement lu plus de livres que moi, ajoutant qu'il s'étonnait qu'un type comme moi ait une petite amie.

La police a été moins agressive, mais elle voulait m'arrêter. Ils m'ont mis sur le côté, pour que les gens ne voient plus mon tee-shirt. Puis, ils m'ont carrément emmené au poste de police. Ils m'ont demandé d'où venaient les citations et je leur ai expliqué, ajoutant qu'ils pouvaient le vérifier sur Internet.

Je leur ai demandé de voir un document justifiant mon arrestation, mais ils ont refusé. Je leur ai dit que dans ce cas-là, comme je suis avocat, j'allais les poursuivre en justice et faire parler de cette affaire sur Internet. Ils ont semblé s'adoucir.

Un policier a essayé de me persuader : "Pendant la guerre contre le Japon, le Parti communiste s'opposait au KMT, c'est pour cela qu'ils ont publié cet éditorial. Mais le sujet est sensible de nos jours..."

Je suis sorti de là à 8h. En me rendant chez ma petite amie, épuisé, je me disais que la situation actuelle n'était pas si différente de celle de la Chine des années 1940. Deux pays sur trois ont adopté un système démocratique. Pourtant ici, parce que j'ai imprimé un slogan sur mon tee-shirt, un slogan qui dit la vérité, on me traite comme un ennemi. Combien de pays agissent encore ainsi ?" 

Traduction en français basée sur la traduction en anglais réalisée par Global Voices.

Commentaires

Mais en France, c'est plus grave

Mais en France, c'est plus grave...

Sarkozy, je t'ai vu (ce qui n'est ni politique, ni une insulte) prend 100 euros. Passer un stop et oublier son permis, prend 1.000 euros et si, en période de crise, on ne peut pas payer, on prend 100 jours de prison ferme...dans une prison surpeuplée. Si on manifeste; pour une cause sensible, garde a vue à poil, avec humiliation et fouille anale. C'est la liberté en Chine, il n'a même pas eu d'amende et a été libéré avec presque des excuses

N'importe quoi ce

N'importe quoi ce commentaire.

L'affaire "Sarkozy je t'ai vu" qui n'est pas la pire... a fait la une des journaux pendant 3 jours! C'est la preuve que le liberté d'expression et des médias existe en France! Vous tirez ça de votre botte comme l'argument fatal... Mais c'est bien parce qu'on en a parlé! Et si on en a parlé c'est qu'il y a débat, donc critique des forces de l'ordre, donc arguments contradictoires. DE même il ne faut pas confondre liberté d'expression et insulte à agent ou entrave aux forces de l'ordre qui est un délit car il faut bien que règne l'ordre aussi. Il faut concilier les deux. Parfois ce n'est pas si facile et c'est pour ça qu'on en parle. Le propre de la démocratie c'est le débat public. Le problème n'est pas de résoudre tous les problèmes tout de suite mais que l'on en parle, que l'on débatte et que le peuple ou ses représentants élus "in fine" tranche.

Après griller un feu rouge, c'est interdit, normal, vous mettez la vie des autres en danger. Rien à voir avec un pauvre slogan sur un tee shirt... C'est justement parce que tout le monde est libre qu'il faut la limiter dans la mesure nécessaire pour permettre à tous d'en profiter.

Et pour la prison ferme pour une contravention impayée, on voit que vous n'êtes pas juriste! Au pire on vous saisira la somme directement sur votre compte en banque... Au pire! Et pour la prison ferme, on reproche trop à la justice de ne pas condamner assez des délinquants récidivistes.

Ne dites pas n'importe quoi :p

Sarkozy, je t'ai vu

Amusant, quand on lit la dépèche dans les détails on s'apperçoi que le prof de philo à dit "Sarkozy, je t'ai vu" aux policiers PENDANT UNE INTERVENTION, non pas une seule fois, mais UNE CINQUANTAINE DE FOIS.

En gros ce type à harcelé des policiers pendant une intervention et il s'étonne de se retrouver au poste après...

JE ME MARRE !

Un mensonge du procureur

Le prof de philo n'a prononcé "Sarkozy je te vois" que deux fois. La procureur en a déduit que l'intervention ayant selon le procès verbal duré 5 mn, alors le prévenu aurait pu prononcer cette phrase soixante fois en chronométrant. Ce qui est absurde. Dire 50 fois Sarkozy je te vois, n'aurait fat rigoler personne.

Bravo,monsieur,vous etes

Bravo,monsieur,vous etes tres courageux!

ce que dit le policier a

ce que dit le policier a raison. c'est un slogan sensible. surtou 'Le Parti communiste s'oppose au parti unique du KMT [parti politique de Taïwan], ce n'est pas le mesure politique proposé par le parti commubiste mtn.

ce monsieur avocat fait des betises, et cherche des histoirs. je trouve que ce n'est pas seulment un problème de démocratie.

Chercher des histoires c'est

Chercher des histoires c'est le propre de la démocratie! A quoi sert la liberté si ce n'est pour "chercher des histoires". Vous allez dire au Parti Socialiste: "on va vous interdire car vous cherchez des histoire"? haha
Vous cherchez des histoires, vous n'êtes pas d'accord avec Sarkozy... :p

Chez nous, chercher des histoire ça s'appelle la liberté. On est pas des esclaves, quand on nous opprime, nous on cherche les histoires!

Le KMT est un parti de la Republique de Chine

Certes, le nom officiel de Taiwan est "Republic of China" mais cela a ete impose a Taiwan lorsque Chiang Kai Shek et son parti le KMT, dechus par le PC Chinois a la fin de la guerre civile (en Chine), se sont refugies a Taiwan, pour planifier une eventuelle reconquete de la Republique Populaire de Chine. Lorsque les Taiwanais se sont revoltes contre le KMT, des milliers d entre eux ont ete massacres. Le 28 fevrier etait ferie pour commemorer l evenement lorsque Chen Shui Bien du DPP etait president, mais apres leur election, le KMT s est empresse de rendre le 28/02 un jour de travail ordinaire. Comme quoi la manipulation et la censure se produisent partout, malheureusement,

Liu Shihui est un activiste

Liu Shihui est un activiste et il connaissait parfaitement le caractère provocateur des écrits sur son T-shirt. Prétendre que ceci a été dit à un moment de l'histoire est un prétexte pour embarrasser son interlocuteur. Quel dirigeant, communiste chinois ou démocrate français ne s'est jamais renié? Et puis j'imagine un flic de banlieue français commencer à argumenter sur le contenu d'un éditorial publié en 1942 au sujet d'un t-shirt sur lequel serait inscrit "De Gaule est un trouillard il s'est planqué chez les Rosbeefs!"... à mon avis l'interpellé aurait plutôt fini en slip. Notre Observateur s'en est bien tiré, tant mieux pour lui.
Liu Shihui devait aussi connaître cette citation de Mao Zedong "C'est par la pratique que l'on conçoit la vérité. Il faut corriger la vérité d'après la pratique." Un concept discutable mais révélateur.

Merci Les Observateurs!

Sauf qu'en France t'es pas

Sauf qu'en France t'es pas arrêté pour un tee shirt... Soyons sérieux on peut encore dire ce que l'on veut :p D'ailleurs si on reprend votre exemple, vous pouvez toujours mettre "Degaulle s'est planqué chez les rosebeefs" sur un tee shirt, personne ne vous foutra à poil. Du coup, nul besoin d'argumenter avec la police :) Essayez

Qu'il sache que son tee shirt est provocateur, certes, c'est bien pour ça qu'il l'a mis. En France quand on brandit un panneau avec "La république est corrompue" c'est provocateur... Et c'est justement pour ça que la liberté d'expression est protégée. Nul besoin de liberté d'expression si tout ce qu'on peut dire est consensuel. Et c'est pour ça qu'on est un pays démocratique. Chez nous c'est le peuple qui décide vraiment! Il ne fait pas que servir de mascotte à la prétendue souveraineté pour masquer un régime totalitaire et corrompu.

Les lois sur la liberté de la presse remontent à... 1881.



Fermer